Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mercredi 8 mars 2017 à 19h30

2 parties : 1 2

Marche de nuit de féministe

Contre le patriarcat, contre les violences policières, contre le capitalisme

Belleville > rue du faubourg du temple > République > rue de Turbigo > boulevard Sébastopol > place du Châtelet

De nouveau, il est temps de faire résonner nos combats et revendications pour qu'aucun pas en arrière ne soit possible et que d'autres avancées voient le jour !

Un appel mondial à la lutte et à la grève a été lancé par les Argentines qui luttent contre les violences, relayé par les Polonaises qui défendent leur droit à l'avortement et par les Islandaises qui se battent pour l'égalité de salaire. En Italie, c'est le "Non Una di Meno" (pas une de plus) qui fait rage dans les rues et à Washington la Women's March du 21 janvier restera dans les mémoires.

Partout dans le monde, les femmes et minorités de genre combattent au quotidien des systèmes d'oppression et d'exploitation communs: patriarcat, racisme et capitalisme. Femmes cis ou trans, mecs trans, personnes de genre fluide, intersexes, blanches ou raciséEs, valides ou handicapéEs, nos luttes ne sont pas les mêmes selon où nous sommes et qui nous sommes. Nos combats sont multiples pour que nos corps et nos choix soient respectés !

Amplifions cette dynamique mondiale et soyons toujours plus nombreuses à nous soulever !

Pour la quatrième année consécutive, une manifestation féministe, autonome, inclusive et intersectionnelle est organisée au départ de Belleville, à l'occasion de la « Journée internationale de luttes pour les droits des femmes ».

Ensemble nous combattons aussi l'État répressif et sa police.

Pour nous touTEs, cette manifestation est l'occasion d'investir la rue afin de faire entendre nos voix, défendre nos choix, rendre visibles nos luttes, nos colères et nos revendications.

Notre vision du féminisme se fonde sur la reconnaissance de la totale légitimité des premièrEs concernéEs à décider de leurs stratégies de lutte contre les violences et discriminations qu'elles subissent.

Nous réaffirmons que le féminisme n'est pas soluble dans le racisme (islamophobie, antisémitisme, romophobie, négrophobie...), le classisme, le validisme, la transphobie, la lesbophobie et la putophobie. Nous refusons de servir de caution à des politiques libérales, sécuritaires, nationalistes et impérialistes.

Organisons-nous pour nous défendre, au cœur des luttes des plus stigmatisées, réprimées, et précaires d'entre nous !

En lutte, en grève, en résistance !

Par l'Etat et sa police : Pas unE de plus !

  • violéE, violentéE, mutiléE par le pouvoir répressif de l'État et ses chien ⋅ ne ⋅ s de garde
  • contrôléE, fichéE, emprisonnéE parce qu'elle est pauvre, militante, noire, arabe, voilée, immigrée, sans papier, travailleuse du sexe, usagère de drogue
  • misE en danger, agresséE, harceléE par un client ou un policier avec le soutien de l'État et la loi de pénalisation des clients de la prostitution
  • mortE en Méditerranée, enferméE en centre de rétention, expulséE
  • mortE sous les bombes "made in Occident" de la guerre permanente menée par la France et ses alliés

En grève, en lutte, en résistance :

  • pour abolir les frontières et permettre la liberté de circulation de touTEs !
  • pour en finir avec l'État d'urgence, l'impunité de la police et la justice de classe !
  • pour en finir avec l'État policier, les prisons et les gestions sécuritaires de la misère !
  • pour en finir avec le règne des politiques militaristes, colonialistes et meurtrières !
  • pour en finir avec le capitalisme et l'ordre établi qui lui permet de prospérer, et nous d'être exploitéEs !

Au travail et à l'école : Pas unE de plus !

  • sous payéE et exploitéE parce qu'elle est une femme
  • harceléE sexuellement et moralement
  • avec peu de moyen de s'organiser, face aux syndicats sexistes et virilistes
  • travaillant dans des conditions toujours plus précaires, enchaînant des temps partiels
  • dévaloriséE dans ses compétences professionnelles.
  • discriminéE et harceléE à cause de sa transidentité, de son handicap et de son orientation sexuelle
  • obligéE d'ôter son voile pour pouvoir travailler ou étudier
  • pousséE à s'habiller, se maquiller et à se comporter selon l'image attendue de "LA femme" envers les client-e-s, les patron-ne-s comme les collègues et les équipes
  • forcéE à sourire aux blagues sexistes, racistes, homophobes, transphobes et validistes
  • sans papier, esclavagiséE, torturéE, violéE et prisE en otage dans la famille sensée l'accueillir et l'accompagner dans ses démarches
  • handicapéE dans son accès à l'école, l'emploi parce qu'invalidéE socialement
  • par des normes physiques excluantes

En grève, en lutte, en résistance :

  • contre le travail gratuit à la maison, au boulot, à la fac, sur les réseaux sociaux !
  • contre des mesures d'austérité qui nous impactent particulièrement !
  • pour choisir quand et comment travailler... ou ne pas travailler !
  • pour se réapproprier les richesses que nous produisons !

Dans les secteurs des soins et de la santé : Pas unE de plus !

  • contaminéE par le VIH parce qu'elle est migrante, trans, travailleuse du sexe et victime de politiques discriminatoires et répressives
  • éloignéE des soins et des services de santé à cause du racisme, de l'hétérosexisme, de la transphobie
  • expulséE vers le pays qu'elle a fui où les soins dont elle a besoin ne sont pas accessibles
  • privéE de contraception, empêchée d'avorter et nonrespectéE dans les choix qu'elle a fait
  • excluE de la PMA et obligéE d'aller à l'étranger pour avoir un enfant... si elle en a les moyens
  • psychiatriséE et maltraitéE par un pouvoir médical transphobe et pathologisant

En grève, en lutte, en résistance :

  • contre les politiques néolibérales qui coupent les financements aux services de santé publique !
  • pour des services de santé de qualité et accessibles à touTes et qui respectent nos corps, nos choix, nos identités et nos sexualités.

Dans la sphère privée, au domicile : Pas unE de plus !

  • violéE, agresséE, tuéE par son/sa partenaire, un ⋅ e parent ⋅ e, un ⋅ e collègue, un ⋅ e client ⋅ e, ou un ⋅ e inconnu ⋅ e.
  • harceléE à son domicile
  • dont le consentement n'est pas respecté
  • qui voit sa plainte classée sans suite et sa parole minimisée
  • ne se retrouvera sans ressource et isoléE, ne risquera la clandestinité ou l'expulsion en cherchant à quitter le domicile conjugal

En grève, en lutte, en résistance :

  • contre le sexisme, les violences et les viols !
  • nous rendrons coup pour coup !

En permanence : Pas unE de plus !

  • agresséE et harceléE dans les espaces publics, la rue et les transports
  • atteintE dans ses droits, sa dignité, son intégrité, son autonomie
  • stigmatiséE, rabaisséE, insultéE, violentéE parce que raciséE, présuméE musulmanE, voilée
  • assignéE à un rôle social étroit, normatif, discriminant et infériorisant

En grève, en lutte, en résistance :

  • contre le racisme et le sexisme institutionnalisés, systémiques et quotidiens !
  • contre la culture du viol !

Marche de nuit féministe

mercredi 8 mars 2017, départ 19H30 - M° Belleville

document au format PDF:

document au format PDF:

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/53559
Source : message reçu le 8 mars 01h
Source : message reçu le 27 février 13h
Source : https://paris.demosphere.eu/rv/53558
Source : https://www.facebook.com/events/3797751157288...


Marche de nuit de Belleville, inclusive et intersectionnelle

8 mars 2017: toutes en grève, en lutte, en résistance !

  • En grève contre le capitalisme
  • En lutte contre les violences étatiques et policières
  • En résistance contre le Patriarcat

Qui sommes nous ?

Pour la quatrième année consécutive, une manifestation féministe autonome, inclusive et intersectionnelle est organisée au départ de Belleville à l'occasion de la « Journée internationale de luttes pour les droits des femmes ».

Pour nous touTEs, cette manifestation est l'occasion d'investir la rue afin de faire entendre nos voix, défendre nos choix, rendre visibles nos luttes, nos colères et nos revendications.

Notre vision du féminisme se fonde sur la reconnaissance de la totale légitimité des premièrEs concernéEs à décider de leurs stratégies de lutte contre les violences et discriminations qu'elles subissent. Nous réaffirmons que le féminisme n'est pas soluble dans le racisme, le classisme, le validisme, la transphobie, la lesbophobie, la putophobie, l'islamophobie. Nous refusons de servir de caution à des politiques libérales, sécuritaires, nationalistes, et guerrières.

Organisons-nous pour nous défendre, au cœur des luttes des plus stigmatisées, réprimées, et précaires d'entre nous !

Source : message reçu le 8 mars 01h
Source : message reçu le 27 février 13h
Source : https://paris.demosphere.eu/rv/53558
Source : https://www.facebook.com/events/3797751157288...

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir