Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

jeudi 14 décembre 2017 à 20h30

Projections débats « Histoires de la plaine »

Film documentaire de Christine Seghezzi

Débat avec

  • Guillaume Tumerelle, avocat spécialisé dans le droit de l'environnement et
  • Christine Seghezzi, réalisatrice

Le film

Dans la pampa argentine, les terres autour de Colonia Hansen sont parmi les plus fertiles au monde. Pendant longtemps, des millions de vaches y vivaient en plein air. On disait que la meilleure viande de bœuf était argentine. Aujourd'hui d'immenses champs de soja transgénique ont pris la place des cheptels et couvrent la plaine jusqu'à l'horizon.Histoires de la plaine remue ces terres pour en faire jaillir des épopées et tragédies : les histoires de massacres et de disparitions du passé font écho aux récits des derniers habitants qui racontent la survie et la résistance face à l'ultime menace de destruction de l'environnement, des animaux et des hommes par la monoculture et les pesticides.

htpps://www.histoiresdelaplaine.fr

Guillaume Tumerelle, avocat

Guillaume Tumerelle est avocat à Montélimar, spécialisé en droit rural et de l'environnement. Il représente de nombreuses ONG de protection de l'environnement et de l'agriculture, notamment sur la question du principe de précaution concernant les pesticides et des nouveaux OGM. Il a obtenu récemment une victoire historique dans la défense d'un collectif de Faucheurs volontaires à Foix/Ariège. Ces militants étaient poursuivis devant le Tribunal correctionnel de Foix pour dégradation du bien d'autrui en réunion pour avoir enduit de peinture des bidons d'herbicides à base de glyphosate dans diverses grandes surfaces. Ils et risquaient jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.

«Pour la défense des faucheurs volontaires, nous avons choisi entre autres arguments de soulever l'illégalité des textes européens prévoyant une méthode d'évaluation insuffisante des pesticides avant leur mise sur le marché. Nous demandions au Tribunal correctionnel de Foix de saisir la Cour de justice de l'Union Européenne, soit la plus haute instance judiciaire, afin de la questionner sur la validité de la législation européenne au regard du principe de précaution. Nous estimions que nombre de publications scientifiques récentes démontraient l'existence de risques liés au glyphosate et surtout aux co-formulants qui sont insuffisamment analysés avant mise sur le marché. Le Glyphosate a notamment été classé cancérigène probable par le CIRC qui est une agence dépendant de l'organisation mondiale de la santé.» Maître Guillaume Tumerelle.

Le procureur a suivi la position de la défense et le Tribunal correctionnel de Foix a sollicité en octobre 2017 la saisine de la Cour de justice de l'Union européenne sur quatre questions portant sur la validité des méthodes d'évaluation des pesticides (à base de glyphosate ou autres), sur le fait que seul le principe actif soit analysé, sur l'absence d'analyse de
« l'effet cocktail » que produit l'association de plusieurs molécules et qui démultiplie l'effet toxique d'un produit pesticide, sur l'absence d'analyses suffisantes du produit fini tel que commercialisé.

Cette décision du Tribunal correctionnel de Foix permettra de remettre en question la législation européenne et ses carences en matière d'évaluation des produits pesticides, non seulement pour le glyphosate, mais également pour les autres pesticides qui sont commercialisés sur la base de la même réglementation.

Venez échanger le 14 décembre 2017 avec maître Guillaume Tumerelle et Christine Seghezzi autour des questions liées à l'action juridique et des moyens légaux dont disposent les citoyens face aux dangers des cultures OGM et de l'emploi massif de pesticides.

https://image.jimcdn.com/app/cms/image/transf/dimension=496x1024:format=jpg/path/s1b595c589190e523/image/i014916a1056d8f21/version/1500056193/image.jpg

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/58341
Source : https://www.histoiresdelaplaine.fr
Source : message reçu le 15 novembre 12h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir