Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mardi 29 novembre 2016 à 13h

8 parties : 1 2 3 4 5 6 7 8

Manifestation et assemblée

Pour un vrai statut d'éducation prioritaire pour les lycées !

29 novembre :

  • 10h : Manifestation, départ place Edmond Michelet (Beaubourg) en direction de République
  • 13h : Assemblée Générale (Bourse du travail, République)

Ceci est une annonce de la ministre :
« Les professeurs des lycées (de ZEP) ont raison »
Obtenons un vrai statut d'éducation prioritaire pour les lycées !

Le 17 novembre 2016 :

Une mobilisation et une exposition médiatique exceptionnelles

Des écoles aux lycées en passant par les collèges, de Paris à Marseille en passant par Dreux :

  • Davantage de grévistes,
  • Davantage de manifestants,
  • Davantage d'élèves, de parents d'élèves et de personnels non enseignants.

Davantage d'académies et de lycées mobilisés.

A ce jour, l'Appel a été signé par 83 lycées de 14 académies !

Une couverture médiatique très large

  • Des médias nationaux,
  • La presse régionale,
  • Les télés et radios.

Impossible de ne plus nous entendre !

Le ministère est fébrile et inquiet !

Plus organisés, plus nombreux, plus forts grâce au soutien des medias et des syndicats, mobilisons-nous pour faire céder le ministère et obtenir des réponses concrètes !

Réponses biaisées et inacceptables

Inquiet face à la mobilisation, que répond le ministère?

  • Communiqués ou arrêtés laconiques très éloignés de nos demandes, tout en expliquant à la commission parlementaire sur le budget que « les professeurs ont raison » !
  • Aux interpellations des parlementaires, Najat Vallaud-Belkacem répond que la question de la carte des lycées en éducation prioritaire sera bien traitée ... « lors du prochain quinquennat que nous effectuerons » !

Sourd à nos revendications, que répond le ministère ?

À la question essentielle des moyens alloués aux lycées ZEP :

Le ministère ne répond pas. C'est inacceptable !

À la question des compensations spécifiques des enseignants permettant de reconnaître leur travail et de stabiliser les équipes :

Le ministère « proroge » de 2 ans une clause de sauvegarde...

MAIS PAS pour les collègues arrivés après 2015...

Un même travail, un même investissement, et deux statuts différents ? C'est inacceptable !

Le Collectif « Touche pas ma ZEP » appelle à renforcer la mobilisation par une nouvelle journée.

Un préavis de grève reconductible est déposé.

La grève reconductible sera votée en AG des lycées l'après-midi.

Grève et manifestation mardi 29 novembre 2016

  • Manifestation : RDV 10h à Paris (lieu à confirmer)
  • Assemblée Générale : 13h (Bourse du travail, République)

document au format PDF:

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/51513
Source : http://www.tpamz.levillage.org/spip.php?artic...
Source : http://www.tpamz.levillage.org/spip.php?artic...
Source : http://www.sudeducation94.org/Touche-pas-a-ma...
Source : http://www.tpamz.levillage.org/


1 2 3 4 5 6 7 8

Appel pour une éducation réellement prioritaire

de la maternelle au BAC

Collectif "Touche pas ma ZEP !"

Malgré les objectifs affichés par le projet de refonte de l'éducation prioritaire conduite par le Ministère de Najat Vallaud Belkacem, notre système éducatif ne cesse de renforcer les inégalités sociales. A rebours de l'objectif consistant à donner plus à ceux qui ont le moins, ce sont même paradoxalement les établissements des quartiers les plus favorisés qui bénéficient de davantage de moyens en concentrant les enseignants avec le plus d'ancienneté et les mieux payés.

Qu'il s'agisse des établissements soi-disant bénéficiaires de la nouvelle politique d'éducation prioritaire, de ceux qui en sont sortis ou vont en sortir ou encore de ceux qui, en dépit des difficultés quotidiennes qu'ils rencontrent, n'y sont pourtant jamais entrés, il est temps de nous mobiliser tous ensemble pour exiger une véritable politique d'éducation prioritaire et des décisions immédiates pour faire cesser la casse de l'Education Nationale dans les quartiers populaires.

Depuis plusieurs semaines, nous, enseignant-e-s de lycées relevant de l'Education Prioritaire ou qui devraient en relever, sommes mobilisés au sein du collectif « Touche pas ma ZEP » afin de protester contre la sortie du dispositif d'Education Prioritaire de l'ensemble des lycées de France. Celle-ci aurait pour conséquence des effectifs par classe qui explosent alors que ces lycées sont le prolongement de nombreuses écoles et de nombreux collèges REP ou REP ; les élèves accompagnés durant leurs 14 ou 15 premières années ne mériteraient plus que l'on s'y intéresse ! Par ailleurs, elle conduirait à une hémorragie générale des personnels qui, face à la dégradation de leurs conditions de travail, préfèreraient demander leur mutation, laissant les postes les plus difficiles à de jeunes enseignant-e-s sans expérience ou à des personnels précaires.

Pour les écoles et collèges qui ont inauguré le nouveau label REP ou REP , la situation n'est malheureusement pas beaucoup plus enviable. Ce label n'est en effet contraignant ni en termes de moyens ni en termes d'effectif par classe. Par exemple, dans les écoles primaires, l'augmentation des effectifs est prévisible puisqu'un seuil plancher de 25 élèves par classe en moyenne sera désormais la norme - plus aucune ouverture de classe en-dessous de ce seuil. De plus, les collègues qui sont entrés dans le dispositif REP , censé leur accorder plus de moyens et d'attention, sont nombreux à dénoncer la poudre aux yeux de ce nouveau label, qui ne peut faire sens que lorsque les équipes déjà en place se connaissent depuis longtemps et travaillent à l'aune d'une certaine cohérence pédagogique.

Toutes ces décisions auront pour conséquence la constitution de véritables ghettos éducatifs, processus déjà entamé en raison de l'assouplissement de la carte scolaire et du recours à l'enseignement privé qui minent la mixité sociale à l'école.

De la Maternelle au bac, pour nos élèves, défendons le même accès à l'éducation dans tous les quartiers !

Exigeons tous ensemble :

  • Une nouvelle carte élargie de l'éducation prioritaire incluant les établissements du primaire et du secondaire qui ont été sortis de tous les dispositifs depuis deux ans, ainsi que toutes les écoles, collèges et lycées qui ont vocation à y entrer.
  • Des moyens humains supplémentaires, y compris dans les écoles et collèges actuellement classés en REP ou REP , de manière à plafonner les effectifs de manière pérenne et à mettre en place les dédoublements de classe partout où cela est nécessaire.
  • Des mesures de compensation salariale pour tous les personnels des établissements prioritaires (enseignants, vie scolaire et agents) ainsi que le rétablissement des bonifications liées aux points de mutations conditionnés à une durée d'exercice minimum, de manière à rendre ces établissements réellement attractifs et à mettre fin à l'instabilité chronique des équipes.
  • La création de tous les postes requis aussi bien pour la vie scolaire, que pour les assistant-e-s sociaux-sociales et conseiller-e-s d'orientation de manière à garantir un service public réellement égalitaire.

Le Collectif "Touche Pas à ma ZEP" invite tous les établissements et tous les personnels concernés à le rejoindre dans la lutte et à diffuser cet Appel le plus largement possible.

Tous en greve le mardi 29 novembre !

document au format PDF:

Source : http://www.tpamz.levillage.org/spip.php?artic...


1 2 3 4 5 6 7 8

Lycées de l'Education Prioritaire :

face à des réponses inacceptables, amplifier la mobilisation,
tous en grève le 29 novembre !

Appel intersyndical régional

Dans la suite des journées d'action du 29 septembre et du 11 octobre, la journée du 17 novembre a été un nouveau succès : davantage de lycées en grève dans notre académie, une manifestation dynamique qui a rassemblé près de 1000 personnes, c'est-à-dire davantage que lors des deux précédentes manifestations. Tout montre que la détermination des personnels ne faiblit pas. Ils sont de plus en plus nombreux à dénoncer l'abandon des lycées de l'Education Prioritaire pendant ce quinquennat et à revendiquer une carte élargie des lycées en Education Prioritaire.

Les réponses de la Ministre de l'Education Nationale sont en total décalage avec les revendications des personnels. La délégation de représentants de l'intersyndicale régionale (SNES-FSU, SNUEP-FSU, CGT

Educ'action, FO et Sud Educ) et de représentants d'établissements mobilisés, reçue au Ministère le 17 novembre, s'est vue ainsi répondre que la question des lycées de l'Education Prioritaire serait traitée lors du prochain quinquennat. Au lendemain de la journée de grève, les propos de la Ministre de l'Education

Nationale, se disant « heureuse que les personnels des lycées d'éducation prioritaire manifestent pour dire haut et fort l'importance de l'éducation prioritaire et la nécessité de la rénover", relèvent de la provocation.

Toutes ces réponses sont inadmissibles.

Nos organisations (SNES-FSU, SNUEP-FSU, SNEP-FSU, CGT Educ'action, SNFOLC-FO, Snetaa-FO, Sud Education des académies de Versailles et Créteil, le SNES-FSU et la CGT Educ'action de Paris) continuent de revendiquer :

  • la construction d'une carte élargie des lycées de l'Education Prioritaire, définie à partir de critères transparents, comprenant des lycées généraux, technologiques et professionnels, sur la base des besoins du terrain
  • La diminution du nombre d'élèves par classe
  • Une dotation spécifique pour les lycées appartenant à cette carte afin de mettre en place des dédoublements en volume conséquent, de développer des projets diversifiés permettant la réussite des élèves.
  • Le maintien des avantages spécifiques (primes, bonifications) et leur élargissement à tous les personnels
  • Des équipes pluri-professionnelles renforcées : infirmières, assistantes sociales, personnels de vie scolaire, personnels de MLDS etc...
  • Nos organisations appellent à amplifier la mobilisation. Elles appellent à :
  • faire grève le mardi 29 novembre, à participer à la manifestation régionale
  • à discuter dans les AG d'établissements, d'ici le 29 novembre et le jour de la grève, des suites de l'action et de ses modalités susceptibles de rassembler les personnels (nouvelle journée de grève, reconduction de la grève - un préavis sera déposé -, interpellation des élus, actions avec les parents d'élèves etc).

Tous en grève le 29 novembre pour les lycées de l'Education Prioritaire !

Manifestation, 10h, place Edmond Michelet (Beaubourg) vers République

document au format PDF:

Source : http://cgteduc75.ouvaton.org/spip.php?article...


1 2 3 4 5 6 7 8

Communiqué de presse du collectif « Touche pas ma ZEP »

La journée de grève et de manifestation du 17 novembre a constitué une nouvelle étape dans l'extension du mouvement "touche pas ma ZEP". L'appel du collectif "Touche Pas Ma ZEP" compte désormais 86 lycées signataires dans 14 académies (Aix-Marseille, Amiens, Bordeaux, Créteil, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nancy-Metz, Orléans-Tours, Paris, Rouen, Toulouse et Versailles).

Malgré des taux de grévistes très élevés et près de 1 500 manifestants à Paris, Dreux et Marseille, le Ministère n'a toujours pas apporté de réponse satisfaisante aux revendications du collectif. Les représentants du Ministère qui ont reçu la délégation n'ont apporté aucune réponse. Ils se sont bornés à relayer la communication actuelle de la Ministre devant les Parlementaires, à savoir que les professeurs avaient raison de demander que les lycées restent dans l'éducation prioritaire et que le sujet serait traité après 2017 lors d'un deuxième quinquennat. Ils ont ajouté que la construction d'une carte de l'éducation prioritaire en lycées ne pouvait techniquement se faire en 6 mois, alors qu'il n'a fallu que deux mois pour construire la carte des collèges en 2014 !

Une quatrième journée de grève et de manifestation aura donc lieu ce mardi 29 novembre à l'appel du collectif "Touche Pas à Ma ZEP".
Pour la première fois, une intersyndicale nationale (CGT, FO, SNEP-FSU, SNES-FSU, SNUEP-FSU, SUD) a également lancé un appel unitaire à la grève dans les établissements de l'éducation prioritaire. Une nouvelle demande d'audience auprès du Ministère a été envoyée par l'ensemble des lycées mobilisés.

Les enseignants mobilisés continuent d'exiger la publication d'une carte élargie des lycées en éducation prioritaire avec garantie de moyens pérennes - permettant la baisse des effectifs et un nombre conséquent de cours en demi-groupes et de projets, le maintien des indemnités et bonifications spécifiques pour tous les personnels de ces lycées (y compris pour les personnels nouvellement affectés).

La manifestation partira à 10h de la place Edmond Michelet (Beaubourg) à destination de République.

Plusieurs idées d'animations visuelles de la manifestation ont émergé :
Un happening sous forme de conte dans lequel la fée Najat viendra sauver les professeurs des griffes de Pierre Bourdieu. La sociologie a tort : les élèves de milieux populaires n'ont pas besoin d'être particulièrement soutenus pour réussir au lycée !
Nos lycées accueillent des élèves le plus souvent issus de milieux populaires et des collèges classés REP et REP . Faire réussir nos élèves tout en sortant de l'éducation prioritaire relève de la magie. Les professeurs seront donc déguisés en magicien !
Najat Vallaud-Belkcaem a sauvé l'éducation prioritaire, grâce à une réforme REP/REP géniale qui a permis de résoudre tous les problèmes. L'éducation prioritaire au lycée devient donc inutile. Qu'elle en soit remerciée ! Des portraits et des slogans favorables à la Ministre seront donc lancés.

Une AG inter-établissements aura lieu à 13h à la Bourse du travail de République au cours de laquelle les enseignants mobilisés décideront de la suite du mouvement.

D'autres informations sur le site internet et la page facebook. le compte Twitter commun de la mobilisation @tpamz : https://twitter.com/tpamz

Source : http://www.tpamz.levillage.org/spip.php?artic...


1 2 3 4 5 6 7 8

Touche pas à ma ZEP !

Après le succès du 17, amplifions encore la mobilisation le 29 novembre !

Vous trouverez en bas, en pièce jointe, le tract de la Fédération SUD Éducation et celui du collectif Touche pas à ma ZEP

  • Manifestation 10h à Paris (lieu à confirmer)
  • Assemblée générale du collectif TPMZ : 13h (Bourse du travail, Paris, République)

Une lutte qui devient nationale

Lancée en mai par plusieurs lycées généraux, technologiques et professionnels, la mobilisation regroupe désormais 79 établissements qui ont signé l'appel « Touche pas à ma ZEP » dans les académies d'Aix Marseille, Amiens, Créteil, Grenoble, Montpellier, Nancy Metz, Orléans-Tours, Toulouse et Versailles. La mobilisation continue de s'amplifier, avec des taux de grévistes de plus de 80% dans certains établissements.
L'appel à la grève nationale le 17 novembre a été un succès. Une nouvelle journée est appelée le 29 novembre par l'AG ile de France avec une proposition de reconduction à partir de cette date mise en débat dans les établissements.

Nous avons vendredi 18 novembre proposé à l'intersyndicale nationale de se rencontrer dès la semaine prochaine pour obtenir un soutien intersyndical tant sur les revendications des personnels que sur la ou les dates de grèves qui sont annoncées

Ci dessous le bilan du 17 novembre de la part du collectif TPMZ, les décisions de l'AG IDF du matin et le matériel du collectif pour la prochaine grève .

Une réussite de mobilisation sans précédent pour l'éducation prioritaire en lycée pour cette journée nationale de grève du 17/11 !

  • AG Région Parisienne du matin : une trentaine de lycées représentés dont 25 au moment des votes
  • 1000 en manif à Paris avec des dizaines de lycées de toute l'Ile-de-France et au-delà : 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95 + Oise (60) et une délégation de Dreux (28). Une délégation mixte des lycées mobilisés présents (Académies de Versailles, Créteil, Orléans-Tours, Amiens et Paris) et de l'intersyndicale IdF (CGT, FO, FSU, SUD) et a été reçue au ministère.
  • 400 en manif à Marseille avec 15 lycées représentés dont 12 de Marseille et 3 de l'académie (Avignon, Port-de-Bouc...)
  • 300 en manif à Dreux avec 100 grévistes sur 120 profs !!!
  • grève à Toulouse en collège REP à la Reynerie
  • Des collèges en grève (92 Nord, 93, 31) et aussi des écoles (93) REP/REP+ ou ex-RRS pour la première fois depuis la rentrée. Des collègues de la Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire (MLDS) d'Ile-de-France étaient aussi en grève et dans la rue avec nous pour revendiquer d'être reconnus comme relevant de l'éducation prioritaire !
  • Des taux de grève importants allant jusqu'à 70, 80, 90 % ou même la grève unanime !

Résultats de l'AG de grève commune à la région parisienne :

  • Nouvelle journée avec préavis de grève reconductible déposé et annoncé et avec une AG de grévistes commune pour décider de la reconduction et des suites le jour de la grève
  • Dates : prochaines journées de grève mardi 29/11 et aussi en janvier
  • 29/11 : manif le matin et AG l'après-midi pour avoir le temps de discuter et de décider des suites
  • Appel à la grève en école et en collège REP/REP+ ou ex-RRS pour un label commun de l'éducation prioritaire de la maternelle au BAC, contraignant en termes de moyens pour les élèves (effectifs, groupes réduits, vie scolaire...) et de compensations spécifiques pour les personnels (indemnités, droits à la mutation...).
  • Nouvelle AG de coordination des lycées mobilisés de Région Parisienne lundi 21/11 à 18h (une réservation de salle est lancée : lieu, date et horaire à confirmer) pour organiser la journée du 29/11 (lieu de manif, parcours, actions jusqu'au 29/11...)

document au format PDF:

Source : http://www.sudeducation94.org/Touche-pas-a-ma...


1 2 3 4 5 6 7 8

Appel des lycéen / prof - blocages le 29 novembre

Lycée Mozart au Blanc-Mesnil

Appel à massifier les blocages le 29 novembre, dans le cadre du mouvement pour le maintien et l'extension des lycées ZEP. Voici le communiqué commun prof-élève du Lycée Mozart au Blanc-Mesnil suite au blocus du 18 novembre :

Le Lycée Mozart du Blanc-Mesnil est entré dans la lutte en rejoignant le mouvement revendicatif destiné à réclamer davantage de moyens économiques et humains pour les lycées situés dans des quartiers populaires et souffrant déjà de l'abandon massif et violent de l'Etat. En effet, les professeurs du Lycée étaient largement en grève le jeudi 17 novembre et ont participé à l'AG du matin à la bourse du Travail (de Paris) et à la manifestation parisienne de l'après-midi aux côtés de leurs collègues issus d'une trentaine de lycées d'Île-de-France, eux aussi totalement frappés par le manque d'investissement de l'Etat.

Dès le lendemain matin, aux aurores, les élèves du Lycée Mozart se sont mobilisés afin de défendre avec énergie et détermination la même cause en mettant en place un blocage méthodique de l'établissement afin d'empêcher la tenue de tout cours durant la journée.

La situation d'abandon scandaleuse et inadmissible dont souffrent les habitants de la ville du Blanc-Mesnil explique notre vive et profonde colère. En effet, outre la remise en cause du dispositif d'éducation prioritaire par l'Etat, nous constatons un désengagement de toutes les institutions en charge du bon fonctionnement des lycées et de l'accompagnement social et scolaire des élèves : la Région qui, depuis de trop longues années, ne nous assure pas des conditions décentes et humaines de travail (dysfonctionnement du chauffage et fenêtres hors d'usage ; absence d'anticipation de la montée démographique qui entraîne une saturation de l'occupation des locaux et la création bâclée de classes supplémentaires) ; le Département, le Rectorat et la Mairie qui organisent sciemment le dénuement des services sociaux, notamment cette année avec la fermeture et la délocalisation du CIO (Centre d'Information et d'Orientation) à Drancy.

Par conséquent, nous réclamons tout affaire cessante :

1. de l'Etat : un classement de tous les lycées concernés par cette politique de la précarité sous le label unique de zone d'éducation prioritaire qui leur garantisse durablement des moyens supplémentaires (effectifs réduits ; dédoublements garantis ; créations de postes de surveillants et de CPE supplémentaires ; présence continue d'assistance sociale ; attribution de bourses pour les élèves ; bonification pérenne des points pour assurer la stabilité des équipes pédagogiques... )

2. de la Région : des conditions matérielles de travail décentes, ce qui suppose une révision complète du système de chauffage et d'isolation (fenêtres qui s'ouvrent et se ferment; chauffage qui chauffe; stores qui s'abaissent et se remontent et des rideaux qui occultent la lumière et isolent de la chaleur à la belle saison; la création de postes d'agents en nombre suffisant ; budget décent pour la fabrication des repas...).

3. de la Ville, du Département et du Rectorat : qu'ils abondent en moyens économiques et humains afin de garantir la pérennité des services sociaux en revenant notamment et immédiatement sur la fermeture impensable du CIO au Blanc-Mesnil.

Devant le succès de l'entreprise d'hier et d'aujourd'hui, nous appelons conjointement profs et élèves en lutte à participer activement à la journée de mobilisation du mardi 29 novembre 2016 prévue par le collectif pour l'éducation prioritaire ("Touche pas à ma ZEP !"). Forts de l'expérience de l'an passé s'agissant des mobilisations contre la Loi Travail, il est évident que les professeurs s'opposeront à toute tentative d'intimidation ou de rétorsion contre les élèves participant à ce mouvement.

Comme le dit notre banderole depuis 2008 :

"Lycée Mozart, des besoins, des désirs, pas de moyens : c'est ça la violence !"

Source : https://www.facebook.com/permalink.php?story_...


1 2 3 4 5 6 7 8

Lycées en Éducation prioritaire :

la ministre se moque des personnels !

CGT Educ'action

La journée nationale de grève du 17 novembre 2016 dans les lycées relevant ou devant relever de l'Éducation prioritaire a été une réussite.

Cet appel du collectif Touche pas à ma ZEP (représentant 77 établissements de 13 académies), de la CGT Éduc'action et, localement, d'intersyndicales, a abouti en région parisienne comme sur tout le territoire, à un mouvement qui s'est largement étendu.

Des manifestations se sont tenues à Paris (1 000 manifestants en direction de l'Assemblée nationale), mais aussi, par exemple, à Marseille (400 manifestants), Dreux (300)...

Devant ce mouvement qui s'ancre dans la durée et s'étend, la réponse du ministère ne peut pas se réduire à la prolongation de la période transitoire : deux années supplémentaires de bonifications pour le mouvement des enseignant-es et la simple aumône du maintien complet de l'indemnité ZEP une année de plus.

Pourtant, c'est par une déclaration grossièrement politicienne et teintée de mépris pour les personnels en lutte que la ministre a choisi de répondre. Non, Madame la ministre, les personnels ne disent pas, comme vous l'affirmez, que « vous avez bien fait de réformer l'Éducation prioritaire à l'école et en collège » et ils ne se satisferont pas de l'annonce du retour des lycées en Éducation prioritaire… au prochain quinquennat.

La réforme de l'Éducation prioritaire a laissé un grand nombre d'établissements et d'écoles sur le bord du chemin. Surtout, elle ne s'est pas traduite par une hausse des moyens et une baisse des effectifs par classe, mesures indispensables pour améliorer les conditions d'étude des élèves et de travail des personnels.

Les personnels en lutte savent également que c'est la même ministre qui affirme que « toute la communauté sait à qui s'adresser » pour que les lycées réintègrent l'Éducation prioritaire après les élections. Mais pourtant, c'est ce gouvernement qui les en a exclus en 2014 et qui est revenu sur sa promesse d'établir une nouvelle carte par la suite.

Les personnels en lutte revendiquent, avec la CGT Éduc'action, entre autre, l'établissement d'une carte de l'Éducation prioritaire basée sur des critères sociaux et géographiques objectifs et transparents, intégrant les lycées et la diminution drastique des effectifs par classe avec des maxima inscrits réglementairement.

Considérant que les lycéen-nes issu-es des quartiers populaires méritent mieux que cette mise en scène politicienne à visée électoraliste, la CGT Éduc'action exige que les revendications légitimes des personnels soient entendues avant les prochaines échéances électorales. Elle appelle tous les personnels concernés à amplifier le mouvement et à massivement faire grève le 29 novembre prochain.

La CGT Éduc'action agira dans le cadre unitaire le plus large possible pour faire aboutir les revendications des personnels.

Elle appelle également les parents d'élèves à soutenir les personnels en lutte pour l'avenir de l'Éducation prioritaire.

document au format PDF:

Source : http://www.cgt-educaction94.org/spip.php?arti...
Source : https://www.cgteduccreteil.org/spip.php?page=...
Source : http://www.cgt94.fr/spip.php?breve1780


1 2 3 4 5 6 7 8

Touche pas a ma ZEP !

Grève nationale de l'Education Prioritaire le 29/11/16

CNT - SO

Initié en région parisienne, depuis la rentrée, par la base, notamment à travers le collectif « touche pas à ma ZEP », le mouvement de lutte pour le maintien des lycées dans l'Éducation Prioritaire, a gagné les autres Académies, avec une première journée d'ampleur nationale le 17/11/16.

La Fédération Educ-Recherche de la CNT-SO apporte son soutien à la lutte et y participe localement.

L'enfumage du ministère

Depuis 2014 et la réforme de l'éducation prioritaire, la question des lycées généraux, technologiques et professionnels est sans cesse renvoyée à plus tard. Dans une tentative de désamorçage de la lutte en cours, le ministère a promis un maintien des moyens et dispositifs provisoires de 2017 à 2019, renvoyant à un autre gouvernement le fond du problème.

Encore une fois, ce gouvernement s'attaque aux plus pauvres, les lycées ZEP, en particulier les LP, accueillant bon nombre d'élèves issus des catégories socioprofessionnelles les plus défavorisées. Le système scolaire français étant déjà socialement fort inégalitaire, la fin du classement ZEP pour les lycées aurait des effets désastreux.

Des conséquences lourdes pour les élèves et personnels

L'exclusion des lycées du dispositif engendrerait : une baisse des moyens alloués avec la fin des limitations d'effectifs, du travail en groupe réduit. Les moyens actuels étant déjà largement insuffisants, les conséquences sur l'apprentissage des élèves sont facilement imaginables.

De leur coté, les personnels perdraient primes et bonifications alors même que leurs conditions de travail et leur pratique pédagogique se dégraderaient.

Au contraire, nous devons défendre la cohérence d'une Éducation Prioritaire du premier degré jusqu'au bac, d'autant que le scolarité obligatoire pourrait être, à terme, prolongée jusqu'à 18 ans.

Amplifions la mobilisation !

Après le succès de la journée de grève nationale du 17/11 qui a mobilisé, dans 11 Académies, des dizaines de lycées « ZEP » , une nouvelle journée de grève est prévue le 29 novembre. Il est impératif d'obtenir l'engagement du ministère sur une nouvelle carte de l'Éducation Prioritaire intégrant les lycées, avant les futures échéances électorales. Pour peser, la question de la reconduction de la grève après le 29/11, doit être inévitablement posée dans les Ags d'établissements ou locales.

Pour ne pas s'isoler, il est aussi nécessaire de faire le lien avec les besoins et revendications de toutes les catégories de personnels et établissements de l'Éducation Prioritaire notamment pour l'égalité d'accès aux primes (des mobilisations en ce sens ont touché les vie scolaires au printemps notamment à Marseille et en RP) ainsi que pour un élargissement du périmètre de l'EP et un renforcement global de ses moyens (extension de dispositifs comme la pondération 1.1...).

Le 29/11 et après, on continue pour :

  • Obtenir le maintien des lycées dans l'éducation prioritaire ;
  • Une augmentation conséquente des moyens pour l'ensemble de l'éducation prioritaire ;
  • L'élargissement à tous les personnels de l'indemnité spécifique et le maintien des droits aux bonifications de carrière et celles pour les mutations.

Fédération Éducation - Recherche de la CNT-SO

Source : http://www.cnt-so.org/Education-Prioritaire-T...

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir