Réagir (3)EnvoyeriCalPartager

jeudi 17 décembre 2015 à 19h

Meeting unitaire contre l'état d'urgence

Rétablissement de l'état de droit !

L'instauration de l'état d'urgence depuis les terribles attentats du 13 novembre, ne se limite pas à la répression du terrorisme. Il frappe le mouvement social à travers une série d'interdiction de manifester, mais également des atteintes à la liberté de réunion, d'expression, de circulation ...

Au mépris de l'état de droit, des sanctions arbitraires, administratives et policières sont prises à l'encontre de militant-e-s, de manifestant-e-s ou d'organisations du mouvement social , assorties de mesures d'intimidation.

En parallèle une campagne de stigmatisation est lancée, comme on l'a constaté le 29 novembre place de la République afin de justifier l'emploi de ces mesures antiterroristes contre le mouvement social dans sa globalité.

Plusieurs centaines de militant-e-s et de manifestant-e-s non violent-e-s ont été brutalisés, menacés, insultés, espionnés, interpellés, poursuivis, assignés à résidence et/ou pour certains, condamnés. Ils et elles n'ont rien à voire avec les terroristes, mais les Préfets et la police, profitant de leurs nouveaux pouvoirs se déchainent pour bâillonner la contestation, partout en France.

Une réforme de la constitution est annoncée pour un emploi facilité de l'état d'urgence et donc des sanctions administratives, hors le contrôle du juge, hors l'état de droit.

Pourtant, les sanctions applicables dans les cas de terrorisme (perquisition de nuit, assignation à résidence, interdiction de manifester, dissolution d'organisations ...), existent déjà dans la loi, mais sous le contrôle du juge.

Entre les mains d'un pouvoir autoritaire, la constitutionnalisation de l'état d'urgence serait alors une arme redoutable tournée contre la démocratie et la justice sociale, et la déchéance de la nationalité serait une arme de masse pour une politique raciste.

Nous appelons à un meeting le 17 décembre.

  • Respect de la liberté de manifester, de se réunir et de s'exprimer ;
  • Pour la levée immédiate de l'état d'urgence, et contre l'état d'exception permanent ;
  • Arrêt des poursuites contre les manifestants, les militants des mouvements sociaux, et contre la stigmatisation des migrants et des quartiers populaires ;
  • Abandon de la constitutionnalisation de l'État d'urgence et de la déchéance de la nationalité ;

A l'appel de

AC!, ACORT, ADTF, AMF, APEIS, ATMF, ATTAC, CEDETIM, CFPE, CGT 75, CNT RP, Col. 3C, Col. des désobéissants, Col. des sans voix 18e, COPAF, CRLDHT, CSP 75, DAL, Droits devant, Ecologie sociale, FASTI, Femmes égalité, Fondation Copernic, FTCR, FUIQP, GISTI, Initiative Décroissante pour le Climat, IPAM, MCTF, MNCP, MRAP, Rés. pour une Gauche Décoloniale, Syndicat de la Magistrature, SNES PJJ, Solidaire, Solidaires étudiant-e-s, SUD Aérien, SUD PTT, Sortir du colonialisme, Survie, UJFP, UTIT …

Avec le soutien de : Alternative libertaire, CGA, Ensemble, NPA, PCOF, PG ...

document au format PDF:

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/43776
Source : message reçu sur ensemble-faldi le 4 décembre 20h
Source : message reçu sur ensemble-faldi le 9 décembre 09h
Source : message reçu sur ensemble-faldi le 14 décembre 12h
Source : message reçu le 15 décembre 13h
Source : message reçu le 15 décembre 15h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

la FSU 93 signe

Par Anonyme, le 17/12/2015 à 10:08

la FSU 93 signe

Par Anonyme, le 14/12/2015 à 15:25

Est-il possible de savoir qui est à l'initiative de ce meeting ? Merci.

Par Anonyme, le 13/12/2015 à 21:16

J'aimerais divulguer la nouvelle, mais rien n'est prévu pour G+.... bon je vaiis me débrouiller autrement, dommage

Si non très bonne nouvelle