thème :
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

samedi 25 mars 2017 à 13h30

Journée de la critique des médias - Acrimed

3e Journée de la critique des médias

Acrimed

Après les succès des éditions 2015 et 2016, Acrimed organisera, le 25 mars 2017, la troisième Journée de la critique des médias, de 13h30 à 21h30 au 2 bis rue Mercoeur (Paris 11è, métro Voltaire ou Charonne).

« Tout le monde déteste les médias ? » Tel aurait pu être l'intitulé provocateur de la troisième Journée de la critique des médias organisée par Acrimed le 25 mars 2017.

Depuis plusieurs mois, il semble en effet que la défiance à l'égard des médias dominants ne cesse de s'accroître, à un point tel que de plus en plus de responsables politiques adoptent des postures « anti-médias » et multiplient les déclarations opportunistes dénonçant le « système médiatique ». Un opportunisme qui ne doit pas faire oublier la légitimité de la critique des grands médias et de la défiance qui se développe à leur égard, ni nous empêcher de critiquer les réponses que tentent d'apporter les médias dominants à cette défiance [1].

Du côté de certains médias de la droite (très) « décomplexée », on note aussi un certain intérêt pour la critique des médias, mais il s'agit dans leur cas de développer une critique fort éloignée de la nôtre. On assiste en réalité à une tentative de hold-up qui dissimule mal ses intentions strictement idéologiques et là encore opportuniste, quitte à frôler parfois le ridicule dans la dénonciation d'une prétendue « bien-pensance de gauche » omniprésente dans les grands médias [2].

Il nous a semblé important, dans un tel contexte, de revenir sur les conditions du développement de cette défiance et de ces diverses critiques, leur impact, leurs biais, leurs limites. L'opportunisme de certains, s'il n'invalide pas la légitimité de la défiance et de la critique à l'égard des médias dominants, invite par ailleurs à garder le cap d'une critique radicale, intransigeante et inscrite dans une perspective de transformation sociale, qui ne se contente pas de dénoncer certaines « dérives » mais qui formule des propositions pour transformer le champ médiatique.

Tels sont les thèmes que nous évoquerons, parmi bien d'autres, au cours de la troisième Journée de la critique des médias, qui s'articulera autour de deux tables rondes principales et de diverses prises de parole et séquences vidéo, avec en outre les interventions (intempestives) de Nicolas Lambert, une conférence gesticulée de Philippe Merlant, et bien d'autres surprises.

Au menu

13h30 :

ouverture des portes

14h :

accueil en vidéos et introduction

14h30 - 16 h30 :

Première table ronde : Quelles critiques des médias ? État des lieux

La défiance à l'égard des grands médias nourrit, de tous côtés, des critiques très disparates qui divergent profondément (quand elles ne lui sont pas ouvertement hostiles) d'une critique radicale, indépendante et intransigeante, comme celle d'Acrimed. De la critique instrumentalisée par les responsables politiques à la critique édulcorée et neutralisée au sein des grands médias, de la critique dévoyée que l'extrême-droite place au cœur de son offre politique à la critique pervertie par des médias de droite.

Avec :

Dominique Albertini (journaliste, Libération), Aurore Krol (Acrimed) Aude Lancelin (licenciée de L'Obs, auteure de Le monde libre) et David Perrotin (journaliste politique, BuzzFeed).

Intermèdes


16h45-18h 45 :

Deuxième table ronde : Quelles transformations des médias ? Quelques pistes

La critique des médias a pour enjeu de rendre sensible la nécessité d'une transformation profonde des médias. Quel sera dans vingt ans, le paysage médiatique que nous craignons ? Quel est le paysage médiatique que nous souhaitons ? Et en particulier quel projet pour un service public de l'information et de la culture ? Avec quel secteur public de l'audiovisuel digne de ses missions ? Avec quelle contribution médias indépendant, associatifs, alternatifs ?

Avec :

Pierre Barron (de la radio Fréquence Paris Plurielle), un intervenant d'Acrimed et Fernando Malverde (syndicaliste à France Télévisions).

Intermèdes

19h30 :

Conférence gesticulée de Philippe Merlant

20h30 :

Conclusion de la journée

Pendant toute la journée : interventions (intempestives) de Nicolas Lambert, vidéos, et bien d'autres surprises.

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/53722
Source : http://www.acrimed.org/Journee-de-la-critique...
Source : message reçu le 3 mars 21h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir