thème : travail
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

jeudi 7 décembre 2017 à 17h

50e jour de grève, salariés d' Héméra à l'Holiday Inn de Clichy

Jeudi 7 décembre à 17h : Remise des chèques de la caisse de grève

Le 7 décembre, cela fera 50 jours que les salariés d'Héméra (femmes de chambre, gouvernantes et équipiers de la soustraitance) attendent que leur employeur et/ou le donneur d'ordres, l'hôtel Holiday

Inn de Clichy, veuillent bien s'asseoir à la table des négociations et entendre leurs revendications.

50 jours que ces patrons affichent un mépris indécent à l'égard des salariés.

50 jours que la députée de Clichy, fidèle aux principes du dialogue social prôné par le parti du Président, La République En Marche, ne lève pas le petit doigt pour faire avancer ce dossier.

Si ces patrons et messieurs-dames de la

Haute espèrent que le conflit va s'éteindre faute de combattants, ils se mettent le doigt dans l'œil jusqu'au coude : les soutiens aux grévistes sont de plus en plus nombreux et leur solidarité est sans faille.

Pour preuve, cette remise de chèques aux grévistes le 7 décembre à 17h.

Intercontinental doit négocier !

Les surexploité-es de la sous-traitance HEMERA revendiquent :

  • l'internalisation chez Holiday Inn par leur embauche directe par l'hôtel
  • le respect des contrats de travail
  • la suppression de la clause de mobilité
  • l'augmentation des qualifications et des salaires avec le passage en catégorie B
  • le respect des accords de site sur la durée du travail, passés avec l'ancienne société,
  • le paiement de toutes les heures travaillées
  • le versement d'une prime de panier, comme pour les salarié(e)s de l'hôtel
  • l'attribution d'une prime de 13 ème mois, égale à 1/12 ème du salaire annuel
  • la suppression de l'abattement de 8 % sur la base des cotisations sociales

Holiday Inn est l'une des marques du groupe hôtelier britannique IHG (Intercontinental Hotels Group) qui est actuellement le 1 er groupe hôtelier mondial en nombre de chambres (4 000 hôtels sur la planète).

Intercontinental, qui ne peut délocaliser ses hôtels, utilise la sous-traitance pour surexploiter les salariés de ses services d'hébergement et de plonge qui constituent pourtant le cœur de métier d'un hôtel.

Avec 400 millions d'euros de bénéfices, le groupe a largement de quoi satisfaire les revendications des grévistes de Clichy !!

Document au format PDF:

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/58829
Source : http://www.cnt-so.org/Rassemblement-le-7-dece...

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir