Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mardi 13 septembre 2016 à 18h

2 parties : 1 2

Réunion hebdomadaire de la

coordination contre la répression et les violences policières

Coordination contre la répression et les violences policières
contact : stopreexpression@risexeup.net
Réunion tous les mardis à 18h à la Bourse du Travail de Paris
3 rue du Château d'eau
M° République.
Communiqué, Paris, le 6 septembre 2016

Un été meurtrier et liberticide

Le 19 juillet, les forces de l'ordre ont encore tué. Adama Traoré, interpellé par les gendarmes à Beaumont sur Oise, est mort asphyxié, continuant ainsi la longue série d'une vingtaine de morts depuis 2007, tous asphyxiés par la même « manœuvre d'immobilisation » policière. Dès la nouvelle du drame annoncée, le procureur a cherché à dissimuler des informations et à organiser l'impunité policière.

Quelques jours avant, c'est à Bure, contre des manifestant.e.s anti-nucléaires, que des milices privées et des gendarmes sont intervenus très violemment pour dégager un site forestier.

Le 20 août à Aurillac, l'exaspération est à son comble contre le dispositif policier qui encage le centre ville où se tient le festival de théâtre de rues. Les CRS interviennent : cinq festivaliers sont interpellés.

A Nice et ses environs, fin août, des arrêtés « anti-burkini » s'acharnent à stigmatiser les populations musulmanes. Premières victimes, les femmes : toujours.

Sans répit, à Paris, à Calais.., les migrant.e.s subissent les violences policières et les propos racistes.

Cet État et les partis politiques de gouvernement n'ont rien d'autre à proposer : état d'urgence, lois liberticides, politiques sécuritaires, expulsions, violences policières et incarcérations. Il y a urgence à en finir.

Soyons nombreu.ses.x dans la rue le 15 septembre et aux côtés des réprimé.e.s :

  • 12 sept : Procès du Hibou autour de "Bure" 14h45 - Appel à soutien au TGI de Bar-le-Duc
    http://vmc.camp/2016/08/27/rdv-de-solidarite-pour-le-proces-du-hibou-du-bois-lejuc/
  • 20 sept: Procès des "4 du 28 avril" (SNCF) Marseille, tribunal, 14h
  • 20 sept: Procès de manifestant.e.s anti-loi Travaille, Lille, TGI,
  • 21 sept à 9h Alexis (Etudiant et salarié) pour outrage à la parole,
    geste et menace portant atteinte à l'ordre publique, TGI Paris, suite la
    nasse du 5 juillet à Assemblée nationale
  • 21 sept: 19:00 Réunion pour l'Observatoire national des violences policières, CICP, Paris
  • 22 sept : Ouverture du procès des 5 manifestants arrêtés pendant le 5 juillet devant l'AN. TGI de Paris, 24 et 29 ème chambres. Les audiences commencent à 9h, nécessaire de venir à 8h. Les manifestants demandent de venir les soutenir.
  • 27 sept : Procès de 5 militant.e.s anti-loi Travaille!, au tribunal d'Amiens,
  • 27 et 28 sept : Air France Chemise arrachée Bobigny, 9h, Rassemblement.
  • 19 et 20 oct Goodyear Amiens. Un village militant est prévu.
  • 16 octobre Cabaret d'Urgence organisée par Jolie Môme. Épée de Bois, Cartoucherie. Route du Champ de Manoeuvre 75012 Paris. Dédié au Medef ainsi qu'à la répression des mouvements sociaux.
  • 24 octobre : l'Attiéké à Saint Denis
  • 8 décembre à Paris procès de Loïc de Jolie Môme.

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/49512
Source : message reçu le 11 septembre 00h


Réunion de la

Coordination contre la répression et les violences policières

Appel à renforcer les solidarités et les soutiens contre la répression et les violences policières

Proposition d'ordre du jour :

  • Organisation et mode de fonctionnement ;
  • Bilan et point sur les initiatives prévues ;
  • Discussion sur les initiatives et les actions futures ;
  • 19h30 : Réunion avec le Comité du 18 mai qui soutient les manifestant-e-s mis-es en cause pour « l'affaire de la voiture de police brûlée » le 18 mai 2016 ;
  • ...

Appel :

Les Nuit Debout et le mouvement contre la loi Travail continuent avec des blocus, des manifestations, des actions de grève et des occupations. Le gouvernement y oppose une répression systématique : manifestations empêchées, dispositifs policiers démesurés, provocations policières, humiliations et menaces dans les commissariats, contrôles judiciaires, perquisitions, gardes à vue, comparutions immédiates, peines de prison fermes, gazages et matraquages systématiques, évacuations violentes, tirs de Flash-Ball et de grenades de désencerclement, drones et hélicoptères permanents, nassages et interpellations, interdiction de manifester, détentions préventives, assignations à résidence, tandis que les chefs d'inculpation s'alourdissent (tentative d'homicide volontaire, association de malfaiteurs...).

Ces politiques répressives et les violences policières sont à l'œuvre depuis longtemps dans les quartiers populaires et continuent de toucher particulièrement les pauvres, les précaires, les jeunes, celles et ceux désignées comme Arabes, Noirs, Roms, musulman.e.s, migrants et migrantes, sans-papiers.

La même violence est à l'œuvre pour discréditer nos mobilisations et bâillonner nos revendications, visant sans distinction, celles et ceux qui luttent, syndiquées ou non.

Ce gouvernement veut passer en force sa politique libérale. Il cherche à casser les pratiques de solidarité et de luttes collectives ainsi que les tentatives de réappropriation des espaces publics.

Nous dénonçons la criminalisation du mouvement social et la politique sécuritaire du gouvernement, amplifiées par l'État d'urgence et relayées par les médias aux ordres.

Nous condamnons fermement les arrestations, les gardes à vue, tout autant que les comparutions immédiates, symboles d'une justice de classe.

Les signataires de l'appel considèrent qu'il est temps que cesse la répression et agissent pour :

  • la défense du droit de grève, de réunion et de manifestation ;
  • l'arrêt des violences policières ;
  • l'abandon immédiat des poursuites judiciaires et la libération immédiate et sans condition de toutes les personnes emprisonnées ;
  • l'abandon des sanctions disciplinaires, administratives, pédagogiques contre les lycénEs et les étudiantEs, les salariéEs investiEs dans les mobilisations contre le projet de loi Travail ;
  • l'appel à des rassemblements de soutien devant les lycées, les tribunaux, les commissariats et les centres de rétention ;
  • l'appel à coordonner les différentes initiatives (Legal Team, Défense Collective, comités de soutiens, collectifs de familles...) ;
  • collecter des soutiens financiers.

Réunion tous les mardis à 18h à la Bourse du Travail de Paris 3 rue du Château d'eau - M° République

Contact : stopreexpression@risexeup.net

Premiers signataires :

Association Amélior, CGA, CIP IDF, CNT, Collectif pour la Libération de Georges Abdallah, Comité du 18 mai, Emancipation Tendance Intersyndicale, Ensemble !, Femmes Egalité, FERC Sup CGT de Paris 8, NPA, PCOF, Sud Education 92, Sud Education 93, Urgence Notre Police Assassine, Justice pour Ali Ziri...

Caisse de solidarité

Nous vous signalons que nous avons sinon créé une caisse de solidarité que vous pouvez abonder en libellant vos chèques à l'ordre de FAU, en indiquant au dos "stop répression" et en les envoyant à l'adresse postale suivante :

Librairie Michèle Firk
à l'attention de FAU
9 rue François Debergue
93100 Montreuil

document au format PDF:

Source : message reçu le 20 juin 16h
Source : message reçu le 20 juin 18h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir