Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

lundi 18 juin 2012 à 18h30

2 parties : 1 2

Rassemblement en solidarité avec les

femmes de Turquie en lutte sur le droit à l'avortement

Rassemblement en soutien aux femmes turques et kurdes,
Lundi 18 juin 2012, 18h30
Place de Bolivie XVIème arrondissement Paris, près ambassade de Turquie

Manifestation pour le droit à l'avortement, à Istanbul, 2 juin 2012

Un ministre en Turquie compare l'avortement à un meurtre et veut revenir sur ce droit fondamental acquis par les femmes en 1983.

Vous pouvez lire l'appel au rassemblement de l'ACTIT (association culturelle des travailleurs immigrés turcs) , Union des Femmes Socialistes, CACAD et collectif parisien des droits des femmes) sur ce site ICI.

Nous soutenons cette initiative et y serons pour protester contre les attques sur les acquis fondamentaux pour les femmes !

Mon corps m'appartient !
Libre disposition de nos corps !
Contre les attaques en tout genre contre les droits des femmes !

manif-avortement-Istanbul.jpg

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/22067
Source : http://femmesenlutte93.over-blog.com/article-...
Source : http://femmesenlutte93.over-blog.com/article-...


Rassemblement pour la défense du droit à l'avortement - Paris

Coordination Française
Marche Mondiale des Femmes

Stop aux attaques contre le droit à l'avortement partout en Europe !
Maintien des droits des femmes en Turquie
Liberté pour Leyla Zena

RASSEMBLEMENT
le 18 juin à 18h30 à Paris
Près de l'ambassade Turquie, place de Bolivie, Paris 16ème
métro Passy ou Bir-Hakeim, RER C Avenue du Pdt Kennedy

En ces temps d'austérité économique, l'accès à l'avortement est en danger dans tous les pays d'Europe.

Tous les arguments sont mobilisés pour attaquer les droits des femmes : discours néo-libéral sur la santé des femmes qui coûterait trop cher ; discours pro-vie des intégristes religieux ; discours raciste et impérialiste justifiant la production d'enfants à tout prix.

  • En France comme en Belgique, ce sont les centres IVG et les hôpitaux pratiquant l'avortement qui ferment sous prétexte de gestion budgétaire de la crise ;
  • En Galice, au Portugal ou en Suisse, la loi permettant l'accès à l'avortement pour toutes est attaquée ;
  • En Roumanie, le droit à l'avortement menace d'être adjoint d'une obligation de conseil psychologique par des associations chrétiennes pour faire pression sur les femmes désirant avorter ;
  • En Pologne, en Irlande, le droit à l'avortement reste interdit sous couvert d'intégrisme religieux ;

Les forces conservatrices, néo-libérales, impérialistes et sexistes convergent pour limiter notre droit à disposer de notre corps. L'accès à la santé reproductive, à l'avortement, à une autonomie financière permettant de vivre dans la dignité et d'élever dignement nos enfants est de plus en plus difficile

En Turquie, le 1er ministre compare l'avortement à un massacre, un « Uludere », nom du village kurde dont l'attaque aérienne a provoqué la mort de 34 civil-es. Pour pousser les femmes turques à faire des enfants, il veut interdire l'avortement, ou le limiter à 4 semaines, ce qui équivaut à l'interdire. De même pour les accouchements par cesarienne assimilés à une conspiration internationale contre la Turquie pour limiter sa natalité. Pour garder un équilibre démographique favorable contre les kurdes, les femmes turques devraient produire un maximum d'enfants servant une politique nationaliste et impérialiste. Le corps de femmes serait une fois de plus la propriété des hommes et des nations comme lors des conflits armés où les viols massifs des femmes servent à la colonisation des territoires.

Avec la restriction extrême du droit à l'avortement des femmes turques, le gouvernement entend s'approprier le droit des femmes à disposer de leur propre corps.

Nous nous indignons de toutes ces attaques. Nous refusons de voir des femmes ne plus accéder aux hopitaux à cause du chantage économique qui leur est fait (comme en Grèce, où on leur dit : « payez ou on garde votre enfant »). Nous refusons de voir de nouveau mourir des femmes obligées de recourir aux avortements clandestins. Nous revendiquons le droit pour les femmes, partout dans le monde, d'avoir le contrôle de leur corps, de pouvoir accéder à une contraception de qualité et de leur choix, de pouvoir avorter, de pouvoir porter et élever leurs enfants dans des conditions dignes si elles le souhaitent.

En soutien à l'appel de : Association culturelle des Travailleurs Immigrés Turcs, Union des Femmes socialistes, CADAC, Collectif Région Parisienne Droits des Femmes.


Pour la libération de Leyla Zana,

militante kurde emprisonnée pour 10 ans

En turquie, le 24 mai 2012,tribunal de Diyarbir, ville du sud Anatolien, a condamné Leyla Zana pour avoir : « violé neuf fois le Code pénal et la loi anti-terrorisme en exprimant dans des discours son soutien au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK interdit) et à son chef emprisonné Abdullah Ocalan. »

Leyla Zana, députée Turque, avait déjà subi une condamnation en 1994 de 15 ans de prison, ramenée à 10 ans suite à la mobilisation internationale.

Nous dénonçons encore une fois l'acharnement des autorités turques contre les femmes militantes kurdes.

Nous rappelons que nous avions organisé notre dernière rencontre européenne de la Marche Mondiale des Femmes à Istanbul et démontré notre solidarité avec les femmes Turques et Kurdes qui se battent pour la liberté d'expression, de conscience, et pour toutes les libertés fondamentales.

Nous demandons au Parlement Turque d'oeuvrer pour une véritable liberté d'opinion et, au Parlement Européen et au gouvernement français, d'intervenir pour lever la condamnation de Madame Layla Zana.

D'après le communiqué de la MMF 13-PACA

Coordination Française Marche Mondiale des Femmes

Tel : 0144621204 ou 06 80 63 95 25, mail : marchfexem@rezisti.oexrg ; site : http.www.mmf-France

Source : http://www.solidaires.org/article41261.html

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir