Réagir (1)EnvoyeriCalPartager

samedi 25 février 2012 à 13h

Salon anti-colonial 2012

Salon anticolonial

Les Samedi 25 et Dimanche 26 Février

Le Salon anticolonial à la Bellevilloise (Avec plus de 50 stands associatifs, débats, Salon du Livre, remise des prix du colonialiste de l'année et de la Françafrique, du Prix Frantz Fanon, du prix du livre anticolonial par les libraires,etc..), 19-21 rue Boyer, 75020 Paris, métro Gambetta ou Menilmontant, Bus 26 Station Villiers de l'Isle-Adam.

Le Salon, évènement-phare de la Semaine AntiColoniale, est conçu comme la vitrine de la semaine anticoloniale.

document au format PDF:

Programme du salon

Il a 3 Fonctions :

  • Sensibilisation Le Salon est un lieu qui montre que la question coloniale ne se réduit pas à la seule mémoire mais est une actualité vivante. Il est la preuve que la mémoire coloniale est une occasion d'ouverture et non de fermeture du débat sur la mémoire.
  • Information
    Information sur la question coloniale d'hier et d'aujourd'hui pour lutter contre l'oubli, contre la banalisation historique des crimes colonialistes, contre le négationnisme et le racisme sous toutes ses formes. La présence des associations impliquées et l'organisation de projections et de conférences informeront l'opinion publique et aideront à mieux appréhender les problématiques abordées. Le salon offrira à un public parisien l'occasion de discuter avec des historiens, des philosophes, des militants engagés dans les luttes anticoloniales passées ou présentes, dans un espace culturel et pluriel.
  • Mutualisation Car le salon est un espace de rencontres et d'échanges entre associations françaises issues de l'immigration et ouvert au grand public.

L'organisation du salon anticolonial

Le salon repose sur deux espaces : un espace associatif et un espace dédié aux manifestations, conférences, projections. Il se structure autour de plusieurs pôles :

  • Stands associatifs : Une soixantaine d'associations seront représentées, représentants divers mouvements et dynamiques de solidarité internationale, anti racistes, de défense des droits de l'homme, de mémoire. Ce sont ces associations qui en mobilisant leurs membres et sympathisants font le succès du salon. Des projections suivies de conférences sur la mémoire de l'immigration parisienne liées à la question anticoloniale auront lieu dans un espace réservé.
  • Le Salon du livre anticolonial : Depuis 2007, le salon du livre anticolonial est organisée pour faire connaitre des livres qui sensibilisent aux thématiques néocolonialistes et plus généralement permet de rendre hommage au combat anticolonial des peuples d'Asie, d'Afrique, d'Amérique Latine et du monde arabe. Cet héritage est plus que jamais d'actualité à une époque de recolonisation et de justification du colonialisme.
  • Remise des prix du colonialiste de l'année, Françafrique et Frantz Fanon.

Le prix du colonialiste de l'année est une manifestation à la fois ludique et délibérative. Cette année, il y aura un prix décerné par les Internautes et un prix attribué par le public du salon,à partir de la description des nominés, d'illustrations par vidéo projections de leurs « oeuvres » , de l'analyse de leurs discours et de leurs actes. Les prix sont ensuite décernés sous forme de remise d'un casque colonial aux intéressés.

Le prix Frantz Fanon est décerné à la personne, qui s'est distingué dans le courant de l'année, par le combat anticolonialiste qu'elle a mené. Il a été décerné en 2011 à Stéphane Hessel.

JPEG - 129 ko

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/19654
Source : http://www.anticolonial.net/spip.php?article2...

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

Soutien aux mobilisations de la Réunion

Par Anonyme, le 24/02/2012 à 12:47

Depuis plusieurs jours, les travailleurs, en particulier les routiers, les jeunes se mobilisent à la Réunion contre la politique de l'état colonial français qui a abouti à ce que 60% des jeunes réunionnais soient au chômage. La répression s'abat sur les protestataires, comme à Mayotte, il y a quelques semaines.

Mener la lutte anticolonialiste ce n'est pas seulement évoquer le passé, mais soutenir les luttes réelles d'aujourd'hui.

Les organisations progressistes ont été honteusement absente du soutien aux combats à Mayotte, y compris l'extrême gauche dans son ensemble.

Il faut, dès maintenant que les organisations qui se réclament de l'anticolonialisme appellent à la mobilisation unitaire dans toutes les grandes villes de France en soutien aux luttes à la réunion.

A bas le colonialisme français!