thèmes : travail, répression   le plus vu incomplet
Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

jeudi 16 novembre 2017 à 13h

2 parties : 1 2

Rendez-vous à confirmer.
Lieu à préciser.

Rassemblement de soutien à F. Borsali de PSA Poissy

avec P. Poutou

Au tribunal de Versailles

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/57157
Source : https://npa2009.org/evenement/versailles-rass...


Un responsable CGT de PSA Poissy poursuivi pour violences

Le cas du secrétaire de la CGT de l'usine de Poissy n'est pas isolé, selon le syndicat. (DR)

Un cadre du constructeur automobile accuse le secrétaire de la CGT de l'usine de Poissy de faits de violence lors d'une action revendicative fin septembre. Pour la CGT, ces poursuites sont révélatrices d'un climat de répression antisyndicale.

Si sur ses lignes de montage, PSA fait défiler des bijoux de modernité, en bord de chaîne, les conditions de travail et le dialogue social semblent d'un autre âge. En traînant vendredi 23 juin au tribunal le secrétaire de la CGT de l'usine de Poissy (Yvelines) Farid Borsali, la direction de Peugeot-Citroën semble s'inscrire dans une longue histoire de répression antisyndicale. Mais depuis la mise en place des milices de la CFT (Confédération française du travail, faux syndicat de salariés au service des intérêts du patronat) dans les années 70 à aujourd'hui, les pratiques du constructeur automobile ont légèrement évolué. Aux règlements de compte musclés, PSA préfère désormais l'univers plus feutré des prétoires et des bureaux de DRH. Jugé ce jeudi 22 juin au tribunal correctionnel de Versailles pour violences, Farid Borsali clame son innocence.

« Le 27 septembre, nous avons mené une action syndicale avec une vingtaine de militants CGT dans le bâtiment B2, qui abrite des lignes de montage, pour alerter sur des manquements en termes de sécurité », explique le secrétaire de la CGT de Poissy. « Certaines barres qui retiennent les bacs de pièces, qui peuvent peser jusqu'à cent kilos, n'étaient pas fixées au sol. Des chariots qui contiennent des pièces qui là encore peuvent peser jusqu'à 100 kilos n'étaient pas équipés de frein, ce qui fait qu'ils pouvaient heurter des opérateurs », poursuit le syndicaliste, précisant que la CGT avait mené une action similaire une quinzaine de jours auparavant au bâtiment B3. « Cette fois-là, la direction avait d'ailleurs reconnu des manquements et mis le matériel en conformité », concède-t-il. « Mais lors de la deuxième action, on s'est heurté à un refus de la direction de régler le problème », assure-t-il.

[...]

Source : https://www.humanite.fr/un-responsable-cgt-de...

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir