Réagir (8)EnvoyeriCalPartager

mardi 30 janvier 2018 à 14h

10 parties : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Attention, ceci est la manifestation du 30 janvier

Pour la manifestation éducation du 1er février, suivre ce lien:
https://paris.demosphere.eu/rv/59491


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Manifestation et grève dans les EHPAD

Rassemblement à 14h devant le Ministère des Solidarités et de la Santé.

Des rassemblements sont aussi prévus à Créteil et Cergy.

Signez aussi la pétition.

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/58980
Source : http://www.sante.cgt.fr/Mardi-30-janvier-2018…


EHPAD : Tous en grève le 30 janvier 2018 !

Pour l'augmentation des effectifs gage de l'amélioration de la prise en charge des résidents

Communique commun

Les sept organisations syndicales signataires, avec l'AD-PA se sont réunies le 9 janvier 2018. Elles ont adopté le communiqué suivant.

Le 30 janvier 2018, les organisations syndicales CGT, CFDT, FO, SUD, UNSA, CFTC et CFE-CGC, appellent les salariés des Établissements d'Hébergements pour Personnes âgées dépendantes (EHPAD), ainsi que ceux des soins à domicile, à se mettre en grève et à manifester.

L'association des directeurs de services à domicile et d'établissements pour personnes âgées (AD-PA) soutient largement ce mouvement. De leur côté, neuf associations et unions confédérales de retraités apportent aussi leur soutien à cette initiative d'ampleur nationale.

Depuis plusieurs années, les organisations syndicales dénoncent l'insuffisance des effectifs et des moyens, personne ne le conteste, encore moins la mission parlementaire IBORRA, qui l'a relevée dans ses conclusions.

À cela s'ajoute une nouvelle réforme de la tarification, unanimement contestée, qui va se traduire par des suppressions massives de postes et une prise en charge des résidents qui sera encore plus dégradée.

Après la catastrophe sanitaire liée à la canicule de 2003, la réponse du gouvernement avait été d'imposer à tous les salariés de travailler le lundi de la

Pentecôte, sans qu'aucune étude de besoins réels sur les structures n'ait été menée.

En 2006, le « Plan Solidarité Grand Age » préconisait qu'au plus tard en 2012, les effectifs devaient être renforcés par la mise en place d'un ratio de « un agent pour un résident ». Cela n'a jamais été mis en application.

Face à une situation qui ne cesse de se détériorer, tant pour les personnes âgées prises en charge que pour le personnel de ces établissements dont les conditions de travail se sont considérablement dégradées, il n'y a pas d'autre issue que le rapport de force pour faire entendre nos revendications.

Le président de la République interpelé sur cette question refuse de recevoir les organisations syndicales et la ministre de la Santé, après avoir déclaré que les difficultés des EHPAD « n'étaient pas qu'une question financière, mais un problème de management, notamment dans les établissements publics », ne propose qu'un groupe de réflexion sur la qualité de vie au travail (QVT) !Nous considérons que cette situation ne peut plus durer. Nous ne pouvons rester indifférents ni à la prise en charge de nos ainés, ni à la dégradation de nos conditions de travail.

Le gouvernement et la Ministre de la Santé doivent répondre aux légitimes revendications !

Pour toutes ces raisons, les 7 organisations syndicales appellent tous les salariés des EHPAD, ainsi que ceux des soins à domicile à faire grève le 30 janvier et à participer massivement aux différentes initiatives qui seront organisées en commun dans les départements en direction des préfectures, des ARS et des Conseils

Départementaux, afin de porter nos revendications :

  • Application d'un agent ou un salarié par résident, tel que prévu par la Plan Solidarité Grand Age ;
  • Abrogation des dispositions législatives relatives à la réforme de la tarification des EHPAD, contenues dans la loi du 28 décembre 2015 ainsi que le retrait des décrets d'application ;
  • Arrêt des baisses de dotations induites par la convergence tarifaire et exige par conséquent le maintien de tous les effectifs des EHPAD y compris les contrats aidés, qui doivent être intégrés et sécurisés ;
  • Amélioration des rémunérations, des perspectives professionnelles et de carrières, dans le cadre du Statut et des conventions collectives nationales ;

Enfin, les sept organisations syndicales et l'AD-PA réaffirment leur ferme volonté d'être reçues par Emmanuel Macron.

Une conférence de presse nationale se tiendra le 25 janvier à la Bourse du travail à Paris.

Il a été notamment décidé qu'une délégation commune se rendra le 30 janvier à 10 heures à Matignon, puis au ministère des Solidarités et de la Santé en début d'après-midi où sera organisé un rassemblement.

Document au format PDF:

Source : http://www.sante.cgt.fr/Mardi-30-janvier-2018…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Appel à la grève dans tous les EHPAD

le mardi 30 janvier 2018 !

FO, CGT, CFDT, UNSA, CFTC

L'insuffisance des effectifs et des moyens dans les établissements accueillant des personnes âgées (EHPAD) et dans les services d'aide à domicile, est reconnue par tous. La réforme de la tarification introduite par la Loi vieillissement dite « ASV », qui va se traduire par des suppressions massives de postes, est unanimement rejetée.

Loin de répondre aux demandes de l'ensemble du secteur, le Président de la République refuse de recevoir une délégation des signataires de la lettre commune du 19/10/7 et du 07/12/17.

Suite aux propos de la Ministre de la santé considérant que les difficultés des EHPAD seraient dues à « un problème de management » et non uniquement à une question du financement, les organisations réunies ce jour condamnent de telles déclarations qui ont pour objectif d'occulter la baisse des moyens alloués aux établissements.

C'est pourquoi, les Fédérations syndicales FO des services publics et de santé, CGT santé et action sociale, CGT des services publics, CFDT santé/sociaux, UNSA santé/sociaux et CFTC santé/sociaux, réunies le jeudi 14 décembre 2017, ont décidé d'appeler les personnels des établissements accueillant des personnes âgées et des services à domicile à une journée de grève nationale et de mobilisation le mardi 30 janvier 2018.

Cette grève a pour objectif d'améliorer l'accompagnement, les services et les soins envers les personnes âgées indissociables de l'amélioration des conditions de travail des professionnels, en exigeant du gouvernement qu'il réponde à nos revendications :

  • Application d'un agent ou un salarié par résident, tel que prévu par la Plan Solidarité Grand Age ;
  • Abrogation des dispositions législatives relatives à la réforme de la tarification des EHPAD, contenues dans la loi du 28 décembre 2015 ainsi que le retrait des décrets d'application ;
  • Arrêt des baisses de dotations induites par la convergence tarifaire et exige par conséquent le maintien de tous les effectifs des EHPAD y compris les contrats aidés, qui doivent être intégrés et sécurisés ;
  • Amélioration des rémunérations, des perspectives professionnelles et de carrières, dans le cadre du Statut et des conventions collectives nationales ;

Enfin, ils réaffirment leur ferme volonté d'être reçus par Emmanuel Macron.

Les Fédérations CGT, CFDT, FO, UNSA et CFTC invitent leurs syndicats à organiser dans chaque département, dans le cadre de la grève, des rassemblements, manifestations, délégations auprès des délégations territoriales de l'ARS et des Conseils Départementaux.

Source : http://www.sante.cgt.fr/Mardi-30-janvier-2018…
Source : http://www.communcommune.com/2017/12/appel-a-...


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

EHPAD : Les retraités veulent le meilleur

CGT retraités

Les personnels des EHPAD, privés et publics, sont à bout de souffle. Elles et ils ont décidé de se mobiliser. Leur objectif : obtenir des conditions de travail décentes pour dispenser des soins efficients aux personnes accueillies. Les retraités se joignent à leur mouvement. Les retraité.e.s concerné.e.s...

Le pourcentage des personnes âgées accueillies en établissement est faible. Mais toutes et tous sont préoccupés par l'idée de devoir, dans un futur que chacune et chacun espère le plus lointain possible, être obligés d'avoir recours à un hébergement en EHPAD ((Etablissements d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes). Il faut le dire, le contexte actuel des conditions d'hébergement sont loin d'encourager et de rassurer.

Le mépris des plus fragiles doit cesser

Depuis de nombreuses années les politiques sont interpellés sur ces questions sans effets. Les améliorations sont inexistantes et aujourd'hui les situations s'aggravent compte tenu des dernières mesures budgétaires prises qui diminuent moyens financiers des établissements.

Dans les établissements privés, les grands groupes sont de plus en plus avides de faire des bénéfices et de les redistribuer à leurs actionnaires et ne s'inquiètent guère de la qualité des services rendus et des conditions de travail des personnels. Dans les établissements publics, la réduction des politiques publiques impactent directement les moyens de fonctionnement.

Mais partout, dans le privé, comme dans le public, les effectifs médicaux, soignants, médicaux-techniques, administratifs et techniques sont bien en deçà de ce qui est nécessaire pour fonctionner 7 jours sur 7 et 365 jours par an...

Les places, les structures et les équipements adaptés font défaut. Les démarches de prévention pour regagner de l'autonomie ou limiter la perte sont impossibles à réaliser.

Des coûts prohibitifs

Les coûts laissés à la charge des résidents et de leurs descendants sont totalement prohibitifs pour des prestations le plus souvent très moyennes voire inacceptables et inhumaines. Ce qu'il reste chaque mois au résident et son conjoint pour vivre est en dessous des besoins...

Le droit à la qualité des prestations

Les résidents, les familles, les retraité.e.s sont en droit d'exiger, à domicile comme en établissement que se mettent en place des accueils et accompagnements personnalisés. Parce que nous sommes toutes et tous différents, il faut dépasser les standards, les "procédures" systématiques, les soins "à la chaine".

Les demandes, les attentes, les besoins (y compris fondamentaux) exprimés par les résidents et/ou leurs familles doivent faire l'objet d'attentions et de démarches spécifiques à chacune et chacun.

Des revendications à faire entendre

  • Des créations de places en EHPAD en relation avec l'évolution de la démographie et de la demande, le maintien à domicile ayant ses limites...
  • Des structures publiques adaptées, dotées d'équipements performants,
  • Des effectifs qualifiés, bénéficiant de formations permanentes, correctement rémunérés, et en nombre correspondant à un ratio privilégiant la prévention et l'accompagnement de qualité et individualisé,
  • Des conditions de travail favorisant la sérénité de toutes et tous : personnels, résidents, familles, ainsi que la qualité d'accompagnement des résidents.
  • Un "reste à vivre" permettant au résident et son conjoint de vivre décemment.

Avec les personnels des EHPAD et les familles

Se faire entendre et porter des revendications justes sur cette problématique de l'accueil en EHPAD est une véritable opportunité. Il faut absolument se saisir de cette dynamique jusqu'à l'obtention du meilleur pour les plus fragiles d'entre nous.

L'UCR CGT appelle l'ensemble de ses organisations à manifester leur soutien aux personnels des EHPAD et à se joindre aux rassemblements décidés par leurs organisations syndicales le 30 janvier.

  • Voir le communiqué des neuf organisations de retraités qui soutiennent le mouvement des salariés des EHPAD, appellent les pouvoirs publics à les rencontrer et confirment qu'elles participeront aux rassemblements et manifestations du 30 janvier.
  • Voir l'appel commun des Fédérations CGT, CFDT, FO, UNSA et CFTC à organiser dans chaque département, dans le cadre de la grève, des rassemblements, manifestations, délégations auprès des délégations territoriales de l'ARS et des Conseils Départementaux.
  • Signer la pétition adressée à la Ministre de la Santé Agnès BUZYN, lancée par les médecins urgentistes et soignants, Patrick Pelloux, Christophe Prudhomme, Sabrina Ali Benali.
  • L'USR CGT de Paris vous donne rendez-vous le mardi 30 janvier à 14h devant le ministère des Solidarités et de la Santé, 14 avenue Duquesne 75007 Paris

Source : http://ulcgt20.org/spip.php?article1975


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Le 30 janvier ça bouge dans les EHPAD

CGT santé / action sociale

Les salariées des Ehpad se sont massivement mobilisées ces derniers mois ainsi que les résidents leurs familles les associations pour dénoncer les dégradations des conditions de travail et d'accompagnement indignes des personnes âgées.

Les soutiens aux personnel les se sont intensifiés et les pouvoirs publics se sont emparés du sujet au regard de l'urgence que nécessitait la prise en compte de des problématiques. Les effectifs sont nettement insuffisants et la réforme de tarification se traduit par une baisse drastique de dotation entraînant des réductions de postes.

Le PLFSS 2018 affiche un objectif de baisse de dépense publique et de réduction du déficit au détriment de notre système de santé. Pour rappel il n'y a plus de Secrétariat d'État aux personnes âgées, ce qui pose légitimement la question de la prise en compte de nos aîné e s, puis de l'octroi de quel financement pour ce secteur d'activités.

Ces constats nous amènent a dénoncer la dégradation des conditions de travail des salarié.e.s entraînant une prise en charge défaillante et maltraitante de la personne âgée par le biais de la politique désastreuse menée dans ce secteur.

Face a cette situation, la Fédération CGT de la Santé et de l'Action Sociale a décidé d'appeler tous les personnels des Ehpad à une journée de grève nationale le mardi 30

Janvier 2019, a participer aux manifestations, débrayages et autres moyens d'actions pour exiger des moyens humains (effectifs supplémentaires) et matériels afin que ces derniers puissent assurer une prise en charge de qualité des résidents accueillis dans les structures.

Cette journée sera précédée d'assemblées générales dans les Ehpad et structures de la CGT.

Construisons et élevons un rapport de force nécessaire, ne nous interdisons rien afin d'aboutir à l'obtention des revendications suivantes :

  • Réforme du mode de financement
  • Notre priorité revendicative : ratio d'1 soignant pour 1 résident
  • Des soins et un accueil de qualité pour un accompagnement digne pour les personnes âgées.
  • Reconnaissance des qualifications des salariées et revalorisation salariale de l'en semble des personnels.

La Fédération CGT de la Santé et de l'Action Sociale porte un projet global de société pour un gland service public de la santé et de l'action sociale, considèrent que la santé ne doit pas être une marchandise.

Document au format PDF:

Source : http://www.sante.cgt.fr/Mardi-30-janvier-2018…
Source : http://www.communcommune.com/2017/12/appel-a-...


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Établissements pour personnes âgées,

mobilisation unitaire le 30 janvier

Solidaires

Ces dernières années, la presse a relayé les luttes des salarié-e-s des EHPAD (Etablissements d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes), mettant en lumière la situation dégradée de ces établissements publics ou privés non-lucratifs qui accueillent des personnes affaiblies par leur grand âge. Les politiques de casse budgétaire commandées par le MEDEF et réalisées successivement par Sarkozy, Hollande et Macron (sauf pour les établissements privés lucratifs qui n'accueillent que des personnes âgées fortunées comme Korian, Orpéa ...) ont renvoyé ces établissements :

  • à l'état de mouroirs (qu'ils n'étaient enfin plus depuis la fin des années 1970) pour les résident-e-s
  • en lieux de souffrance pour les personnels qui y travaillent (ce constat se vérifie aussi dans les établissements privés lucratifs).

En raison des réductions systématiques de dotation décidées par les Conseils Départementaux et les Agences Régionales de Santé année après année :

  • les résidents et les familles subissent des augmentations incessantes des tarifs,
  • les salarié-e-s subissent chaque jour :
    - des cadences de travail insupportables,
    - des diminutions de personnel et donc des augmentations de la charge de travail,
    - des horaires de travail de plus en plus contraignants,
    - des changements et glissements de tâches incessant-e-s.

Tout cela aboutit à de la maltraitance institutionnalisée : toilettes bâclées, repas expédiés, ménage non-fait ....
Les familles n'osent que trop rarement se plaindre du fait de la difficulté à trouver une place pour leur parent-e et par crainte de représailles sur leurs aîné-e-s.
De leur coté, les personnels hésitent à lancer l'alerte de peur de perdre leur emploi.
Globalement c'est bien le/la résident-e qui pâtit, sa famille qui culpabilise et les personnels qui sont en souffrance.

SUD Santé Sociaux, SUD Collectivités Territoriales, Solidaires et l'UNIRS lancent une campagne commune parce qu'ils/elles :

  • refusent que la population et les salarié-e-s des EHPAD fassent les frais des choix discriminants des patrons et des banquiers,
  • exigent le recrutement de personnels qualifiés pour atteindre a minima un ratio (toutes fonctions confondues) d'un professionnel par personne accueillie,
  • revendiquent la titularisation (secteur public) et le passage en CDI (tous secteurs privés confondus) pour l'ensemble des personnels, 
  • s'opposent à la marchandisation des établissements pour personnes âgées,
  • demandent la prise en charge de la perte d'autonomie par la solidarité nationale.

Permettra seule de gagner, une mobilisation des :

  • personnels avec le plus grand nombre possible de leurs syndicats,
  • résident-e-s,
  • familles,
  • citoyens/citoyennes,
  • élu-e- s qui s'associeront à cette mobilisation.

Des intersyndicales se réuniront prochainement, en interprofessionnel d'une part, pour les retraités d'autre part, pour travailler à la construction du mouvement. Elle regrouperont CGT, FO, CFTC, CFDT, UNSA, CGC, FSU, Solidaires retraité-e-s, Retraité-e-s fonction publique, Ensemble et Solidaires.
Organisons-nous et mobilisons-nous le 30 janvier 2018 ! Nous invitons toutes et tous (personnels, résident-e-s, familles, population, élu-e-s, collectifs, syndicats, partis à s'unir pour faire de cette journée une réussite collective.

Source : https://solidaires.org/Etablissements-pour-pe…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

EHPAD : du boulot à en perdre la tête !

Osons dire non

Solidaires

Ces dernières années, la presse a relayé les luttes des salarié-es, mettant en lumière la situation dégradée des établissements prenant en charge les personnes âgées. Les politiques d'austérité budgétaire successives ont transformé ces lieux de vie en mouroir pour les résident-es et en lieux de souffrance pour les personnels qui y travaillent.

En raison de contraintes budgetaires imposées, nous subissons chaque jour :

  • Des cadences de travail insupportables, diminution du personnel et augmentation de la charge de travail, comment bien prendre soin des autres quand nous sommes maltraité-es nous-même ?
  • Des glissements de tâches, comment bien prendre soin des autres quand nous assumons des taches supplémentaires que nous n'avons pas le droit d'accomplir, pour lesquelles nous ne sommes pas qualifié-es et rémunéré-es ?
  • Des horaires particulièrement contraignants : 10/12 heures, horaires en coupé, pause de nuit non rémunérée, comment bien prendre soin des autres quand nous sommes exténué-es ?
  • Une flexibilité et une mobilité extrème, comment bien prendre soin des autres quand nos horaires sont désorganisés ou que nous ne connaissons pas bien les personnes dont nous nous occupons ?
  • La précarité comme moyen de pression (CDD à outrance, temps partiel imposé, contrat aidés, services civiques salaire faible…), comment bien prendre soin des autres quand nous sommes nous même dans l'angoisse permanente pour notre avenir ?
  • Tout cela aboutit à la maltraitance institutionnelle et...

Devons nous accepter que l'un-e de nos proches :

  • ne soit douché-e que tous les 15 jours,
  • ne bénéficie que de moins de 10 minutes par toilette,
  • ne soit pas levé-e par manque de personnel,
  • que le ménage de sa chambre ne soit pas fait,
  • que ses repas soient vite expédiés et stressants tant au risque d'une fausse route alors que ces moments devraient être conviviaux et agréable.

C'est le résultat de la mise en place de procédures dites dégradées qui deviennent le quotidien !

Les familles n'osent que trop rarement se plaindre du fait de la difficulté à trouver une place pour leur parent-e et et par crainte de représailles sur leur ainé-es.

Nous savons que les personnels hésitent à lancer l'alerte de peur de perdre leur emploi.

A SUD, nous n'avons pas attendu que les Directions d'EHPAD découvrent le manque de personnel et l'augmentation des cadences pour alerter et lutter.

La souffrance du personnel et des résident-es dans les EHPAD est alarmante.
Les conclusions d'un récent rapport parlementaire sur les EHPAD confirment ces conditions de travail particulièrement dramatiques tant d'un point de vue physique que psychologique !

Les faits parlent d'eux même :

  • Absentéisme de 10%.
  • 2 fois plus d'accidents de travail par rapport à la moyenne nationale.
  • Trop faible encadrement médical.
  • Pas d'infirmier-e la nuit.
  • Turn over important.

L'asphyxie financière du service public, du secteur privé non lucratif et le manque de places dans les structures se fait au profit de la marchandisation du soin vers le secteur privé lucratif (Korian, Orpea…).

Malgré les prix payés par les familles ou les résident- es, le secteur privé lucratif n'est pas en reste. L'argent servant les gands profits des actionnaires qui exploitent cyniquement salarié-es et résident-es.

Au final c'est bien le/la résident-e qui pâtit, sa famille qui culpabilise et les personnels qui sont en souffrance.

Nous nous insurgeons contre l'inhumanité de ces politiques. Osons dire NON !

SUD Santé Sociaux, SUD Collectivités Territoriales, Solidaires et l'UNIRS :

  • refusent que la population et les salarié-es des EHPAD fassent les frais des politiques d'austérité.
  • exigent le recrutement massif de personnels qualifiés pour atteindre à minima un ratio (toutes fonctions confondues) d'un personnel par personne accueillie.
  • revendiquent la titularisation ( secteur public) et le passage en CDI (dans le privé) pour l'ensemble des personnels.
  • s'opposent à la marchandisation de ce secteur.
  • revendiquent la prise en charge de la perte d'autonomie par la solidarité nationale, contre les logiques assurantielles et marchandes.

Seule une mobilisation des personnels avec les résident-es, les familles, les citoyens/citoyennes, les syndicats et les élu-es (en les interpellant au besoin) permettra de gagner.

Une intersyndicale se réunira le 9 janvier 2018 pour travailler à la construction du mouvement.

Organisons nous, mobilisons nous le 30 janvier 2018

Nous invitons toutes et tous :

  • personnels, résident-es, familles, population, élu -es
  • avec les collectifs, les syndicats et les partis qui souhaitent s'y associer, à s'unir pour faire de cette journée une réussite collective.

Document au format PDF:

Source : http://www.sudsantesociaux.org/ehpad-du-boulo...
Source : https://solidaires.org/EHPAD-Journee-national...


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Les retraités soutiennent

les personnels des EHPAD en grève !

Nous, retraités, sommes inquiets et scandalisés par la situation des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).

Alors que les dotations de fonctionnement sont en baisse, la suppression des emplois aidés va encore réduire les effectifs et augmenter les difficultés des agents en place et le stress des personnes âgées résidentes : moins de temps pour les repas, moins de temps pour la toilette, moins d'animations, etc.

Alors que la loi mettant en place le « plan de solidarité grand âge » promettait un ratio de 1 agent par résident, la moyenne est de 0,6 pour 1, voire 0,3 dans certains cas.

Alors que tout le monde, y compris à travers la « mission-flash » de M me IBORRA pour l'Assemblée

Nationale reconnait les besoins criants du secteur des EHPAD, le gouvernement met en place la « convergence des tarifs dépendance et soins », ce qui signifie en clair déshabiller Pierre pour habiller Paul, prendre un peu aux établissements soi-disant bien dotés pour donner peu aux établissements en déshérence. Et rien sur la nécessité d'avoir plus d'EHPAD publics !

NON à la réforme tarifaire !

Ce sont nos anciens qui sont ainsi maltraités !

Les personnels ne sont en aucun cas responsables !

Et alors que les équipements collectifs (écoles, collèges, lycées, terrains de sport, ...) sont à la charge de la collectivité, pourquoi en matière d'hébergement, les personnes âgées doivent-elles supporter les coûts, y compris ceux de l'amortissement des prêts consentis aux gestionnaires ?

Nous ne pouvons pas admettre que dans un pays qui se prétend la 5e puissance mondiale, on consacre moins de 5 euros au repas d'une personne âgée !

Nous ne pouvons pas admettre que nos anciens ne puissent avoir une douche chaque jour et des repas à heure régulière ! Qu'on donne aux EHPAD les moyens de fonctionner !

Devant cette indignité, les personnels des EHPAD, à l'appel de toutes les organisations syndicales de salariés et d'une association de directeurs, appellent à la grève :

Le 30 janvier 2018

Les 9 organisations nationales de retraités soussignées soutiennent le mouvement des salariés des EHPAD, appellent les pouvoirs publics à les rencontrer et participeront aux rassemblements et manifestations organisés au cours de cette journée.

Document au format PDF:

Source : https://solidaires.org/EHPAD-Journee-national…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Action pour les EHPAD du 30 janvier 2018

La Coordination nationale des comités de défens des Hôpitaux et maternités de proximité et collectif notre santé en danger

soutien a l'action pour les EHPAD du 30 janvier 2018

La situation dans les EHPAD (Etablissements d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) est indigne d'un pays civilisé.

Les tarifs des EHPAD sont prohibitifs pour les familles dans les EHPAD et pourtant le budget pour la restauration n'est que de 5 euros par jour.

Les tarifs sont encore plus élevés dans les EHPAD privés qui doivent rémunérer les actionnaires grâce à « l'or gris » sans que les prestations soient nécessairement à la hauteur.

Alors que le plan solidarité grand âge prévoit un encadrement d'un agent par résident, la moyenne n'est que de 0,6, voire 0,3 parfois. Il manque près de la moitié du personnel nécessaire !

Il en résulte bien souvent un traitement indigne, une maltraitance institutionnelle pour les résident-e-s, et une souffrance pour les personnels. Les conditions de sécurité ne sont pas toujours réunies, notamment la nuit.

C'est la conséquence des coupes budgétaires des gouvernements successifs, coupes qui vont s'aggraver avec le vote le 4 décembre dernier de la loi de financement de la Sécurité Sociale, alors qu'une mission parlementaire constatait que « La France ne fait pas son devoir auprès des personnes âgées »

La Convergence de Défense et Développement des services publics, la Coordination Nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le collectif Notre Santé en Danger :

  • S'opposent à toute suppression, à toute attaque, tout chantage, quelle que soit la forme, contre les personnels dans le but d'accroître « les économies ».
  • Exigent que des moyens suffisants soient donnés pour un hébergement de qualité, respectant la dignité des résident-e-s dans les EHPAD.

Elles soutiennent la mobilisation et appellent à manifester aux côtés des salarié-e-s des EHPAD le 30 janvier (à l'appel de CGT - FO - CFDT -SUD santé - CFE-CGC - UNSA - CFTC AD-PA)

Document au format PDF:

Source : message reçu le 18 janvier 11h


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

EHPAD et ADMR:

Une urgence sociale pour nos services publics

CNT FTSS - Fédération des travailleur-se-s de la santé et du social

Toutes et tous dans la rue le 30 janvier prochain

Depuis plusieurs années, les agent.es des EHPAD, comme celles et ceux issu.es d'autres établissements relevant de la fonction publique hospitalière et des services à la personne, subissent une grave détérioration de leurs conditions de travail.

Les différentes réformes au sein des établissements publics n'ont fait que dégrader profondément les conditions de travail de l'ensemble des personnels. A coup de coupe budgétaire, de mesures d'austérité, l'ensemble des salarié.es est confronté à :

  • Un rythme de travail insupportable :le personnel soignant est soumis à un temps défini par résident.e (soins, toilettes etc), avec un effectif à la baisse et une charge de travail revue à la hausse ;
  • Des horaires particulièrement contraignants : 10/12 heures, horaires en coupé ;
  • Une flexibilité et une mobilité qui s'accentuent : Difficulté à prendre des congés, personnel réquisitionné pendant les repos pour pallier le sous-effectif ;
  • Recours à des contrats de plus en plus précaires, à coup de CDD renouvelés tous les mois, sans réelles perspectives d'embauches, et des temps partiels imposés.
  • Des bas salaires, ouvrier.e comme personnel soignant avec aucune valorisation des métiers.

La coupe est pleine ! Devons nous accepter ce quotidien et infliger a nos résident.es une forme de maltraitance « autorisée » sous couvert de productivité et de rentabilité ?

Quel service public souhaitons-nous ?

Car la réalité du quotidien est là :

Faute de personnel, faute de moyens mis en œuvre, les résident.es sont les premier.es victimes des politiques économiques mises en place par les différents gouvernements.

Juste bon.nes à payer leur chambre, au prix de leur survie finalement :

  • Douché.es une fois par semaine (quand c'est possible) ;
  • 10 min de toilette par jour ;-Hygiène douteuse dans les chambres faute de temps et de personnel ;
  • Repas servis à la va-vite etc... ;
  • Infantilisation des personnes agées ;
  • Animations rares et sans attraits ;

La réforme sur la tarification accentuera ces graves dégradations !

Pour désamorcer la situation, la ministre de la santé vient d'informer que 50 millions d'euros seront débloqués. Une aumône, un écran de fumée face à l'asphyxie des EHPAD et des associations d'aide à domicile. Car cela ne représente guère plus de 2500 postes sur les 7000 EHPAD existants....

Élever la voix, ou partir...

Voilà à quoi l'ensemble des agent.es sont confronté.es depuis quelques années au sein des différents établissements. L'impression de ne pas être entendu.es alors qu'ils et elles sont au cœur des métiers. Des directions qui imposent encore toujours plus de nouvelles formes d'organisation du travail pour satisfaire les exigences budgétaires.

Cela a de de graves répercussions morales et physiques sur l'ensemble du personnel (augmentation de la charge de travail, culpabilisation permanente etc.). Pire, les cadres de santé poussent vers la sortie celles et ceux qui ne sont pas d'accord.

Ça ne peut plus durer, libérons la parole !

Combien d'agent.es sont résigné.es, en plein craquage ? Il est temps de porter nos revendications collectivement. Pour instaurer un semblant de démocratie dans les établissements, des directions procèdent à la consultation des salarié.es à travers un questionnaire soi-disant anonyme, sur les conditions de travail. Il s'agit en réalité d'une escroquerie, permettant de calmer la colère des agent.es.

Pour la CNT, il y a une urgence sociale à se mobiliser, à faire entendre nos voix..

Une lutte exemplaire...

Le personnel de l'EHPAD des « opalines » dans le jura, a montré avec force et détermination (117 jours de grève !), que collectivement, par un rapport de classe, nous pouvons obtenir des victoires sociales. Les camarades ont obtenu une prime de 450 euros par an, 3 semaines de congés supplémentaires et la création de deux postes d'aides soignantes.

La fédération des travailleuses et travailleurs de la santé et du social de la CNT appelle donc l'ensemble du personnel, l'ensemble des familles et plus largement l'ensemble de la population à se mobiliser face à la marchandisation des services publics hospitaliers.

Pour la dignité et pour réel accompagnement des personnes âgées

Pour nous contacter :

Mail : fede.sexante-social@excnt-f.org

Web : http://cnt-f.org/sante-social/

Document au format PDF:

Source : http://www.cnt-f.org/ehpad-et-admr-une-urgenc…

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

pas assez de personnel motivé dans ces établissements

Par Anonyme, le 30/01/2018 à 17:58

très dur de voir nos parents vivre dans ces unités (de vie)

très difficile de voir dans leurs yeux le pourquoi d'une telle fin de vie

Nous les enfants souffrons autant qu'eux

Parfois les familles sont mal perçues par le personnel huguetexte.pinol@sfrex.fr

INJUSTICE

Par Anonyme, le 30/01/2018 à 13:56

Pourquoi les personnes âgées doivent elles payer leur hébergement, nourriture etc... alors que les prisonniers ont tout gratuit?? mon papa est en EHPAD, il n'est pas en fin de vie non plus! il veut vivre encore au contraire, mais personne pour s'occuper de lui, donc on l'attache sur son fauteuil, pour éviter la chute! attaché avec une couche qu'il gardera jusqu'à ce que le personnel vienne mettre une grenouillière à l'envers afin qu'il ne se lève pas pour aller au toilette! leur vie est uniquement rythmée au moment des repas. Une ambiance mortelle. Pas étonnant de voir toutes ces personnes si tristes et malmenées. Avec tous nos chômeurs ne serait il pas possible de les faire bosser un peu? pauvre France

Par Anonyme, le 29/01/2018 à 09:58

Bonjour, notre maman et tante sont placées en EHPAD depuis quelques mois. Mes soeurs et moi ne savons plus comment faire pour demander une douche, qu'un change de protection soit fait après le déjeuner sans nous entendre dire "si on la change, elle restera au lit", que les appareils auditifs soient mis. Que les fenêtres soient refermées après le ménage car il m'est arrivée de trouver la fenêtre grande ouverte à 17 h alors que notre maman est soignée pour une bronchite !!! La perte des vêtements alors qu'il est impératif de les marquer avant l'entrée du résident.

Il y a urgence

Un parent inquiet

Par Anonyme, le 28/01/2018 à 13:20

Bonjour, Je suis inquiète ma maman est en maison de retraite et me sens impuissante face à ses besoins. On ose pas demander quoique ce soit. Mes soeurs et moi ne savons plus comment demander une douche ou un bain, depuis août que notr Maman est entrée en maison de retraite pas une douche pas un bain.... Que faire.. Laisser tomber non, mardi je serais présente pour soutenir les soignants et surtout nos aînés.

Par Anonyme, le 27/01/2018 à 07:37

Les p'tits vieux seront de tous coeurs avec vous dans la manif, solidaires!

Par Anonyme, le 23/01/2018 à 19:46

Aide soignante depuis 35 ans je n'accepte plus de faire des toilettes (vmc) visage mains cul en 10 minute plus de temps pour le relationnel et pour la prise des repas à la chaîne et glissement des tâches

Par Anonyme, le 05/01/2018 à 12:51

Il est à rappeler une augmentation du salaire des Aide-Soignants (es) alors que les Aides-Médico- Psychologiques qui sont sur des postes identiques et effectuent exactement les mêmes tâches ne le sont pas. De même que l'on demande à du personnel non formé de l'aide à des transferts ou à la toilette. Ses glissements de tâches laissent à présager une prise en soins future des personnes âgées par des personnels non qualifiés, au bénéfice d'une économie certaine pour les Pouvoirs Publics et des établissements de Secteur Privé. Formations non reconnues, appelations changeantes de nos métiers, dévalorisation des diplômes, bas salaires malgré une présence au travail un Week-end sur 2 et sur beaucoup de fériés. Ne peut-on craindre une dégradation réelle de la prise en charge de nos Ainés par un manque d'intérêt pour une orientation dans le secteur de la Personne Agée. Il n'est qu'à constater déjà un turn out du personnel dans beaucoup d'établissements, de plus en plus grandissant. Conséquences : des résidents déstabilisés et une fatigue croissante, parfois même de la démotivation pour les personnels qui résistent et ce malgré toute leur bonne volonté !!!

Professionnelle de ce secteur en poste depuis plus de 20 ans.