Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

vendredi 23 juin 2017 à 11h

2 parties : 1 2

CP à 12 sans moyens supplémentaires :

un désastre annoncé pour le 93

Suite aux annonces du ministère, la direction académique de la Seine Saint Denis a mis en place la « mesure 100% de réussite au cp ». L'idée étant de baisser les effectifs des classes de CP des écoles en REP + jusqu'à 12 élèves, chiffres qui pourrait être entre 9 et 15 élèves selon les effectifs des écoles. Selon les chiffres de la DSDEN, 109 écoles seront concernés par cette mesure, soit environ 200 classes de CP.

Pour cela, pas question d'augmenter le nombre d'enseignants au concours, mais plutôt de redéployer les 500 créations de postes attribués. Ce qui signifie, pour la direction académique, une ponction sur les postes existants :

  • Les PDMQDC des écoles en REP+ seront donc redéployés sur les classes de CP à 12.
  • Des postes de brigades de remplacement seront aussi affectés dans les écoles pour assurer un équilibre entre les différentes classes.
  • Ainsi, la DSDEN compte sur l'embauche plus massive de contractuelles afin de combler les postes non pourvus.

Sur tout le territoire de la Seine Saint Denis, cette mesure sera mise en place en fonction des capacités des communes. En effet, dans un département qui connait de graves problèmes d'accueil des élèves, du fait de la montée démographique, des constructions de logement, des populations très mobiles victimes de la crise économique, trouver de la place afin de diviser des classes par deux est chose très périlleuse. Certaines communes ont déjà proposé de mettre des paravents ou des cloisons pour séparer les classes. Alors que la dotation nationale baisse chaque année pour les communes, c'est encore à elles de financer les mesures décidées à la « va vite » du gouvernement. Alors que certaines d'entre elles n'arrivaient tout simplement pas à faire construire les écoles nécessaires pour leurs habitants.

Si la CGT Educ'action est favorable depuis toujours sur le principe de la baisse des effectifs, du 1er au 2nd degré, elle ne peut se satisfaire de cette mesure décidée de manière hâtive, sans aucune étude de faisabilité, sans aucune anticipation des moyens et sans aucune concertation des partenaires sociaux, des enseignants, des parents d'élèves et des collectivités locales.

Pour la CGT Educ'action, cette mesure éclair est de la poudre aux yeux tout comme les rythmes scolaires et la réforme du collège.

Nous constatons tous dans notre quotidien d'enseignants, les conséquences souvent désastreuses des réformes mises en place ces dernières années, qui sont soit déconnectées de la réalité et des besoins du terrain, ni financées, ni anticipées. Elles sont laissées à la charge des communes pour le 1er degré, amplifiant la territorialisation ou à la charge des académies et des directions, ce qui renforce l'autonomie des établissements ou plutôt l'autonomie des chefs.

La CGT Educ'action dénonce donc :

  • Une mesure qui, en fin d'année, déstabilise les équipes des écoles classées en REP+
  • Une mesure qui détruit le dispositif des PDMQDC dont les retours sont plutôt positifs
  • Une mesure qui tourne le dos aux équipes qui se sont engagés dans ce nouveau dispositif en travaillant sur plusieurs années parfois pour la validation d'un projet.

La CGT Educ'action s'inquiète :

  • de la ponction dans les brigades de remplacements qui risquent de mettre le département dans la même situation qu'il y a 2 ans, avec le non remplacement des enseignants absents.
  • de l'embauche massive d'enseignants contractuels qui va développer la précarité dans l'éducation nationale du 1er degré, au détriment des élèves et des personnels.

Que vous soyez en REP, REP+ ou hors REP, vous êtes tous concernés car cette mesure aura un impact sur tous les établissements.

La CGT éduc'action appelle à la grève le 23 juin 2017, (jour du CTSD ).

Rassemblement devant les bureaux de la DSDEN à partir de 11H00

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/55884
Source : http://93.cgteduccreteil.org/CP-a-12-sans-moy...


Vendredi 23 juin, toutes et tous en grève !

Pas touche aux PDMQDC, Pas touche aux remplacant-e-s !
Pour répondre aux besoins du 93 c'est 1000 postes maintenant dont nous avons besoin !
Plan d'urgence pour le 93

A l'occasion du Groupe de Travail du CTSD du vendredi 16 juin dernier, le DASEN a présenté la mesure nationale consistant à dédoubler pour la rentrée 2017 les classes de CP. Dans le 93, la mise en place du dispositif concernerait pour la rentrée 2016/2017 les écoles REP (109 écoles). Ce qui représenterait un besoin de plus de 200 postes d'enseignant-e-s.

Pour appliquer cette mesure le DASEN entend :
1) redéployer les PDMQDC des écoles REP (113 postes) ;
2) piocher dans les postes de brigades de remplacement.

SUD Education 93 refuse que les baisses d'effectifs dans les classes de CP des écoles REP se fassent au détriment des PDMQDC (travaillant en REP ) et des brigades de remplacement du département.

Premièrement, les PDMQDC et les équipes de ces écoles ont engagé un travail sur la base de projets de- puis 1, 2 ou 3 années. De plus, les enseignant-e-s nommé-e-s sur un poste de PDMQDC ne sont pas forcément volontaires pour faire classe au CP.
Deuxièmement, le nombre de brigades de remplacement était encore pour cette année 2016/2017 nettement insuffisant au regard des milliers de journées non-remplacées, avec les conséquences que l'on connait (élèves réparti-e-s dans les classes entraînant une explosion des effectifs de celles-ci).

Que va faire la DSDEN ?

Avoir recours à des centaines de contractuel-les pour gérer la pénurie de postes de remplaçant-e-s...
Pour SUD éducation, le recours à la précarité n'est toujours pas une solution ni pour les collègues contractuel-les (conditions d'exercice du métier déplorables), ni pour les élèves, ni pour l'ensemble des équipes éducatives.
C'est pourquoi, nous réclamons depuis le CTSD de janvier 2017, 1000 postes de plus.
Nos classes ne sont pas des chambres d'hôpitaux !
Nous n'acceptons pas la mise en place de paravents dans les classes ou la disparition des Bibliothèques.

Face au plan Macron et à ces propositions, SUD Education, le SNUIPP, le SNUDI FO et la CGT, la CNT appellent les collègues à se mettre en grève le vendredi 23 juin (jour du CTSD), pour obtenir plus de postes et contrer le projet du DASEN.

Réunissons nous en AG de villes et venons nombreux-ses au rassemblement a partir de 11h devant la DSDEN 8 rue claude bernard, Bobigny, métro Bobigny pablo Picasso, tram 1 jean Rostand

Document au format PDF:

Source : http://www.sudeducation93.org/Vendredi-23-jui...

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir