thème : travail
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

samedi 4 décembre 2010 à 14h

8 parties : 1 2 3 4 5 6 7 8

Manifestation annuelle du mouvement de chômeurs

Avec ou sans travail,
la lutte des chômeurs et précaires vous concerne tous !

Le samedi 4 décembre 2010 14h00 Place Stalingrad vers la Place de Clichy

Affiche4dec2010.gif

Les quatre organisations de chômeurs et précaires organisent pour la huitième année consécutive la manifestation nationale contre le chômage et la précarité qui se déroulera à Paris le samedi 4 décembre 2010.

Après plus de 30 ans de politiques pour l'emploi, 30 ans de discours sur un hypothétique retour de la croissance, la situation est plus qu'alarmante :

Ce sont aujourd'hui plus de 7 millions de personnes touchées par le chômage et la précarité ! Ce sont des attaques répétées au code du travail La précarité de l'emploi est devenue une norme, le cumul de petits boulots est proposé comme une solution… Cette augmentation incessante du chômage et de la précarité renforce la pression sur le monde du travail (mal-être au travail accru, pression sur les salaires) Les jeunes semblent être condamnés à la précarité (précarité des revenus, précarité du logement, précarité du travail) L'avenir qui se dessine ? Des parcours entrecoupés de périodes de travail, de petits boulots, de chômage… Vivre dans cette précarité, c'est être condamné à perpétuité avec des retraites à minima Sans oublier les sans papier qui travaillent, cotisent et qui n'ont pour seul droit qu'une reconduite à la frontière !

Cette société là, on n'en veut pas !

C'est tous ensemble qu'il faut lutter pour :

  • Un emploi de qualité pour toutes et tous, librement choisi et correctement rémunéré
  • La revalorisation des différents revenus des chômeurs et précaires
  • et un revenu décent pour tou-te-s, avec ou sans emploi
  • Des droits à retraite pour les sans-emploi (indemnisés ou non) et le maintien du droit au départ à 60 ans pour toutes et tous
  • Le maintien de la Prime de fin d'année (dite Prime de Noël)

Le samedi 4 décembre 2010 14h00 Place Stalingrad

Source : http://libertaires93.over-blog.com/article-sa...
Source : http://www.ac-chomage.org/spip.php?article190...


1 2 3 4 5 6 7 8

Manifestations contre le chômage et les précarités, pour la justice sociale !

Cette année encore, AC !, APEIS, MNCP et CGT Chômeurs appellent, avec le soutien de nombreuses organisations associatives, syndicales ou politiques, à manifester le 1er samedi du mois de décembre, cette année le samedi 4 décembre CONTRE LE CHOMAGE ET LES PRECARITES, POUR LA JUSTICE SOCIALE !

Rendez-vous :

Paris-Ile de France : 14h30 M° Jaurès.

Rappel :

  • la convention assurance chômage doit être « renégociée » par les partenaires sociaux avant la fin de l'année ;
  • les misérables minima sociaux (AER, ASS, AAH, RSA…) seront réévalués (de combien ??) au 1er janvier prochain ;
  • comme chaque année, la petite prime de Noël n'est toujours pas certaine ;
  • les jeunes sont toujours discriminés par la loi RSA ; …

Source : http://www.solidaires.org/article33647.html
Source : http://www.ac-chomage.org/spip.php?article189
Source : message reçu le 30 octobre 19h


1 2 3 4 5 6 7 8

Samedi 4 décembre, venez nombreux à la Chômeurs Pride !

Les associations AC!, APEIS, MNCP et CGT-Privés d'emploi vous invitent à participer à cette huitième manifestation nationale contre le chômage et les précarités, pour la justice sociale, qui se déroulera samedi prochain à Paris de Stalingrad à la place Clichy.

Il y a eu des milliards pour sauver les banques et leur permettre, une fois renflouées, de continuer à boursicoter et licencier. Mais rien pour les victimes de la crise qui doivent, elles, en payer le prix.

Rendez-vous est donné à 14 heures place Stalingrad.

Pour nos amis de province, comme chaque année, le MNCP (Mouvement national des chômeurs & précaires) prévoit des bus. Si vous voulez tenter l'aventure, contactez-les au 01 40 03 90 66.

Cette manifestation est soutenue par de nombreuses associations (la CIP-IdF, Génération Précaire, Jeudi Noir, le DAL, Stop-Précarité…), par des organisations syndicales (Sud-Solidaires, SNU/TEFI…) et des partis politiques de gauche.

Avec ou sans emploi, la lutte des chômeurs et précaires vous concerne tous !

Salariés, étudiants, retraités, vous êtes aussi invités à vous joindre à notre cortège.

Mais, avant tout, "il faut que les privés d'emploi se bougent", estime Jean-François Kiefer de la CGT-Chômeurs. C'est l'occasion d'exprimer son ras-le-bol et son exaspération dans un contexte de crise caractérisé par une montée sans précédent du chômage et des licenciements, une chute drastique des offres d'emplois disponibles et une explosion des jobs précaires, le fiasco de Pôle Emploi, sa privation rampante et ses sales méthodes, sans oublier une réforme des retraites qui pénalisera en premier les chômeurs, les femmes et les précaires, tandis que se profile une renégociation de la Convention Unedic où le patronat va vouloir rétrécir nos droits au motif qu'il n'y a pas assez d'argent.

Rejoignez-vous ! Montrez-vous !

Non honteux et coupables d'être exclus d'un "marché du travail" qui ne tourne pas rond, soyez fiers de vous afficher en tant qu'êtres humains dans un système qui ne l'est plus et qu'il faudra changer.

Contacts :

MNCP - 17 rue de Lancry 75010 Paris
Tél : 01 40 03 90 66 - Email : mncp.nexational@freeex.frCette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
www.mncp.fr

Comité national CGT des Privés d'Emploi - 263 rue de Paris 93100 Montreuil
Tél : 01 48 18 84 45 ou 85 44 - Email : chomeuexr@cgt.frCette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
www.cgt-chomeurs.fr

AC! - 21ter rue Voltaire 75011 Paris
Tél : 01 42 63 15 33 - Email : contacext@ac-chomageex.orgCette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
www.agirensemblecontrelechomage.org

APEIS - 11, rue des Couronnes 75020 Paris
Tél : 01 71 26 56 78 - Email : apeis.exparis@9onlinexe.frCette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
www.apeis.org

Source : http://www.actuchomage.org/2010112513272/L-ac...


1 2 3 4 5 6 7 8

Manifestation contre la politique de précarisation et d'austérité

Nous refusons que tout au long de la vie la durée d'emploi gouverne nos existences pour les soumettre toujours plus au commandement de l'argent

14h Stalingrad

La convention d'assurance-chômage va être « renégociée » par les partenaires sociaux. L'heure est une fois encore aux politiques d'austérité. Comme d'habitude on invoquera des "déficits" - et pas de Rolex... - pour restreindre les maigres droits des chômeurs, intermittents et précaires.

La mobilisation contre la "réforme" des retraites visait précisément le gouvernement de la population salariée - avec ou sans fiche de paie - pour lequel l'emploi fait figure de sésame obligé de la simple possibilité de vivre. C'est du moins le cas pour qui ne fait pas partie du vaste club des millionnaires (2 200 000 en France) et de la maffia des prospères sévères ; de ces "gagnants" sur le dos du travail des autres et qui prétendent décider pour tous. Il n'est possible de faire le dos rond, d'attendre des jours meilleurs. Et pas non plus possible de supporter la barbarie concurrentielle que l'on nous impose.

À la journée, la semaine ou l'année, de l'école à la retraite, du congé maternité à la mort, pour obtenir des papiers sans avoir à montrer patte blanche ou ne pas devoir être honteux et tristes de n'être pas employés, nous refusons que tout au long de la vie la durée d'emploi gouverne nos existences pour les soumettre toujours plus au commandement de l'argent.

Si vous n'avez pas d'"assurance-volontaire retraite" et n'êtes pas absolument ravis de devoir compter - peut-être - sur un minimum vieillesse qui vous permettrait de survivre lorsque vous aurez 65 ans ;

Si pour pallier la perte de salaire lors des fins de contrat et des licenciements, vous ne voulez ni ne pouvez payer l'assurance "volontaire" que les économaîtres comme de nombreux experts, la CFDT et le MEDEF, veulent imposer ; si pour vous il est hors de question que le RSA reste interdit aux jeunes, non individuel et honteusement insuffisant et inacceptable de taffer pour des queues de cerises blettes, à temps partiel et au SMIC horaire, en stage et pour de la merde, à la tâche et au projet ;

Si vous savez déjà que vous n'aurez pas de retraites à 80 balais et que le suivi de Pôle emploi, les contrôles CAF, l'arbitraire d'institutions antisociales, l'imbécillité hargneuse et cruelle des discours de dénonciation de l'assistanat, la morgue des employeurs et l'égoïsme fanatique des nantis vous rendent malades de rage, alors que la Sécu n'en peut mais et que, malgré les syndiqués, les syndicats s'en foutent ;

Si enfin le désastreux consensus politique qui vante en boucle le travail et l'emploi pour mieux dégrader le travailleur vous fait vomir et vous révolte, rejoignez avec nous la manifestation annuelle organisée par des organisations de chômeurs depuis la mobilisation de l'hiver 1997/98.

Nous ne devons rien, prenons tout !

Source : message reçu le 30 novembre 15h
Source : http://www.cip-idf.org/article.php3?id_articl...
Source : http://www.cip-idf.org/article.php3?id_articl...
Source : message reçu le 14 novembre 08h


1 2 3 4 5 6 7 8

L'Insécurité sociale, ça suffit !

Tract CNT - RP

Pour le capitalisme, le chômage n'est pas un problème, c'est la compétitivité des entreprises qui compte. En trente ans, la productivité des travailleur(se)s de ce pays a été multipliée par cinq, ce qui permet de diminuer le nombre de salarié(e)s et le coût du travail, sans diminuer les profits engrangés.

Si ce n'est pas suffisant, les entreprises délocalisent et licencient pour être encore plus compétitives et augmenter leurs profits. Peu importe l'augmentation alarmante de la souffrance au travail pour celles et ceux qui ont conservé un emploi, avec perte du pouvoir d'achat, conditions de travail aggravées, angoisse permanente du licenciement par le chantage à la délocalisation en cas de refus du plan de « sauvetage » de l'entreprise. Pour garantir leurs profits, les patrons recourent de plus en plus aux contrats précaires (CDD) et intérimaires et aux contrats qui les exonèrent de charges sociales. Ils divisent ainsi leurs salarié(e)s et disposent d'une main-d'œuvre corvéable à merci.

L'État, qui se permet parfois de donner des leçons de « morale » aux entreprises qui délocalisent, a déjà supprimé plus de 135 000 postes de fonctionnaires et emploie plus d'un quart de ses personnels sous contrats précaires (Lcontractuels) et contrats aidés (CUI) pour assurer des tâches permanentes des services publics. Cela permet d'imposer plus facilement les réformes de casse des services publics, de les privatiser et d'appliquer la gestion des fonctionnaires en mode DRH (lettres et contrats de mission qui se substituent aux statuts).

La casse de la protection sociale, retraites et bientôt sécu, celle des services publics, le chômage endémique, la multiplication des emplois précaires et la précarisation des emplois dans le privé comme dans le public (les fonctionnaires n'ont plus la garantie d'emploi du fait de la loi de mobilité et de la refonte des politiques publiques), plonge une part de plus en plus importante de la population dans une insécurité sociale généralisée. C'est par le contrôle social, la répression antisyndicale et celle des mouvements sociaux que l'État répond à cette insécurité qui pourrit la vie de la majorité de la population, pour assurer la sécurité des profits de quelques-uns.

Un exemple : Pôle emploi

Pôle emploi, le géant né de la fusion entre les Assedics et l'ANPE, était présenté comme un moyen d'améliorer le service rendu aux chômeurs. Le relooking des agences et la communication passée, l'évidence s'impose : Pôle emploi est une arme efficace pour imposer le contrôle et le flicage de ses salarié(e)s et des chômeurs. Depuis la fusion et l'explosion du chômage, les agences - transformées en commissariats des chômeurs - sont sous pression. D'un côté, les agents du Pôle emploi subissent un management par les chiffres, une pression de leur hiérarchie, une perte de sens professionnel et une précarisation de leur emploi. 1 500 CDD ne seront pas renouvelés et 300 postes en CDI seront supprimés en 2011. Résultat : un véritable mal être au travail s'installe ; suicides et arrêt longues maladies se multiplient. De l'autre côté du guichet, les usagers devenus des clients sont placés sous contrôle. La chasse aux mauvais chômeurs est ouverte. Les radiations et les humiliations pleuvent, l'accompagnement est devenu inexistant et se résume à un contrôle mensuel… Pendant ce temps, le secteur privé remporte des marchés pour des ateliers ou des prestations bidon et s'engraisse sur le dos des chômeurs et des précaires. Nous n'avons pas à payer leur crise, la colère monte, faisons converger les luttes !

Le 4 décembre ne doit pas être la traditionnelle manif des chômeurs et des précaires sans lendemain. Continuons le combat tous ensemble, chômeurs précaires, travailleur(se)s du public comme du privé, dans des AG interprofessionnelles de quartiers, de villes, départementales et territoriales pour reconstruire par les luttes ce que le capitalisme détruit, pour conquérir la justice sociale et en finir avec l'insécurité sociale généralisée.

C'EST PAS À L'ÉLYSÉE, C'EST PAS À MATIGNON, C'EST PAS DANS LES SALONS QU'ON OBTIENDRA SATISFACTION, C'EST NOUS QUI TRAVAILLONS ET QUI CHÔMONS, ALORS C'EST NOUS QUI DÉCIDONS !

document au format PDF:

Source : message reçu le 30 novembre 22h


1 2 3 4 5 6 7 8

Manif contre le chômage et la précarité

Appel à former un cortège libertaire

Samedi 4 décembre 2010 aura lieu à Paris une manifestation contre le chômage et la précarité. La Fédération anarchiste appelle les libertaires à se rassembler pour former un cortège au sein de cette manifestation. Le rendez-vous est à 14h à Stalingrad. Emmenez vos drapeaux noirs et vos amiEs !

Source : http://beton-arme.blogspot.com/2010/12/manif-...


1 2 3 4 5 6 7 8

Jolie Môme en manif et en spectacle.

Peu de temps après cette large mobilisation sur les retraites, nous savons tous qu'il ne faut pas perdre la main... ce n'est pas fini !

En décembre MEDEF et autres "partenaires sociaux" doivent renégocier l'UNEDIC, et donc revoir (à la baisse bien sur) les droits des chômeurs et intermittents.

C'est donc en tant qu'intermittents menacés et comme travailleurs solidaires de tous les chômeurs que nous manifesterons :

Samedi 4 Décembre à 14h, M° Stalingrad. (en direction de la place Clichy)

Aux côtés de l'APEIS, de la CGT chômeurs, du MNCP, de AC!, de Solidaires, de la CNT, de la Coordination des Intermittents et Précaires...

la Compagnie Jolie Môme vous invite autour de ses drapeaux puisque nous continuer à penser que c'est dans la rue que ça se passe :

http://www.youtube.com/watch?v=s86sFJvHEW0&feature=related

Rappel pour ceux qui ne sont pas encore venus voir INFLAMMABLE,
il ne vous reste que 3 semaines pour découvrir notre nouveau spectacle,
à La Belle Etoile jusqu'au 19 décembre.

Les premiers commentaires : http://www.cie-joliemome.org/spip.php?article524

Toutes les infos : http://www.cie-joliemome.org/spip.php?article485

Réservations au 01 49 98 39 20
www.cie-joliemome.org

Source : message reçu le 1 décembre 14h


1 2 3 4 5 6 7 8

Manifestation pour un revenu décent

pour toutes et tous et la continuité des droits sociaux

A l'appel de :

AC !, Appel et la Pioche, CIP-IDF, CNDF, DAL, Fondation Copernic, MQJS, SNU-Pôle Emploi, Stop Précarité, SUD-Emploi, Union syndicale SOLIDAIRES

Samedi 4 decembre

Tous à la manifestation du 4 décembre à paris, 14 h place stalingrad

La mobilisation continue !

Pour un revenu décent pour toutes et tous et la continuité des droits sociaux

Après les retraites, l'UNEDIC doit être une nouvelle occasion de rassembler largement pour la défense d'un droit fondamental : le droit à un revenu décent pour toutes et tous !

Après l'affrontement des retraites, le gouvernement annonce l'ouverture d'un autre front social : la négociation du prochain accord UNEDIC sur le régime d'assurance-chômage, qui doit entrer en oeuvre au plus tard en mars 2011. Cette « négociation » entre partenaires sociaux se situe pour nous dans la continuité du combat pour les retraites : l'allongement de l'âge de départ pèse sur les comptes UNEDIC (maintien dans le chômage de nombreux seniors), et augmente le nombre de jeunes chômeurs. Nous faisons notre ce nouveau combat pour la défense des intérêts de toutes et tous. Cette négociation se situera dans la continuité de la volonté gouvernementale, comme on l'a vu pour les retraites, de réduire la protection dont bénéficient les salariés, en activité ou au chômage, de faire payer aux plus démunis les effets de la crise économique, et d'engraisser les fonds d'assurance privés.

Face au choix répété par ce gouvernement de préserver les intérêts des entreprises et des actionnaires, nous affirmons qu'il faut une autre répartition des richesses. Nous exigeons la hausse de part patronale des cotisations UNEDIC, les employeurs étant seuls responsables du chômage et des licenciements. Seule la moitié des chômeurs bénéficie de la couverture de l'UNEDIC. Les autres sont renvoyés à la solidarité nationale sous l'égide de l'Etat. M. Chertier, Président du CA de Pôle Emploi, préconise une refonte complète et un système à trois étages : un socle commun payé par l'Etat, un second étage à la charge de l'UNEDIC et un troisième étage financé par choix individuel du salarié. Ce type de propositions vise à opérer un transfert de charges sur les contribuables et à ouvrir la voie aux assurances privées.

La nouvelle convention UNEDIC va concerner les multiples situations qui s'accumulent depuis longtemps :

  • Les chômeurs (euses) longue durée (plus d'un an) et ceux tombés en « fin de droits ».
  • Les centaines de milliers de salariés licenciés depuis deux ans, qui arrivent maintenant au bout des congés de reclassement et qui rejoignent les rangs des chômeurs.
  • Les jeunes, dont les perspectives d'emploi s'éloignent et dont la précarité devient l'horizon, et qui sont déjà pour l'écrasante majorité exclus du RSA.
  • Les intermittents du spectacle, dont les garanties collectives sont remises en cause.
  • Les seniors maintenus artificiellement dans un statut de chômeurs par l'allongement de l'âge de la retraite.

NOUS EXIGEONS :

  • Le retour à des durées longues d'indemnisation (suppression de la règle actuariale selon laquelle la durée d'indemnisation est égale à la durée de cotisation) : 23 à 36 mois, pour tous (quelle que soit la durée de travail antérieure).
  • La sécurité sociale professionnelle pour tous, avec ou sans emploi.
  • L'augmentation des minima sociaux au niveau du SMIC, et la comptabilisation des trimestres vécus sous ce régime pour l'ouverture des droits à la retraite.
  • L'extension du RSA à tous les jeunes de moins de 25 ans.
  • L'assimilation des stages à des contrats de travail avec paiement au SMIC et cotisations retraite.
  • L'encadrement strict des CDD, de l'intérim, des temps partiels contraints dont les femmes sont les premières victimes, et des sanctions contre les entreprises qui en abusent.
  • Une Allocation d'étude et de formation.
  • L'abrogation de la Loi sur l'Egalité des Chances (travail de nuit dès 15 ans, etc).
  • L'encadrement et la baisse des loyers et charges, l'arrêt des expulsions locatives, l'application de la loi de réquisition et de la loi DALO (droit au logement opposable) et la construction massive de HLM.
  • L'arrêt des discriminations à l'embauche qui frappent notamment les jeunes d'origine immigrés.
  • La suppression de l' « offre raisonnable d'emploi » (obligation d'accepter n'importe quel emploi à n'importe quel salaire).
  • L'arrêt du contrôle-flicage des chômeurs et précaires, des radiations et des indus.
  • Un service public de l'emploi donnant accès à un emploi décent et des formations librement choisies, longues et qualifiantes, rémunérées. Pour le faire vivre, il faut stopper les 1800 suppressions de postes prévues à Pôle emploi et au contraire y créer les emplois nécessaires.

Nous appelons tous ceux et toutes celles, qui se sont mobilisés dans toutes les villes, à se saisir de la journée du 4 décembre 2010 pour manifester partout en France contre le chômage et les précarités et construire une solidarité concrète avec les chômeurs et les précaires de l'ensemble des salariés.

TOUS À LA MANIFESTATION DU 4 DÉCEMBRE À PARIS, 14 h Place Stalingrad

AC !, Appel et la Pioche, CIP-IDF, CNDF, DAL, Fondation Copernic, MQJS, SNU-Pôle Emploi, Stop Précarité, SUD-Emploi, Union syndicale SOLIDAIRES

Source : http://www.fondation-copernic.org/spip.php?ar...

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/14777

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir