Réagir (1)EnvoyeriCalPartager

lundi 14 mars 2016 à 18h30

Réunion « Leur faire peur #2 : ça se construit »

préparation des journées de mobilisation des 17 et 31 mars

Suite à la soirée organisée par l'équipe Fakir autour du film Merci Patron, syndicalistes, zadistes, ouvriers, mal-logés, étudiants, intellos, précaires, simples citoyens se sont rencontrés autour de la question : « Comment leur faire peur ? »

La réponse a été unanime : "Nous ne rentrerons pas chez nous après la manif du 31 mars"

Des groupes de travail ont d'ores et déjà été mis en place.

Pour construire ensemble cette convergence, nous vous proposons de nous réunir à nouveau lors d'une soirée "Leur faire peur, ça se construit" le 14 mars à 18h30 à la Bourse du travail de Paris.

Nos diversités sont une richesse, notre nombre est une force : c'est par le dialogue, le partage et l'échange que nous rendrons possible une occupation de place ou d'un lieu suffisamment grand à Paris.

Venez avec vos idées et vos compétences pour que cette occupation soit non seulement possible, très large, mais aussi constructive : le début de ce que nous déciderons de faire pour reprendre en main la chose publique !

Petit bémol : la salle réservée ne pouvant accueillir trop de monde, sont conviéEs de préférence celles et ceux qui veulent participer concrètement et activement au 31 mars. Merci de votre compréhension.

A très bientôt !

Camille, au nom du collectif informel qui s'est créé suite à la soirée du 23 février : www.convergence-des-luttes.org

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/45789
Source : message reçu le 12 mars 18h
Source : http://www.cip-idf.org
Source : https://www.facebook.com/events/5041551064353...

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

Retrait de la Loi travail !

Par Anonyme, le 13/03/2016 à 11:06

C'est encore au nom de l'emploi - et par là même, implicitement, au nom du droit au travail - que le gouvernement entend renverser le droit du travail avec sa Loi travail. Une fois de plus, il faudrait accepter davantage de flexibilité et moins de droits. On cherche par tous les moyens à nous acculer à un chacun pour soi suicidaire.

Pas de droit du travail sans droit au chômage !