Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

lundi 11 septembre 2017 à 8h

5 parties : 1 2 3 4 5

Attention: le procès est reporté

Rebondissement dans l'affaire Intermittents/MEDEF :
Le procès de Loïc est une nouvelle fois reporté !

Alors que tout un chacun avait pris soin de prévenir en temps et en heure son employeur, placé ses enfants sous bonne garde et préparé son baluchon pour n'en rien manquer,... au moment où notre équipe allait démasquer publiquement la duplicité du MEDEF... l'audience nous échappe.

Reste un rdv avec celles et ceux qui souhaitent prendre connaissance avec lui de la date de son report et de la prochaine mobilisation, lundi 11 septembre 2017 devant le palais de justice de Paris (M°Cité), à partir de 8h pour un petit déjeuner, jusqu'à 10h pour un point presse.

Cette matinée de grand rassemblement qui tombait sans doute trop bien pour impulser la journée de grève et de manifestations du mardi 12 septembre 2017... contre les ordonnances Macron-Medef, n'est que partie remise !

D'autres appels suivront, restez attentifs !

La compagnie Jolie Môme

http://www.cie-joliemome.org

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/55990
Source : message reçu le 5 septembre 11h


1 2 3 4 5

Rassemblement « Procès de Loïc contre le Medef »

11 septembre 2017, le MEDEF, les intermittents du spectacle et les opposants de Nuit Debout à la loi travail se retrouvent au tribunal !

Loïc sera jugé le 11 septembre 2017 au Tribunal Correctionnel de Paris.
Poursuivi suite à l'occupation du MEDEF, il est accusé de « violences en réunion » » par un cadre du MEDEF

Rassemblement le 11 septembre à 8h
devant le Tribunal de Grande Instance de Paris.
Procès à 9h à la 28ème Chambre correctionnelle
4 boulevard du Palais (Métro Cité)

Contexte :

Avril 2017 : Syndicats de salariés et d'employeurs du spectacle sont parvenus à un accord sur l'assurance chômage pour les intermittents, artistes et techniciens. Seuls la confédération CFDT et le MEDEF refusent de ratifier son entrée en vigueur.
Une centaine d'intermittents et militants de Nuit Debout s'invitent au MEDEF, propositions en main, pour réclamer un régime d'indemnisation mieux adapté à leurs métiers et surtout plus juste pour tous.

Accusation :

Les manifestants sont aussi déterminés que calmes. Mais le directeur de la sécurité du MEDEF « pète les plombs », il injurie les manifestants puis frappe Loïc d'un coup de pied aux testicules, s'enferme dans son bureau, appelle la police et porte plainte contre Loïc pour un coup de poing imaginaire…
Arrêté, Loïc passe de victime à suspect, puis coupable, au cours de ses 48 heures de garde à vue.

Loïc, membre de la Compagnie Jolie Môme, militant syndical, co-fondateur de Nuit Debout, est connu pour son sang froid, sa détermination et sa sérénité. Depuis des années il est mobilisé pour les droits des sans papiers, des élèves de Seine Saint Denis et bien sûr, des intermittents du spectacle.

  • Son inculpation a de toute évidence une signification politique. Que vise-t-elle ? :
    à couvrir l'acte délictueux d'un cadre du MEDEF ?
  • à se venger d'une figure emblématique des luttes en cours ?
  • à intimider tout contestataire en reléguant un acte politique au rang de fait divers, réprimé comme tel ?

Soutien :

A l'appel de la Compagnie Jolie Môme, de la CGT Spectacle, de la Coordination des Intermittents CIP-IDF, de l'UD-CGT-93, de la CNT Spectacle... ce procès mobilise de nombreuses organisations et personnalités du mouvement associatif, du spectacle, des organisations syndicales et politiques et les milliers d'individus qui ont signé l'appel « Le Medef nous les brise ».
Nombre d'entre eux seront présents devant le tribunal le 11 septembre dès 8h.
Frédéric Lordon, Denis Gravouil et Arlette Laguillier viendront témoigner à l'audience.

Criminalisation du mouvement social :

Toute participation à un rassemblement devient prétexte à répression patronale, policière ou judiciaire. 2600 personnes qui ont osé dire non ont ainsi été poursuivies depuis le printemps 2016.
État d'urgence, nasses policières, perquisitions, assignations à résidence, discrimination syndicale, contrôle au faciès, contrôle aux frontières… ont en commun d'écraser toute forme de contradiction populaire et politique.

Programme matinée du 11 septembre :

  • Rassemblement à 8h devant le Tribunal de Grande Instance de Paris (Métro Cité)
  • 8h30 entrée de l'accusé et des témoins au tribunal
  • Toutes les 30 minutes : point public à l'extérieur du tribunal sur le déroulement du procès.
  • Vidéomaton de soutien des personnes présentes.
  • Prises de parole devant le tribunal sur :
    • Les grandes répressions
    • Petites et grandes régressions
    • « À emploi discontinu, revenu continu : Pour quoi se battent les intermittents ? »

À la veille du 12 septembre, jour de mobilisation contre la « loi travail XXL », ce procès est un symbole, celui de la résistance à la toute puissance patronale.

Il est aussi emblématique des menaces qui pèsent sur les libertés politiques.

Source : message reçu le 4 septembre 13h
Source : liste de diffusion CIP-IDF, reçu le 27 août 13h


1 2 3 4 5

Procès de Loïc contre le Medef

On compte sur vous !

Rendez-vous le lundi 11 septembre, 8h00,
devant le TGI de Paris pour soutenir Loïc et exiger sa relaxe !

Le juge organise en ce moment-même une reprise complète de l'instruction : audition de tous les témoins, prise en compte des vidéos… C'est ce que nous demandions contre l'avis de ceux qui considéraient que l'instruction, même faite à moitié, était suffisante… dès lors qu'elle partait de la version du MEDEF et son fameux « coup de poing » imaginaire.
Comme lors des négociations sur l'assurance-chômage, le MEDEF aurait voulu que son discours soit incontestablement considéré comme une vérité. Nous sommes heureux de réussir une fois encore à le contester et comptons bien cette fois encore démontrer leurs mensonges.

Lire le dossier
Signer l'appel « Assurance chômage, droit du travail… le Medef nous les brise.«

Rendez-vous le lundi 11 septembre, 8h00,
devant le TGI de Paris, 4 Boulevard du Palais, 75001 Paris, M°Cité

Source : http://cie-joliemome.org/?ai1ec_event=proces-...
Source : message reçu le 23 juin 13h
Source : http://cie-joliemome.org/?p=5131


1 2 3 4 5

Fédération CGT du Spectacle

Le 12 septembre, mobilisons-nous pour nos droits et contre la régression sociale généralisée.
Journée d'actions et de grève ! Pour vivre de nos métiers
Et dès le 11 septembre pour soutenir Loïc

Dans l'opacité de la moiteur estivale, les cabinets ministériels se sont employésà défaire en catimini ce que des années de conquêtes sociales ont construit. Alors que la pseudo concertation avec les organisations syndicales a démarré il y a plusieurs semaines, le contenu exact des ordonnances ne sera rendu public que le 31 aout . Nous savons toutefois que leur but est de réduire ce qu'ils appellent « le coût du travail ». Les diverses mesures gouvernementales sont prises au nom de la reprise de l'emploi. C'est loin d'être avéré si l'on observe les effets des précédentes réformes du Code du travail qui n'ont pas permis de résoudre le chômage de masse. Par contre, elles viendront fragiliser davantage encore celles et ceux qui tirent leur seule « richesse »du travail, quand ils en ont un. Appauvrir davantage les travailleurs, supprimer les « conquis » de la négociation et des luttes sociales, c'est rendre l'avenir plus incertain encore pour des millions d'entre nous.

La procédure choisie pour défaire d'un cran supplémentaire les règles du Code du travail en dit long sur les intentions du gouvernement actuel. Dans nos secteurs du spectacle, du cinéma et de l'audiovisuel, nous avons toutes les raisons de nous inquiéter lorsqu'il est annoncé :

  • La suppression des cotisations salariales chômage et maladie annonce un déficit encore plus grand des caisses sociales. Elles seront remplacées par une hausse de la CSG. Ce transfert à l'impôt aura également pour effet de réduire le pouvoir d'achat des retraités. De plus, alors que la hausse de CSG est bien prévue pour janvier, les suppressions de cotisations sont déjà en partie différées.
  • Le démantèlement des conventions collectives, alors qu'elles sont le seul socle légal permettant des conditions de travail, de salaires, de majorations meilleures que ce que prévoit le Code du travail. Dans nos secteurs, où la négociation collective n'est pas obligatoire dans 90% des entreprises, elles sont fondamentales pour garantir les droits des salariés ;
  • La possibilité de remise en cause à la baisse de tous les accords d'entreprise antérieurs ;
  • La mise en place de contrats de chantiers ou « d'émissions », qui permettraient aux employeurs de licencier artistes et techniciens en fin de projet, et leur offriront une sécurisation face à tout recours de requalification en CDI ou en cas de licenciements abusifs ;
  • La fusion automatique des instances représentatives du personnel dans les entreprises de moins de 500 salariés conduirait à la suppression des Comités d'Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail, qui ont un rôle prépondérant notamment en matière de prévention, de harcèlement, sécurité et santé au travail ;
  • Le plafonnement des indemnités prud'homales inciterait les salariés concernés à négocier à la baisse plutôt que de faire valoir leurs droits devant la justice en cas de licenciement abusif ;
  • Des référendums pourraient être organisés unilatéralement par les employeurs afin de contourner les syndicats lors des négociations dans les entreprises (salaires, temps de travail…) ; les plus contestataires sont évidemment dans le viseur…

La liste est longue de ce que les mesures gouvernementales actuelles changeraient de notre quotidien, en matière de droits essentiels comme le travail, la santé, le logement, la retraite… Sans compter la future réforme de l'assurance-chômage, qui pourrait tout à fait remettre en cause les annexes 8 et 10, ou une autre concernant la formation professionnelle, qui aurait des impacts sur l'Afdas, ou encore sur le budget 2018 de la Culture, qui subirait sans nul doute des coupes claires.

Pourrons-nous continuer à vivre de nos métiers ?

Pour refuser la régression sociale :

  • La Fédération du Spectacle et ses syndicats vous appellent à une Assemblée générale de rentrée lundi 4 septembre à 18h30, à la Bourse du Travail, 3 rue du Château d'Eau, 75010 Paris
  • Nous avons besoin de tout le monde pour organiser la mobilisation nationale du mardi 12 septembre prochain. Vous pouvez, si vous souhaitez vous engager, vous inscrire à l'adresse suivante : https://docs.google.com/forms/d/13QL5nwW9Yb48…
  • Nous appelons également à soutenir notre camarade Loïc, qui passe en procès le 11 septembre pour d'imaginaires violences lors de l'occupation du MEDEF le 7 juin 2016. Rassemblement dès 8h00 devant le Palais de justice le 11 septembre (métro Cité).
  • Nous serons présents à la Fête de l'Humanité, du 15 au 17 septembre prochain nous avons également besoin de volontaires.

Seule une mobilisation de grande ampleur mettra un terme aux régressions prévisibles.

Document au format PDF:

Source : message reçu le 30 août 12h


1 2 3 4 5

Intermittents du spectacle : solidarité avec Loïc

Lutte Ouvrière

Lundi 11 septembre, Loïc Canitrot, l'un des animateurs du combat des intermittents passera en jugement au tribunal correctionnel de Paris. Il est accusé de violences en réunion par le chef de la sécurité du Medef.

En avril 2017, des intermittents du spectacle s'étaient invités au siège du Medef, qui refusait de ratifier l'accord sur l'assurance-chômage pour les intermittents, artistes et techniciens, accord signé par les syndicats de salariés et d'employeurs du spectacle.

Au cours de ce rassemblement, Loïc a été frappé par le chef de la sécurité, ce dernier a porté plainte contre lui pour un coup de poing imaginaire. Arrêté et mis en garde à vue 48 heures, Loïc est passé de victime à coupable !

Pour le soutenir durant son procès un rassemblement est prévu.

Lundi 11 septembre, devant le tribunal de Grande instance de Paris à 8 heures, 4, boulevard du Palais - Métro Cité.

Des militants de Lutte ouvrière, dont notre camarade Arlette Laguiller, qui ira témoigner à l'audience, seront présents pour dénoncer la judiciarisation de plus en plus importante des actions syndicales.

Source : https://journal.lutte-ouvriere.org/2017/08/30...

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir