thème : répression
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mercredi 25 mai 2016 à 19h

Conférence débat avec Mathieu Rigouste

« Nous sommes en guerre » dit Valls, mais contre qui ?

état de guerre et frénésie sécuritaire

Organisée par le Collectif « Ni guerres, ni etat de guerre »

A en juger par les dizaines de milliers de policiers, de CRS et de militaires déployés pour encadrer les manifestations, quadriller les quartiers, déloger les migrants, rôder autour des lycées, des places occupées, il ne s'agit pas de « lutter contre le terrorisme international » !

Quel est donc l'ennemi qu'il faut casser ? C'est le mouvement exigeant le retrait de la loi Travail et protestant contre le 49.3. La répression vise à terroriser pour vider les manifestations, avec des techniques extrêmement agressives : des centaines de blessés, des centaines d'arrestations, des peines de prison ferme, etc.

« Nous avons vu et soigné des blesséEs graves, des tirs tendus au flashball, aux grenades lacrymogènes, aux grenades de désencerclement. Des tirs au visage, dans les yeux, les mains, sur les membres, sur tout le corps. Nous avons vu des doigts à demi sectionnés, de la peau brulée, des personnes sous le choc, terrorisées. » (témoignage d'une bénévole de streetmedic sur la manifestation du 1er mai)

Tout cela pour protéger un gouvernement aux abois qui fait passer en force la loi El Khomri, sans débat ni vote. Pendant ce temps, le Parlement est en train d'adopter la loi Urvoas, qui vient pérenniser l'état d'urgence : banalisation des perquisitions de nuit ; fouilles et contrôles sans retenues et sans autorisation du juge ; garde à vue de quatre heures pour une simple vérification d'identité ; une légitime défense des policiers sans limites (irresponsabilité pénale des policiers et gendarmes lorsqu'ils estiment que peuvent se produire des actes criminels susceptibles de causer plusieurs victimes !).

Valls avait prévenu en novembre 2015 : « des libertés pourront être limitée », car « la sécurité est la première des libertés ».

Nous subissons aujourd'hui dans notre chair cet ordre sécuritaire, garantissant la paix à l'intérieur pour mieux faire la guerre à l'extérieur (Afrique, Moyen Orient), et destiné à imposer le nouvel ordre social organisé par la loi El Khomri.

Ni chair à patron, ni chair à matraque, ni chair à canon !

L'état d'urgence contre le mouvement social, contre les jeunes, contre les populations noires, arabes, musulmanes, rroms, ça suffit !

Mercredi 25 mai à 19 heures Bourse du travail de Paris (3, rue du Château d'eau) Salle Louise Michel

Conférence Débat sur l'état de guerre et la frénésie sécuritaire Avec Mathieu Rigouste (auteur de « L'ennemi intérieur, la généalogie coloniale et militaire de l'ordre sécuritaire dans la France contemporaine »)

Rejoignez le collectif Ni Guerres Ni Etat de Guerre : antiguexerre16@gmailex.com

http://collectifantiguerre.org

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/47651
Source : message reçu le 15 mai 12h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir