thème : international
Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

vendredi 8 décembre 2017 à 9h

2 parties : 1 2

Rencontres de la Fondation Frantz Fanon

Fanon, aujourd'hui, Penser l'humain

8 décembre de 9h à 19h

Cette journée marquera aussi le 10me anniversaire de la création de la Fondation Frantz Fanon

Inscription : renconextresFFF2017@exgmail.com

http://www.frantzfanonfoundation-fondationfra…

« Pour l'Europe, pour nous-mêmes et pour l'humanité, camarades, il faut faire peau neuve, développer une pensée neuve, tenter de mettre sur pied un homme neuf » (conclusion des

Damnés de la terre, Éditions Maspero, 1961). « C'est par un effort de reprise sur soi et de dépouillement, c'est par une tension permanente de leur liberté que les hommes peuvent créer les conditions d'existence idéales d'un monde humain » (En guise de conclusion, Peau noire, masques blancs, Éditions du Seuil, 1952).

Les premières Rencontres de la Fondation Frantz Fanon se sont déroulées le 9 décembre 2015 et portaient sur : « Fanon aujourd'hui : émancipation ou guerre des civilisations ? » Une quinzaine d'intervenants avaient mis en lumière l'influence deFanon à travers le monde et l'actualité de sa pensée de la libération, aussi bien dans le domaine de la psychiatrie que des arts, des sciences humaines et de la politique.

La question de l'humain traverse l'ensemble de l'œuvre de Frantz Fanon. Elle est à ses yeux loin d'être naïve car, dans des contextes marqués par la violence raciale et la dépossession coloniale, l'humanité n'est pas une condition commune et partagée ; c'est un privilège.

Depuis son premier livre, Peau noire, masques blancs, où il invite ses lecteurs à s'orienter « vers un nouvel humanisme », jusqu'à son dernier ouvrage, Les Damnés de la terre, où il décrit l'exigence, pour les peuples du Sud, de « mettre sur pied un homme neuf », Fanon forge une conception révolutionnaire de l'humanité, dans laquelle les thèmes de la libération et de la désaliénation occupent une place centrale. Pour relire et réinterpréter Fanon au XXI e siècle, il importe de restituer et de faire revivre la force polémique de cet humanisme.

Et d'abord, peut-être, celle de son potentiel critique.

Pour Fanon, l'humain ne peut être justement pensé que si l'on tient compte de l'expérience de l'inhumain. C'est-à-dire des conditions indignes dans lesquelles sont tenues de vivre les populations pauvres du Sud global et les minorités racialisées du Nord. L'œuvre fanonienne envisage le devenir-humain comme une lutte contre ce « corps nocturne de la démocratie », dont parle Achille Mbembe dans Politiques de l'inimitié, à savoir son versant impérialiste, raciste et colonial, qui la suit comme son ombre. L'humain, en somme, est celui qui s'extrait collectivement de cette zone du non-être sur laquelle ont justement insisté Lewis R. Gordon, Nelson Maldonado Torres et Ramon Grosfoguel.

Mais, au-delà de sa mise en question de la colonialité des institutions, l'humanisme de Fanon présente également une face positive qu'on s'attachera à explorer. On pense, dans le champ de la médecine, à la contribution fanonienne à l'essor de la psychothérapie institutionnelle et de l'ethnopsychiatrie contemporaine. Sur le plan politique, il peut contribuer à une décolonisation des droits humains. Certes, les différentes déclarations des droits de l'homme ont souvent été critiquées, tantôt pour leur abstraction, tantôt pour leur dogmatisme. Mais on oublie trop souvent ces paroles du discours du 8 avril 1964 de Malcolm X, opposant la spécificité des législations racistes des États occidentaux à l'universalité des droits humains : « Nous luttons pour être reconnus en tant qu'être humains. [...] En vérité, nous luttons aujourd'hui pour des droits plus importants encore que les droits civiques, nous luttons pour les droits de l'homme. » La pensée politique de Fanon redonne à la revendication de la dignité et des droits humains la charge militante qui lui fait si souvent défaut. Il en fait l'un des aspects du projet décolonial, socialiste, panafricain, auquel s'adosse son humanisme.

Cette deuxième Rencontre de la Fondation Frantz Fanon cherchera ainsi à réinvestir cet humanisme révolutionnaire. Tâche urgente face aux violences et crimes impérialistes et racistes qui n'ont jamais cessé. En outre, les postures antihumanistes qui ont eu de la vogue dans la philosophie du second XX e siècle ont à peu près tout montré de leur stérilité théorique et de l'impuissance politique de leur européocentrisme. Ce contexte rend nécessaire un retour à la question de l'humain, trop longtemps laissée en déshérence.

À travers le thème « Fanon aujourd'hui : penser l'humain », on se demandera donc comment recevoir l'héritage intellectuel de Frantz Fanon pour renouveler les catégories de l'humanisme radical dont notre époque a besoin

Document au format PDF:

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/58193
Source : message reçu sur sortir du colonialisme le 9 novembre 12h


Programme

8h30 à 9h30 :

Accueil et café

9h30 OUVERTURE

Présentation de la Fondation Frantz Fanon et de la problématique des Rencontres Fondation Frantz Fanon

9h45 CONFÉRENCE INAUGURALE

Fanon's Revolutionary Philosophical Anthropology of Freedom, Lewis Gordon

10h20 TABLE RONDE 1

Fanon, à travers son œuvre, son approche de /sur l'humanisme
Humanisme Africana. Pour une critique fanonienne des antihumanismes contemporains, Norman Ajar ;
De la sociogenèse de Fanon à la décolonialité de la nature : vers une anthropologie de la terre habitée, Lina Álvarez Villarreal
Discussion

11h20 TABLE RONDE 2

Avec Fanon, repenser l'Autre (être/non-être)
Hell is not Other People : Fanonian Reflections on Sociality and the Coloniality of Being, Nelson Maldonado Torres ;
La mort de l'homme et la querelle de l'humanisme au prisme du genre et de la colonialité du pouvoir, Hourya Bentouhami ;
Being the Other : Fanon and the Question of Impossible Citizenship, Maboula Soumahoro ;
La liberté et de la responsabilité dans la pensée clinique de Fanon, Karima Lazali
Discussion

14h30 TABLE RONDE 3

À partir de Fanon, repenser la géopolitique Fanon and the Geopolitics of the Neocolonial World-Order : Beyond Assimilationism and Multiculturalism, Ramon Grosfoguel ;
Colonial and Post-Colonial Muslim Subjectivities in the Geopolitical Order, Hatem Bazian ;
La problématique de la culture comme arme de libération des peuples : l'actualité de l'approche de Fanon dans le contexte africain, Moussa Tchangari
Decolonizing the Nation-State Narrative, Dionisio Da Silva Pimenta
Discussion

15H50 TABLE RONDE 4

Avec Fanon, l'universalisme en question
Revoir l'universalisme à la lumière de ses ombres, Nacira Guenif ;
The Enemy's Théâtre : For a Universalism of Destruction, Oscar Guardiola Rivera ;
« Nous luttons pour être reconnus en tant qu'être humains. Nous luttons pour avoir le droit de vivre en hommes libres dans cette société (.. . ) », Mireille Fanon Mendès-France
Discussion

17h Théâtre : extraits d'un dialogue entre Antonin Artaud et Frantz Fanon. « Billes de verre, éclats de plomb » , de Thérèse Bonnétat avec le collectif Interférences, produit par La Petite Fabrique

18 heures CONCLUSION

Nelson Maldonado Torres
Danny Glover
(à confirmer)

Fondation Frantz Fanon

Source : http://indigenes-republique.fr/fanon-aujourdh...

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir