thème :   2e le plus vu
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

jeudi 14 septembre 2017 à 9h30

2 parties : 1 2

Colloque international « Penser l'émancipation »

Le colloque international Penser l'émancipation est de retour à Paris

Les ateliers se déroulent dans les bâtiments A et B de l'université Paris 8
Toutes les plénières ont lieu à la Bourse du Travail de Saint-Denis (9/11 rue Génin) à l'exception de la plénière du samedi 16 septembre qui se tient à La Générale Nord-Est (14 Avenue Parmentier)

Présentation:

Cette année, le grand colloque Penser l'émancipation se tient de nouveau à Paris. Il aura lieu du mercredi 13 au 16 septembre 2017 à l'Université Paris 8 - Saint Denis. En 2014, le colloque avait accueilli chaque jour à Paris Ouest Nanterre entre 300 et 500 personnes. Cette année, plus de 300 interventions seront prononcées au cours de ces quatre journées.

Ce colloque espère contribuer à façonner un espace d'échange et de discussion pluraliste autour des pensées et pratiques de la politique d'émancipation du monde francophone. Le programme, que vous trouverez ci-joint en version définitive, est une tentative de rassembler la plus grande diversité d'approches, de courants et de thèmes liés aux enjeux passés et présents des formes d'oppression, des politiques révolutionnaires, des philosophies en rupture, des luttes pour l'environnement, des identités collectives, de l'esthétique critique, de l'économie capitaliste, des stratégies de libération, et de bien d'autres domaines encore.

L'entrée est libre et gratuite. Vous trouverez sur place un espace librairie animé par la SCOP Envie de lire (Ivry).

Chaque soirée du colloque sera ponctuée par des séances plénières qui soulèvent des enjeux théoriques et stratégiques de la conjoncture.

Plénière - mercredi 13 septembre 19h

Bourse du Travail de Saint-Denis

K-Way noirs, chasubles rouges, doudounes North Face : les habits neufs de la contestation sociale

  • Mickaël Wamen (ex-Goodyear, Front Social)
  • Action Antifasciste Paris-Banlieue
  • Amal Bentounsi (Urgence Notre police assassine)
  • Saïd Bouamama (Front Uni de l'immigration et des quartiers populaires)

Plénière - Jeudi 14 septembre 19h

Bourse du Travail de Saint-Denis

Révolutions/féministes

  • Silvia Federici (Caliban et la sorcière, Entremonde, 2017)
  • Morgane Merteuil (Pour un féminisme de la totalité, Amsterdam, 2017)
  • Louisa Yousfi (Marche de la dignité ; Paroles d'honneur)
  • Sam Bourcier (Homo Inc Orporated, Cambourakis, 2017)

Plénière - Vendredi 15 septembre 19h

Bourse du Travail de Saint-Denis

Lénine : de la théorie à la pratique

  • Tariq Ali (Les dilemmes de Lénine, Sabine Wespieser, à paraître)
  • Andreas Malm (L'anthropocène contre l'histoire, La fabrique, 2017)
  • Matthieu Renault (L'empire de la révolution. Lénine et les musulmans de Russie, à paraître)
  • Antonio Negri (Retour sur 33 lezioni su Lenin)

Plénière - Samedi 16 septembre 20h

La Générale Nord-Est / 14 avenue Parmentier, 75011 Paris (métro Voltaire)

Faire front

  • Mathieu Burnel (mis en examen dans l'affaire Tarnac)
  • Antonin Bernanos (mise en examen dans l'affaire de la voiture de police brûlée pendant la mobilisation contre la loi Travail)
  • Mathieu Rigouste (La domination policière, La fabrique)
  • Omar Slaouti (Collectif Ali Ziri)

Le collectif organisateur de Penser l'émancipation.

Document au format PDF:

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/52271
Source : http://penserlemancipation.net/
Source : message reçu le 21 août 17h
Source : message reçu le 21 août 16h


Colloque « Penser l'émancipation »

du 13 au 16 septembre 2017

Université Paris 8

Le réseau international Penser l'émancipation prévoit une nouvelle édition en automne 2017 à l'Université Paris 8. Ce réseau, qui regroupe chercheurs et chercheuses, militants et militantes, s'inscrit dans le long héritage de la politique d'émancipation, de la critique de la modernité, de l'anticapitalisme et de la transformation de l'ordre existant. Il propose un espace pluraliste, ouvrant à chacun et chacune la possibilité d'émettre des hypothèses théoriques, de les éprouver au contact des pratiques politiques, de soumettre les résultats d'une enquête (militante ou académique), pour affronter les problèmes du présent. La pratique émancipatrice a besoin de moments, de lieux, pour réfléchir sur elle-même, sur son sens et sa portée, à l'abri du rythme effréné des séquences politiques, des clivages entre traditions idéologiques ou des exigences du travail universitaire.

Ce besoin se fait particulièrement sentir en cette année 2017, qui marque l'anniversaire de l'un des événements majeurs de la politique d'émancipation. Il y a un siècle, les exploités de l'Empire russe ont en quelques jours changé la face du monde, renversé un État ; ils et elles ont demandé le pouvoir dans les usines, que l'on partage les terres, que cesse la boucherie impérialiste de 14-18. Les subalternes ont tenté l'inouï, tenté de s'approprier leur monde, d'interrompre le cours inéluctable de la modernisation capitaliste, de révolutionner la culture, les rapports de genre, de briser l'oppression nationale et le joug colonial. Les révolutions sont des phases d'accélération historique, mais aussi des séquences où tout ce qui semblait naturel, allant de soi ou inévitable, peut être changé, infléchi, au bénéfice des opprimés. En d'autres termes, les révolutions sont par excellence des moments de totalisation, des séquences où l'action collective peut espérer atteindre et bouleverser l'ensemble de la vie sociale, culturelle et politique d'un pays, d'une région, et même du monde. Pour être à la hauteur du défi révolutionnaire aujourd'hui, des rébellions vaincues, des révoltes écrasées, des défaites les plus amères, la théorie doit pouvoir se hisser à son plus haut niveau et mener « la critique impitoyable de tout ce qui existe » (Marx). C'est pourquoi le réseau Penser l'émancipation sollicite des contributions sur l'ensemble des questions qui travaillent la pensée engagée dans la transformation de l'ordre existant.

Nous invitons militants et militantes, chercheurs et chercheuses, à soumettre des propositions de communications (un résumé de 3000 signes) sur l'un des thèmes suivants, ou tout autre ayant trait à la théorie sociale et à la pensée émancipatrice, avant le 5 mars 2017 au plus tard :

penserexlemancipatioexn2017@gmail.excom

Droit, oppression, émancipation ; pouvoir politique, stratégie, organisation ; écosocialisme, anthropocène, capitalisme fossile ; féminisme, travail reproductif, intersectionnalité ; théorie queer et révolution sexuelle ; Gramsci, hégémonie, philosophie de la praxis ; relations internationales, développement inégal et combiné ; racialisation et capitalisme postcolonial ; histoires du mouvement ouvrier et révolutionnaire ; précariat, travail immatériel, nouveaux salariats ; syndicalisme, grève générale, contrôle ouvrier ; autonomie, opéraïsme et nouvelles radicalités ; monnaie, marchandises, forme-valeur ; théologie et critique de la modernité ; colonialité du pouvoir et décolonialité ; marxisme culturel et structures de sensibilité ; impérialisme, guerres et libération nationale ; cinéma, théâtre, spectateur émancipé ; théorie critique, École de Francfort, réification ; hégélianismes et jeune-hégélianisme ; économie politique, dynamiques d'accumulation, crises ; Althusser, antihumanisme, lutte de classes dans la théorie ; éducation populaire, système scolaire, pédagogies révolutionnaires ; allocation universelle, salaire à vie, refus du travail ; occupation des places, émeutes, sabotage ; logistique et blocage des flux ; immigration, réfugiés, populations excédentaires ; Europe, dette, souveraineté ; Lukács, totalité et subjectivité ; Henri Lefebvre, ville et espace ; urbanisme, architecture et droit à la ville ; géopolitique critique ; littérature, poésie et politique ; histoire globale et système monde ; corps exploités, corps révoltés et enclosures des corps ; internet, travail digital et réseaux sociaux ; néolibéralisme, financiarisation et nouvelles aliénations ; État d'urgence, antiterrorisme, violences policières et ennemis intérieurs ; lutte armée, guérilla urbaine et guerre populaire ; révolution culturelle et transition au socialisme ; mouvements sociaux, formations de classe, identités politiques ; masses, plèbes, multitudes ; communisation et restructuration capitaliste ; coopérative, autogestion, expropriation ; action antifasciste et état d'exception ; mobilisations lycéennes et luttes étudiantes ; critique des médias

Source : http://www.mille-et-une-vagues.org/ocr/?PENSE...

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir