Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mercredi 22 novembre 2017 à 13h

3 parties : 1 2 3

Attention: ceci est la manifestation du 22 novembre.

Pour la manifestation du 25 novembre, suivre ce lien:
https://paris.demosphere.eu/rv/57872


1 2 3

Manifestation et blocage des lycées

contre la sélection à l'entrée de l'université

Trajet / parcours : départ 13h de République, en direction de Bastille

#LeurSélectionNotreAvenir - dans la rue contre la sélection et son monde !

Ca y est, APB c'est fini. Ca y est, APB va être remplacé. Fin du tirage au sort, mise en place de la sélection à l'entrée de l'université. Le système est mort, vive le système !

Aujourd'hui, en France, chaque bachelier a une place à l'université - quels que soient ses résultats scolaires. Chaque lycéen bachelier peut accéder à la filière de son choix, au-delà de toute considération sociale ou économique. Cela est la règle, mais les faits sont autres. Le nombre d'étudiants augmente chaque année - choc démographique des années 2000 - et la plupart des facs sont très largement surchargées, et de plus en plus de filières sont dites « en tension », c'est-à-dire que le nombre de voeux est supérieur au nombre de places. Cette situation mène à une mise en concurrence des lycéens et des étudiants pour accéder à la filière souhaitée ou pour y rester. Depuis trop longtemps les prémisses d'une sélection insidieuse sont donc déjà bien là. Or, Macron franchi maintenant un nouveau cap, considérable. Ce dernier veut, dès la rentrée prochaine, remplacer APB par un système de sélection réelle et assumée. Cela veut dire que, dès juin prochain, tous les bacheliers n'auront plus de place assurée à l'université. Dès juin prochain, les lycéens seront officiellement mis en concurrence et sélectionnés ou pas dans les filières demandées en fonction de leurs résultats scolaires, les facs auront accès aux bulletins et à l'avis unique de chaque prof. Le but étant de décharger les facs en envoyant plus de lycéens vers des filières technologiques ou professionnelles après le bac. Que vont donc devenir ceux qui n'auront pas été sélectionnés ?

Si tout le monde comprend ce que signifie sélection, il faut comprendre ce qu'elle induit - ou plutôt ce qu'elle ignore. Si le tirage au sort était arbitraire, la sélection entend être la solution en camouflant les réalités du système scolaire français dont elle est l'incarnation. L'incarnation d'un système méritocratique qui, par la mise en concurrence des élèves, efface les possibles solidarités entre ceux-ci. Autrement dit, un système qui ne réfléchit pas à ses faiblesses - qu'elles résident dans un certain déterminisme social, ou une reproduction des inégalités en milieu scolaire - et trouve comme issue pour sa survie de donner une valeur supplémentaire aux élèves. La sélection n'est que l'incarnation d'un système en fin de vie, essoufflé et essayant de recycler les mêmes réformes depuis 50 ans afin de se donner une consistance, de survivre. Au-delà de la sélection, c'est donc la survie et la signification de tout un système scolaire qui est ici remise en cause. À nous d'affirmer le système scolaire que nous voulons - ou plutôt de s'opposer à la poursuite de la libéralisation de l'école, et de l'affirmation de l'école et de la fac comme lieu de compétition capitaliste et de hiérarchisation sans questionnement social ni humain.

Depuis plus de 50 ans les gouvernements successifs veulent instaurer cette sélection, et ont toujours échoué face aux contestations massives. Alors, pourquoi réessayer aujourd'hui ? Macron profite de la faillite programmée d'APB pour justifier une mesure qui jamais ne serait acceptée en d'autres temps. Depuis près de quinze ans, tout le monde est au courant du choc démographique des années 2000 (environ 40.000 nouveaux bacheliers chaque année), or jamais les moyens ni les places des facs n'ont réellement été augmentés. Il est donc prévu depuis un moment que tout le monde n'aura pas sa place à l'université, et ce seraient les générations 2000 qui s'en feraient les cobayes. Ainsi, si la « crise d'APB » était prévue - et n'a pas été devancée - c'est bien pour justifier la sélection en espérant peu d'opposition. Ici la solution n'est surtout pas dans le tirage au sort ou la sélection, mais bien dans les moyens que l'on décide d'allouer aux universités. Au-delà du retrait de la loi Vidal, nous réclamons donc que chaque bachelier puisse accéder à la licence de son choix dans la fac de son choix - soit simplement libre d'étudier comme il le veut et non comme il le peut, selon des critères élitistes et socialement injustes.

Et, puisque la sélection ne suffit pas, Macron enchaîne une série de réformes contre la jeunesse - réforme complète de l'enseignement supérieur, baisse des APL et mise en plaise d'un service militaire obligatoire dès 2019 pour les 18 à 21 ans. Il est donc à nous de manifester notre opposition à ces réformes régressives et rétrogrades qui furent toujours abandonnées ou abolies, mais surtout de proposer une autre diagonale par laquelle la jeunesse peut échapper à cet avenir pré-sélectionné.

Nous appelons ainsi toutes les franges de la jeunesse, des lycéen.ne.s aux étudiant.e.s à faire grève et bloquer leur établissement afin de libérer du temps, mais surtout de faire pression en bloquant le lieu central de la conflictualité (le lycée, la fac) entre les élèves et le gouvernement quant à la sélection - et ainsi renverser le rapport de force. Nous appelons donc les lycéen.ne.s et les étudiant.e.s:

  • à faire grève et bloquer leur établissement le mercredi 22 novembre, jour de l'examen du projet de loi Vidal en conseil des ministres.
  • à rejoindre la manifestation du même jour, place de la République à 13h jusqu'à la place de la Bastille.
  • à prendre la tête de la manifestation inter-syndicale du 16/11, contre la loi travail et son monde (14h place de la République).
  • à rejoindre la marche nationale sur l'Elysée du Front Social le 18/11 (métro Pereire).
  • à s'organiser localement au sein de leur établissement dès la rentrée (assemblée générale, occupation, comité d'action, etc.).
  • à se joindre au personnel mobilisé de leur établissement (professeurs, AED, ATOSS, etc.).

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/58059
Source : https://www.facebook.com/events/2008525846072...
Source : http://www.ratp.fr/informer/trafic/manifestat...


1 2 3

Sélection à l'université, réforme du bac :

contre l'école du tri social

SUD éducation

Lorsque l'on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage : le dicton est parfaitement adapté à la réforme en cours de l'entrée à l'Université. Cet été, une forte émotion populaire a été suscitée par les dysfonctionnements du système Admission Post Bac (APV), qui a conduit de nombreuses filières à avoir recours au tirage au sort pour l'inscription en L1. La réponse du gouvernement est simple : mieux vaut la sélection à l'entrée à l'Université que le tirage au sort !

C'est ainsi que le rêve des capitalistes depuis plus de cinquante ans se réalise : le projet de loi présenté le 30 octobre par la ministre établit ainsi purement et simplement la sélection à l'entrée à l'université, dès lors que « l'effectif des candidatures excède les capacités d'accueil d'une formation, les inscriptions sont prononcées par le président ou directeur de l'établissement dans la limite des capacités d'accueil, après vérification de la cohérence entre, d'une part, le projet de formation du candidat, les acquis de sa formation initiale ou ses compétences et, d'autre part, les caractéristiques de la formation ».

Cette réforme touche évidemment en premier lieu les actuel-le-s lycéen-ne-s, qui ne s'y trompent pas : une manifestation aura lieu dès mercredi 22 novembre à l'appel d'une coordination de lycées parisiens et du 93. Mais elle accentue encore davantage le rôle de tri social dévolu à l'école, en refusant encore davantage aux élèves la possibilité d'échapper aux conséquences des difficultés rencontrées durant leur cursus scolaire, par une inscription librement choisi à telle ou telle filière universitaire. 

Dans les territoires dans lesquels l'institution scolaire est particulièrement dégradée, c'est ainsi la double peine : une appartenance à un tel territoire implique un risque d'échec scolaire beaucoup plus élevé qu'ailleurs, et l'échec scolaire débouche sur une affectation dans le supérieur qui ne correspond en rien au projet des élèves. C'est certes déjà en grande partie le cas, mais rien ne nous oblige à accepter la pente naturel d'un système imposé par les classes dominantes : la sélection à la fac c'est l'école du tri social ! En tant que personnels de l'éducation, nous sommes toutes et tous concerné-e-s !

Ce projet de loi s'articule enfin aux annonces faites par Blanquer au sujet du Bac. D'une partl, le contrôle continu serait renforcé, le contrôle terminal étant réduit à quatre disciplines. Or, nous savons très bien avec le précédent des lycées professionnels, un contrôle continu renforcé créerait des bacs « territoriaux », et donnerait donc une valeur différente aux bacs de centre-ville parisien qu'au bac estampillé « lycée du 93 ». D'autre part, le Bac ne serait plus la conclusion des études secondaires, et ainsi le premier niveau de qualification ouvrant à des droits dans le monde du travail, mais il serait la porte d'entrée vers la sélection dans le supérieur : en effet, les filières pourraient attribuer un coefficient différent aux différentes matières du contrôle terminal en fonction de leurs besoins.

SUD éducation 93 soutient la mobilisation en cours des lycéen-ne-s, à commencer par la manifestation des lycéen-ne-s du 22 novembre à 13h à République.

SUD éducation 93 appelle les personnels de lycée à s'emparer de ces questions et à débattre en assemblée générale des perspectives de mobilisation (grève, etc.)

Document au format PDF:

Source : http://www.sudeducation93.org/Selection-a-l-u...

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir