Réagir (4)EnvoyeriCalPartager

samedi 10 novembre 2012 à 14h

4 parties : 1 2 3 4

Marche unitaire contre

l'Ayraultport Vinci de Notre-Dame-des-Landes

et en soutien aux expulsé.e.s de la Zone à défendre (ZAD)

Non à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes !

Non au projet du Premier Ministre, ex-maire de Nantes : construire son propre aéroport au nord de Nantes, à Notre-Dame-des-Landes, en plein bocage sur 2000 hectares de terres agricoles ! (alors que l'actuel aéroport, facile d'accès, suffit largement)

Non à la répression militaire mise en place pour imposer ce projet inutile et coûteux pour le seul bénéfice d'une multinationale privée, Vinci. Non à la pollution de l'air, non aux trajets en avion pour les distances courtes !

Priorité au lien social, à la sauvegarde de la vie et du climat : en finir avec la civilisation du pétrole bon marché principale cause de l'effet de serre et des guerres !

Priorité au maintien des terres agricoles, non à la bétonnisation, déjà record en Loire Atlantique ! (La surface d'un département disparaît tous les cinq ans sous le béton en France.)

Contact : collecextifnddlparisexidf@riseup.nexet
Plus d'infos sur http://zad.nadir.org/ et http://acipa.free.fr/

document au format PDF:

document au format PDF:

Lien : http://paris.demosphere.eu/rv/23384
Source : message reçu le 8 novembre 13h
Source : message reçu le 3 novembre 13h


Communiqué automédia du Collectif IDF de

lutte contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Mobilisation générale pour la grande marche populaire contre l'ayraultport de Vinci et son monde ! Samedi 10 novembre 2012 à 14 h à Belleville !

Nous appelons :

Fanfares, batucadas, clown.e.s, jardinièr.e.s, cyclistes - piéton.ne.s - trotinettistes - béquilles - fauteuils - déplacements doux et lents, révolutionnaires-réformistes, auteur.e.s-compositrice.eur.s-interprètes, anonymes, avec-sans-papiers, antipubs, indigné.e.s-révolté.e.s-insurgé.e.s, occupant.e.s-expulsé.e.s, syndiqué.e.s, altermondialistes, anti-G8-20, antimilitaires - pacifistes-non-violent.e.s, déguisé.e.s-maquillé.e.s-travesti.e.s, vert.e.s-noir.e.s-rouges, banderoles, pancartes, etc.

à venir massivement samedi 10 novembre 2012, 14 h, à la station Belleville pour une marche unitaire en soutien à la Zone à défendre de Notre-Dame-des-Landes, contre l'Ayraultport et le bétonneur Vinci.

Soyons créati.ve.s face à l'ayraultport et son monde !

Le parcours ira de Belleville à l'Hôtel de ville, via Père-Lachaise, rue de la Roquette, rue Saint-Antoine.

Par ailleurs, dans le Haut-Belleville, à côté du café Culture rapide et en accord avec eux, dans un espace de maraîchage partagé, angle rue Julien-Lacroix et rue de Belleville, un arbre symbolique en soutien à la lutte sera planté à 13 h (avant la manif).

AG tous les mardis à 19 h au CICP, 21 ter, rue Voltaire, métro rue des Boulets

Contact : collecextifnddlparisexidf@riseup.nexet

document au format PDF:

Source : message reçu le 7 novembre 01h


1 2 3 4

Ayraulport : stop aux expulsions !

À Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, décideurs et bétonneurs planchent sur un nouvel aéroport. Cela fait 40 ans qu'ils veulent anéantir 2000 hectares de terres agricoles et d'habitats.

40 ans de luttes

Depuis les prémices de ce projet, des résistances s'organisent. Aujourd'hui comme hier, les opposant.e.s poursuivent la lutte : manifestations, recours juridiques, liens avec d'autres luttes, grèves
de la faim... Sur le terrain, l'opposition prend aussi des formes variées : diffusion de journaux, péages gratuits, opposition aux forages, sabotages, perturbations des études d'impact de Biotope et des fouilles archéologiques, occupations de bureaux et de chantiers, etc...

Au grand dam de l'État et de Vinci qui rachètent et détruisent pour vider la zone, la vie et l'activité s'y densifient et s'y diversifient depuis plus de 3 ans. De nombreuses maisons laissées à l'abandon ont été réhabilitées et occupées, des cabanes ont été construites au sol et dans les arbres, des collectifs occupent des terres pour y faire du maraîchage. Des espaces de réunion, boulangerie, bibliothèque, gîte sont ouverts à tous et toutes. Ce sont plus d'une centaine de personnes qui occupent en permanence la zone («Zone à Défendre» - ZAD), soutenues par de nombreuses autres du coin et d'ailleurs.

Depuis le mardi 16 octobre, l'offensive redoutée a commencé. Les 1800 hectares de la ZAD ont été envahis par 1200 policiers. Ils se sont attaqués aux maisons et cabanes occupées qu'ils ont détruites et emportées pièce par pièce, pour ne rien laisser qui puisse servir aux occupant.e.s. Les occupant.e.s et toutes celles et ceux qui les ont rejoint sur place ont résisté, barricadé, réoccupé.
Ensemble, nous avons tout fait pour enrayer les machines de destructions et bloquer les mouvements policiers...

Nous sommes toujours la !

Notre détermination a été renforcée par une grande vague de solidarité aux quatre coins de l'hexagone et au-delà : manifestations, ravitaillement et soutien matériel, actions sur les
représentations du PS, de Vinci et consorts, constructeurs de l'aéroport et broyeurs de nos vies.
Si la plupart des maisons en durs ont déjà été expulsées, ainsi que quelques cabanes, de nombreux autres habitant.e.s demeurent, dispersé.e.s dans les bois, les champs, les arbres. De nouvelles
constructions sont déjà lancées. Outre les occupant.e.s, des habitant.e.s "légaux" et paysan.ne.s sont toujours menacé.e.s de devoir dégager de la ZAD dans les mois à venir. Les gros malins de la
Préfecture ont officiellement intitulé leur opération militaire : «César». A nous de leur prouver que la résistance Révolté.e.s par la répression et la violence des forces de police et des expulsions sur le site de Notre-Dame des Landes, habitant-e-s d'Île-de-France, nous constituons un collectif, contre le projet d'aéroport.

Nous dénonçons :

  • les expulsions et les destructions d'habitats
  • la répression, qui est d'une violence extrême
  • le gaspillage d'argent public
  • le partenariat entre l'État français, les collectivités locales et le groupe privé Vinci
  • l'aveuglement de Jean-Marc Ayrault, ancien maire de Nantes, qui en fait un combat personnel.

Nous soutenons toutes celles et ceux qui se battent depuis plusieurs années, contre ce projet, en particulier les habitant.e.s de la région, les paysan.ne.s et les occupant.e.s de la «Zone à défendre».
Nous nous opposons à l'implantation d'un aéroport, inutile, coûteux, aux graves conséquences sociales et environnementales, et destructeur de terres agricoles.

document au format PDF:

document au format PDF:

Source : message reçu le 9 novembre 13h
Source : message reçu le 8 novembre 15h
Source : message reçu le 8 novembre 15h


1 2 3 4

Communiqué EELV-IDF

10 Novembre : Manifestation contre le fol aéroport de Nantes Publié le 3 novembre 2012 dans Actualités Mots-clefs :Aéroport manif-nddl-paris-700

Les écologistes appellent à manifester à Paris contre la construction d'un nouvel aéroport à Nantes.

Rassemblement le 10 novembre à 14h place de Belleville pour une marche en direction de l'hôtel de ville.

Contact : Adrien Delassus

Communiqués d'Europe-Écologie Les Verts, Vidéo de l'intervention de Pascal Durand,
Pétition pour l'abandon de l'aéroport de NDDL, Film : Notre-Dame des Landes, au cœur de la lutte.

manif-nddl-paris-700

Source : http://idf.eelv.fr/10-novembre-manifestation-...
Source : message reçu le 7 novembre 01h


1 2 3 4

AG mardi et manif 10 novembre soutien à la ZAD

  • AG de préparation mardi à 19h30 au CICP
  • Manifestation à Paris contre la construction d'un nouvel aéroport à Nantes.
    Rassemblement le 10 novembre à 14h place de Belleville pour une marche en direction de l'hôtel de ville.

La ZAD, c'est pour les aménageurs la Zone d'Aménagement Différé ; pour nous une Zone À Défendre : un bout de campagne à quelques kilomètres de Nantes (Bretagne) qui devrait, pour les décideurs, laisser place à un aéroport international.

Leur projet est de construire une plate-forme économique « Grand Ouest » d'envergure internationale allant de Nantes à Saint-Nazaire, qui ne formeraient plus qu'une seule et grande métropole. La réalisation de cette plate-forme demande de maîtriser tant le ciel, la mer, que la terre à travers le remplacement de l'actuel aéroport de Nantes par un nouveau à Notre-Dame-des-Landes, mais aussi l'agrandissement du port de Saint-Nazaire, la construction de nouvelles routes et autoroutes...

Nos désirs, en venant habiter sur l'emplacement prévu de l'aéroport, sont multiples : habiter sur un territoire en lutte, ce qui permet d'être proches des personnes qui s'y opposent depuis 40 ans et de pouvoir agir en temps de travaux ; profiter d'espaces laissés à l'abandon pour apprendre à vivre ensemble, à cultiver la terre, à être plus autonomes vis à vis du système capitaliste.

Source : liste AG-IdF, reçu le 5 novembre 11h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

Des gens travaillent tous les jours

Par Anonyme, le 08/11/2012 à 11:14

Le dimanche aussi...

pas malin! pour avoir le

Par Anonyme, le 07/11/2012 à 19:30

pas malin! pour avoir le maximum de monde les ami-es faut faire ça le dimanche!

le samedi il y a des gens qui travail...

Notre-Dame-des-Landes Stop à la répression ! STOP à l'aéroport !

Par Gilles95, le 07/11/2012 à 18:02

Notre-Dame-des-Landes

Stop à la répression ! STOP à l'aéroport !

Engagée depuis des années, la lutte contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes connait une nouvelle intensité. Elle repart de plus belle depuis que le 16 octobre le gouvernement a décidé d'expulser les habitants de la Zone à Défendre, sur laquelle doit commencer le bétonnage.

Contre un projet :

· Inutile !

Une modification de l'aéroport actuel, très bien noté par l'aviation civile et loin de la saturation en vols, est possible pour résoudre les problèmes tels que le survol permanent de la ville de Nantes.

· Nuisible !

Il va bétonner plus de 2 000 ha de terres préservées et nourricières, à quelques km de Nantes. Les surfaces agricoles disparaissent à grande vitesse dans notre pays ; les zones humides sont de précieuses réserves de biodiversité ; le déclin à terme des vols de courte et moyenne distance est une conséquence du pic de production du pétrole et des impératifs de la lutte contre l'effet de serre. Un tel projet est inconcevable en pleine crise écologique.

· Insensé !

Au niveau de l'emploi il ne ferait que déplacer des populations, augmentant le déséquilibre Nord Loire/Sud Loire, et détruirait tout un réseau d'emplois liés à l'agriculture (au moins 600). Quant aux emplois liés à la construction, si tant est qu'ils puissent être locaux, ils seraient plus avantageusement créés en construisant des logements, des collèges ou autres structures de santé répondant à des besoins réels et urgents de la population.

· Gaspilleur !

En pleine période restriction budgétaire et de mise en place de l'austérité institutionnelle par le vote inique du TSCG, le PS s'acharne à vouloir construire cet aéroport, qui ne servira qu'à engraisser le groupe Vinci, pieuvre malsaine qui étend ses tentacules vénéneux dans tous les coins du monde, toujours dans ce type de projets insensés, mégalomanes et destructeurs. Il n'hésite pas à transformer les forces de l'ordre en gardiennes des intérêts privés de Vinci, au prix d'une coûteuse opération de type militaire.

Ce modèle de développement basé sur le profit capitaliste, est une course au productivisme qui sacrifie terres, paysans et populations locales. Face à la répression, toute notre solidarité va aux premières victimes. Cette actualité nous amène à amplifier les résistances, la solidarité et les convergences avec tous ceux et toutes celles qui refusent l'avenir bétonné et les profits de Vinci.

Nous soutenons les initiatives de soutien à la lutte de Notre-Dame-des-Landes et appelons à rejoindre les comités de solidarité et de résistance pour stopper ce projet et faire reculer la multinationale et le gouvernement.

Le 17 novembre a lieu la manifestation de réoccupation des terrains évacués ; elle doit être la plus massive possible et suivie d'autres actions diverses et unitaires.

· Arrêt immédiat des expulsions et des destructions,

· Arrêt immédiat de la répression et de l'occupation de la zone par les forces de l'ordre.

Nous sommes dans une phase cruciale. Soit le gouvernement et son premier ministre Ayrault, s'acharnent et s'obstinent par la force à construire cet aéroport, et on assistera à une résistance citoyenne et populaire sur tout le territoire avec le soutien et la détermination de plus en plus d'organisations associatives, syndicales et politiques, qui fondent le terreau de la majorité des citoyens qui ont chassé Sarkozy et son gouvernement. Soit ce gouvernement et son président décrètent un moratoire sur tout le projet et acceptent de reconsidérer le projet dans son ensemble.

Au-delà, c'est un modèle de développement qu'il faut remettre en cause, celui qui au nom du profit et de l'inexorable besoin de déplacements aériens est prêt à sacrifier terres, paysan-ne-s et populations.

Capitalisme et productivisme constituent les deux faces d'un même problème. Nous voulons imposer une autre logique porteuse d'une alternative politique au social-libéralisme.

Fédération pour une Alternative Sociale et Écologiste (FASE), Gauche Anticapitaliste (GA), Gauche Unitaire (GU), Parti de Gauche (PG), Les Alternatifs,

Zone d'Écologie Populaire (ZEP), Alter-ékolo

Pour participer à la manifestation du 17 novembre à Notre Dame des Landes, inscrivez-vous dans un bus francilien à l'adresse suivante : bus17novembreparisidf@riseup.net

bus de Paris pour le 17 novembre

Par Anonyme, le 05/11/2012 à 12:01

Bonjour,

La réservation pour le trajet en bus jusqu' à Notre dame des Landes est lancée. Voici les modalités:

1) L'adresse de pré inscription est bus17novembreparisidf at riseup point net

2) Veuillez, indiquer clairement dans l'objet du mail, le moment où vous souhaiteriez partir vendredi après midi, vendredi soir, ou samedi matin tôt.

3) Dans le mail précisez si vous revenez sur Paris ou restez sur place.

4) Et jusqu'à quel montant vous pouvez participer. En sachant que c'est entre 50 à 60€ à peu prés aller/ retour. ( Vous pouvez indiquer une participation moindre)