thème : international
Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

jeudi 23 novembre 2017 à 20h30

Projection débat « Octobre »

A l'occasion du centième anniversaire de la révolution d'Octobre

suivie d'une rencontre exceptionnelle avec Gérard Filoche, cultissime ancien inspecteur du travail, syndicaliste et homme politique, collaborateur régulier au mensuel satirique Siné Mensuel et auteur de La Révolution russe racontée aux ados ( et à leurs parents ). Editions Esprits du Temps

soirée soutenue par le PCF 95 et ATTAC CERGY

Octobre

Film de Sergueï Eisenstein - URSS 1928 2h19mn - avec Vassili Nikandrov, Nikolaï Popov, Boris Livanov...

Le carton en ouverture de la version restaurée d'Octobre présentée au festival de Berlin nous apprend que le commanditaire du film, un certain Vladimir Illich Oulianov, n'a pas trouvé le résultat final à son goût, l'accusant de « formalisme ». S'il n'avait pas été emporté dans le tourbillon d'un dévouement politique dévorant, Vlad Lénine aurait pu nourrir l'ambition d'une carrière dans la critique cinématographique tant son analyse concernant Octobre tape dans le mille. Officieux cinéaste officiel du Parti, Eisenstein n'a eu de cesse de se servir des récits issus de la mythologie imposée qu'il obtenait de traiter grâce à ce statut (Le cuirassé Potemkine, Alexandre Nevski, Ivan le Terrible) plutôt que de se mettre à leur service, et par là au service de la révolution bolchévique. Le souffle révolutionnaire est pour Eisenstein un sujet, un potentiel, mais pas franchement un credo, une flamme qui brûle en son for intérieur et transporte son âme. Les (bons) films d'un Ken Loach, par exemple, incitent autrement plus le spectateur à monter en première ligne de défense du prolétariat que ne le font les constructions grandioses d'Eisenstein.

Tant pis à l'époque pour Lénine & co., et tant mieux aujourd'hui encore pour nous, car en lieu et place de vulgaires épanchements de propagande disciplinée (et donc inintéressante, quelque soit la cause soutenue) les films d'Eisenstein tel cet Octobre sont de véritables gemmes de cinéma, dont l'éclat et la fascination qu'ils engendrent ne pâliront jamais. La flamme qui guidait Eisenstein était le septième art, et les histoires que les officiels du Parti lui confiaient lui servaient de tremplin pour développer cet art, expérimenter des idées et des fulgurances, approfondir ses convictions formelles. Entre les mains de ce zélote du cinéma, la révolution d'octobre 1917 mue en un maxi-péplum dont la force de frappe spectaculaire et écrasante s'autoalimente, est elle-même son unique maître à penser. Ce qui importe est la démesure de chaque séquence, de chaque affrontement. L'immensité des moyens employés, des zones pour le gain desquelles on se bat, du carnage déclenché, des symboles visuels du triomphe ou de la débâcle. Eisenstein joue exclusivement sur l'idée de la masse : la révolte et le changement de régime dont il est question ne sont pas l'occasion de mettre en avant des destins individuels exceptionnels, ceux des meneurs du soulèvement, mais sont décrits comme étant l'œuvre d'un raz-de-marée humain uniforme et indivisible. Par ce côté « We are Legion », Octobre trouve un écho dans le monde actuel, avec le mouvement des Anonymous dont le film paraît décrire de manière figurée le mode opératoire des assauts virtuels.

Cette plasticité du long-métrage, qui lui permet de se détacher de son propos théorique pour exprimer d'autres choses suivant l'époque et le public, vient de la détermination d'Eisenstein à ne donner vie à aucune image réaliste. Chaque plan adopte une forme qui le soustrait à la réalité documentaire et le porte à un autre niveau de vérité, symbolique, allégorique. Pas étonnant qu'Octobre n'ait que moyennement plu aux hommes forts du moment : il ne traite pas de ce moment particulier qui a vu leur conquête et leur gloire. Il exhume de sous le tapage passager du temps présent les causes souterraines, universelles et intemporelles qui ont conduit à ce moment de rupture, mais aussi aux autres avant et après lui dans l'histoire. La vague épique terrible d'Octobre déborde largement du cadre de la révolution du même nom, elle renverse tout.

(extrait du blog « Ciné Partout tout le temps »)

OCTOBRE

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/58012
Source : http://www.cinemas-utopia.org/saintouen/index...

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir