Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mercredi 20 septembre 2017 à 19h

3 parties : 1 2 3

Débat « Areva au Niger : un environnement sacrifié »

Rencontre-débat organisé par l'association Survie :

  • Almoustapha Alhacen, président de l'association nigérienne Aghirin'man et lauréat du « Nuclear Free Future Award » 2017 (catégorie Résistance)
  • Bruno Chareyron, directeur du laboratoire de la CRIIRAD

Débat animé par l'association Survie

Site Web: http://areva.niger.free.fr/

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/56624
Source : https://agenda.survie.org/showevent.php?id=11...


1 2 3

Areva en Afrique

La face cachée du nucléaire français

« En France, on n'a pas de pétrole, mais on a du nucléaire. »

Depuis 40 ans, le développement du nucléaire est justifié au nom de « l'indépendance énergétique » de notre pays. Pourtant, avant même la fermeture de la dernière mine d'uranium française, en 2001, le combustible nécessaire aux centrales françaises était importé en grande partie. Il l'est maintenant en totalité. Si les sources d'approvisionnement se sont diversifiées, le sous-sol africain a été historiquement, et reste encore aujourd'hui indispensable au fonctionnement de notre parc électronucléaire.

Comment peut-on alors parler d'indépendance énergétique ? C'est simple, il suffit à nos dirigeants de considérer que le sous-sol des anciennes colonies françaises continue d'appartenir à l'ex-métropole, ou de payer l'uranium à un prix tellement dérisoire qu'il en devient négligeable dans les indicateurs officiels.

C'est bien cette logique qui a sous-tendu la politique française d'approvisionnement en uranium, et le fonctionnement de l'entreprise chargée de la réaliser, Areva, ex-Cogema. Comme la préservation de l'approvisionnement pétrolier à travers Elf, absorbée par Total, la sécurisation des mines françaises d'uranium, au Gabon et au Niger, a justifié que la cellule Afrique de l'Élysée sponsorise des coups d'État et affiche un soutien sans faille à des régimes dictatoriaux « amis de la France », plus compréhensifs à l'égard des intérêts économiques français que soucieux de nourrir leur propre population.

C'est à ce prix que s'est réalisée la prétendue « indépendance énergétique » française. « Indépendance » pour les uns, privation de souveraineté et misère pour les autres.

[...]

Document au format PDF:

Source : http://areva.niger.free.fr/


1 2 3

AREVA au Niger : un environnement sacrifié

Paris (75) Vichy (03) Villars (42) - Ile-de-France

Almoustapha ALHACEN, président de l'ONG « AGHIRIN'MAN » se bat depuis 2002 pour faire connaitre l'impact des activités d'extraction de l'uranium au Niger par les filliales d'AREVA. Il recevra à Bâle, le 15 septembre, le prix « Nuclear Free Future Award 2017 dans la catégorie « Résistance ».

Il sera à Paris, du 18 au 20 septembre 2017, accompagné de Bruno Chareyron, directeur du laboratoire de la CRIIRAD mais également de passage à Vichy et Villars près de Saint-Étienne (cf bas de page)

Si vous souhaitez les rencontrer pour faire un point sur la situation environnementale à Arlit, merci de contacter Bruno Chareyron au 06 27 27 50 37.

Environ 30 % de l'uranium extrait par AREVA provient du Niger. Mais à quel prix : contamination des eaux souterraines, entreposage à l'air libre de dizaines de millions de tonnes de résidus radioactifs, exposition à la radioactivité des travailleurs et des populations même à leur domicile, désinformation et manque de transparence de la part de la multinationale.

Bien Cordialement L'équipe CRIIRAD

Rappels de contexte

A ARLIT, dans la région d'AGADEZ, dans le Nord du Niger, deux filiales d'AREVA (SOMAÏR et COMINAK) exploitent des gisements d'uranium depuis plusieurs décennies. La CRIIRAD s'est mobilisée à partir de 2002 pour apporter un soutien logistique et scientifique à l'ONG AGHIRIN'MAN (basée à ARLIT) qui se bat pour améliorer la protection de l'environnement et défendre les populations et les travailleurs.

Les études conduites par le laboratoire de la CRIIRAD entre 2003 et 2009 sur la contamination de l'environnement, en soutien aux enquêtes de SHERPA, MEDECINS DU MONDE, AGHIRIN'MAN et GREENPEACE, ont montré de nombreuses atteintes à l'environnement : contamination des eaux souterraines par l'uranium, vente de ferrailles et textiles radioactifs sur les marchés d'Arlit, rues remblayées avec des matériaux radioactifs, etc..

La dénonciation de ces situations par voie médiatique entre 2003 et 2009 (conférences de presse, communiqués, participation à des documentaires) a permis quelques avancées concrètes pour les populations locales (fermeture des puits dont les eaux étaient les plus contaminées, décontamination d'une centaine de points chauds dans les rues d'Arlit, suppression de la pratique consistant à faire laver les tenues de travail potentiellement contaminées par les épouses des travailleurs, etc..), mais les atteintes à l'environnement restent préoccupantes.

Le travail de « transfert de connaissances » opéré par le laboratoire de la CRIIRAD à destination de l'ONG AGHIRIN'MAN et la coopération lancée depuis ont probablement constitué une démarche pionnière qui a servi de modèle et a inspiré des programmes comme EJOLT et des initiatives similaires en Afrique (Mali, Namibie, Malawi) ou encore au Brésil ou au Japon.

Ce travail a été reconnu par l'attribution à Bruno CHAREYRON, directeur du laboratoire de la CRIIRAD, du Nuclear-Free Future Award 2016, dans la catégorie « EDUCATION ».

Almoustapha ALHACEN, le fondateur et président en exercice d'AGHIRIN'MAN, a été choisi cette année, par le jury international du Nuclear-Free Future Award, qui lui a attribué le NFFAward 2017 dans la catégorie RESISTANCE. Il recevra ce prix lors de la conférence internationale : "Droits de l'Homme, Générations Futures et Crimes à l'âge Nucléaire", organisée par l'IPPNW/PSR qui se tiendra du 14 au 17 septembre 2017 à Bâle en Suisse. Le discours d'introduction sera prononcé par Bruno CHAREYRON.

L'association française, « Les Amis d'AGHIRIN'MAN », qui a pour but de faire connaître l'ONG « AGHIRIN'MAN » et de la soutenir, a organisé une tournée en France d'Almoustapha ALHACEN, du 18 au 28 septembre. Dans ce cadre, vous pourrez également rencontrer Almoustapha ALHACEN lors de réunions publiques :

  • A Paris, le mercredi 20 septembre à 19H au café le « Lieu-Dit » / 6 rue Sorbier / métro Ménilmontant ou Gambetta (réunion organisée par Survie-Paris). Interventions d'Almoustapha Alhacen et Bruno Chareyron (CRIIRAD)
  • A Vichy, le mercredi 27 septembre à 20h, salle des fêtes, place de l'hôtel de ville (réunion organisée par l'APROMER). Intervention d'Almoustapha Alhacen et Arlette Maussan (Collectif des Bois Noirs). Projection d'extraits du film de Dominique Hennequin : « Uranium, l'héritage empoisonné ».
  • A Villars (près de Saint-Etienne), le jeudi 28 septembre, à 20H, salle Collange, Rue de l'Hôtel de Ville (réunion organisée par l'association SOS Villars). Intervention d'Almoustapha Alhacen et Arlette Maussan (Collectif des Bois Noirs). Projection d'extraits du film de Dominique Hennequin : « Uranium, l'héritage empoisonné ».

Si vous souhaitez les rencontrer pour faire un point sur la situation environnementale à Arlit, merci de contacter Bruno Chareyron au 06 27 27 50 37.

Environ 30 % de l'uranium extrait par AREVA provient du Niger. Mais à quel prix : contamination des eaux souterraines, entreposage à l'air libre de dizaines de millions de tonnes de résidus radioactifs, exposition à la radioactivité des travailleurs et des populations même à leur domicile, désinformation et manque de transparence de la part de la multinationale.

Bien Cordialement L'équipe CRIIRAD

Source : http://www.sortirdunucleaire.org/spip.php?art...

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir