thème :
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mercredi 24 mai 2017 à 17h

2 parties : 1 2

Marche vers le ministère « fantôme » du Logement

mercredi 24 mai, RV à 17h à Palais-Royal, Ligne 1

  • Arrêt des expulsions, respect de la loi DALO et du droit à l'hébergement
  • Réquisition des logements vacants
  • Baisse des loyers et taxation de la spéculation
  • Arrêt de la marchandisation des HLM, des quartiers populaires, de nos villes, de l'Île-de-France,
  • Stop à l'urbanisme spéculatif, autoritaire, d'épuration sociale et aux grands projets inutiles …

Ministère du Logement ou de la Spéculation ?

MACRON a fait la peau au ministère du Logement, réclamée notamment par les milieux de l'immobilier, remplacé par un ministère de la Cohésion des territoires dirigé par Richard FERRAND, élu rural.
Droit Au Logement dénonce cette décision qui place les politiques du logement, la lutte contre la crise du logement et le logement cher en marge des politiques, et annonce la collusion avec les milieux de l'immobilier.

Droit Au Logement s'inquiète du programme MACRON en matière de logement car il privilégie le marché immobilier privé, la spéculation, et les risques de crise immobilière et financière qui, comme on l'a vu en Espagne, en Angleterre aux USA … aboutit à des politiques de rigueur et des centaines de milliers d'expulsions.
Ce programme préconise aussi l'accélération des expulsions, la précarisation des locataires et la baisse des allocations logement, tandis que l'encadrement des loyers sera peut être supprimé, en dans tout cas limité.

C'est pourquoi, pour défendre nos droits et contre les privilèges des spéculateurs, des promoteurs, des riches bailleurs, des banques, nous appelons à une marche mercredi

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/55348
Source : https://www.droitaulogement.org/2017/05/2405-...


Manifestation « Ci-gît le ministère du Logement »

Macron a fait la peau au ministère du Logement, réclamée notamment par les milieux de l'immobilier.
Celui-ci disparaît, et son administration est rattachée au ministère de la Cohésion des territoires dirigé par Richard Ferrand, élu du centre Bretagne.
Droit Au Logement dénonce cette décision qui place les politiques du logement, la lutte contre la crise du logement et le logement cher, en marge des politiques publiques, et pourrait marquer une montée en puissance des milieux de l'immobilier.

L'absence de secrétaire d'Etat au logement renforce cette inquiétude, et renvoie aux premières années du gouvernement Raffarin, où les politiques du logement, insignifiantes et au profit d'une politique du marché immobilier, étaient gérées par un membre du cabinet de Gilles de Robien, à la tête du ministère des Transports, de l'Equipement, du Logement, du Tourisme et de la Mer de 2002 à 2005.

L'avenir des politiques d'hébergement se pose également et pourraient échoir au ministère des Solidarités et de la Santé.

Droit Au Logement s'inquiète du projet politique en matière de logement qui privilégie le marché immobilier privé et la spéculation, et toutes ses dérives, l'accélération des expulsions, la précarisation des locataires et appelle à une

Marche vers le Ministère de la "Cohésion du territoire"
mercredi 24 mai, RV à 17h Place du Palais Royal.

Source : https://www.droitaulogement.org/2017/05/ci-gi...

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir