Réagir (1)EnvoyeriCalPartager

jeudi 8 février 2018 à 13h


1 2 3 4 5 6

Manifestation nationale, à Paris, des cheminots

Ensemble, s'organiser pour changer la donne !

Trajet / parcours : départ 13h de République, en direction de Bercy
République > Bastille > Bercy

Les orientations politiques du pouvoir exécutif et les décisions de la direction de l'entreprise ont fait de 2017 une année difficile pour le service public et les cheminots.

La SNCF est malade des choix de gestion qui reposent exclusivement sur une logique financière. Les conséquences pour les usagers sont une dégradation du service : fermetures de guichets, de gares, de lignes, suppressions de trains, régularité à la baisse, sûreté des voyageurs et sécurité des circulations fragilisées.

Les cheminots, eux, continuent de subir l'accélération de la diminution des effectifs, le gel des salaires (3e année consécutive), la remise en cause de leurs droits.

Les nombreuses luttes à l'initiative des syndicats CGT, avec les usagers, ont cependant permis de limiter les mauvais coups et d'arracher des succès revendicatifs.

Il n'y a pas de petites victoires, lorsque l'on obtient le maintien d'un poste de vente, d'un atelier, d'une agence APF, d'un emploi…

Mais la marche à la privatisation exige que nous franchissions un palier dans le rapport de force. La Fédération CGT est force de propositions revendicatives pour désendetter le système, financer les investissements, organiser la production ferroviaire et améliorer les conditions de vie et de travail des cheminots. Les militants CGT proposent, tracts et pétitions à l'appui, de débattre du contenu et du niveau de l'action afin de gagner un service public répondant aux besoins de transport de marchandises et de voyageurs et des conditions sociales de haut niveau.

La CGT appelle les cheminots à s'inscrire massivement à la manifestation nationale tous services qui aura lieu le 8 février 2018 à Paris.

La Fédération CGT vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année. Que celles-ci vous apportent un peu de répit et vous permettent dans un contexte lourd, en enjeux sociétaux et sociaux, de repartir à l'offensive dès les premiers jours de 2018

Source : https://www.cheminotcgt.fr/
Source : http://www.communcommune.com/2018/01/macron-u…


1 2 3 4 5 6

Le gouvernement veut-il en finir avec le train public ?

Manifestation nationale du 8 février 2018

Tract aux usagers de la Fédération CGT des cheminots

La CGT des Cheminots s'adresse à vous aujourd'hui car elle considère qu'un débat public national sur l'avenir du train public est nécessaire.

  • 1997 : Endettement de la SNCF suite à la construction des Lignes à Grande Vitesse (LGV). Eclatement du système ferroviaire en 2 entités distinctes (SNCF et RFF).
  • 2014 : Endettement de la SNCF, dysfonctionnements générés par les conflits entre SNCF et RFF. Eclatement en 3 entités (SNCF, SNCF Réseau et SNCF Mobilités).
  • 2018 : Une nouvelle réforme se prépare. Nouvel éclatement encore plus important. Ouverture à la concurrence du trafic voyageurs. Multiplication d'entreprises ferroviaires privées sur le réseau national.

Concurrence ferroviaire : le mauvais choix !

L'ouverture à la concurrence des trafics voyageurs reviendrait à accorder l'exploitation de certaines relations ferroviaires à des entreprises privées sur tout ou partie du réseau.

La particularité du mode ferroviaire nécessite une coordination optimum pour assurer la sécurité et la qualité du service car chaque train peut avoir un impact sur les autres. Or, la multiplication des acteurs va complexifier cette tâche.

Les collectivités devraient alors accroître leur financement, notamment par l'impôt. Les usagers verraient les prix augmenter. Il y aurait une pression pour abandonner certaines dessertes sous prétexte de « rationalisation ». C'est le contraire de la politique qu'il faudrait mener.

Ailleurs c'est comment ?

En Angleterre, depuis la renationalisation des infrastructures en 2002, les problèmes de sécurité ont été en partie résolus. En revanche, les Britanniques ont manifesté leur colère dans une centaine de gares début janvier 2018 car les prix explosent (27% d'augmentation en 7 ans), la régularité est catastrophique et le matériel roulant n'a pas été suffisamment renouvelé par les compagnies privées.

Ils exigent donc l'abandon des concessions et la renationalisation complète (ils sont 58% à soutenir cette solution selon le dernier sondage).

Que propose la CGT ?

Au regard des enjeux sociaux et environnementaux, la CGT propose :

  • Que la réponse aux besoins soit la ligne directrice de la future politique publique des transports ;
  • Que l'Etat reprenne son rôle d'organisateur et assume ses responsabilités (reprise de la dette sans contreparties) ;
  • La renationalisation des autoroutes concédées (qui versent chaque année plus d'un milliard d'euros de dividendes à leurs actionnaires) ;
  • L'application du versement transport à l'ensemble des entreprises et l'élargissement de celui-ci qui ne finance actuellement que les réseaux de transports urbains et pas les TER ;
  • La fusion des 3 entités actuelles du Groupe Public Ferroviaire pour récréer une entreprise publique unique permettant aux cheminots de mieux travailler ensemble ;
  • La mise en place d'une structuration de la SNCF qui permette de mutualiser les ressources, d'assurer la sécurité des circulations, la présence du mode ferroviaire dans tous les territoires et une meilleure communication en cas de perturbation ;
  • Le développement de l'emploi cheminot au Statut pour garantir la régularité, la présence humaine, la qualité du service public et la sécurité ;
  • La création de droits nouveaux pour les comités d'usagers qui doivent pouvoir avoir un rôle décisionnel sur la politique de l'entreprise publique ;
  • De nouvelles règles de transparence et de lisibilité des tarifs.

Les cheminots CGT vous alertent car cet éparpillement et cette privatisation déguisée du service public ferroviaire ne pourront pas résoudre les problèmes quotidiens que vous subissez. Au contraire !

C'est pourquoi la Fédération CGT appelle les cheminots, les usagers, leurs associations ainsi que toutes celles et ceux qui sont attachés au service public ferroviaire, à participer à une manifestation nationale le 8 février 2018, place de la République à Paris à 13h00.

Fédération CGT des cheminots

Tél : 01.55.82.84.40 - Fax : 01 48 57 96 02 coord@excheminotcgt.exfr - www.cheminotcgt.fr

Document au format PDF:

Source : http://www.convergence-nationale-rail.fr/2018…


1 2 3 4 5 6

Les voyageurs sont exaspérés, les cheminots aussi !

CGT

Le 8 janvier 2018, le gouvernement convoque la direction SNCF pour ré entendre ce qu'il sait déjà, sans jamais remettre en cause la stratégie et la campagne anti ferroviaire qui se développe. Le vaudeville qui se joue sous nos yeux pourrait être risible s'il n'était pas si grave.

L'actuelle ministre des Transports, ex-directrice de la stratégie à la SNCF, feint d'ignorer les véritables raisons de la situation pourtant liées aux mauvais choix opérés depuis des années, y compris lorsqu'elle était membre du Comité Exécutif de la SNCF.

Les agitations médiatiques de la direction SNCF avec la complicité du gouvernement ne nous détourneront pas de l'urgence : maintenir le train public.

Le retour à une entreprise publique, unique et integrée : la SNCF

La réforme ferroviaire de 2014 a éclaté la SNCF en trois EPIC distincts : SNCF (EPIC de tête), SNCF Réseau, SNCF Mobilités. Elle a rendu plus complexe les relations entre les différents services de l'entreprise désormais séparés dans 3 entités. Elle n'a pas réunifié le gestionnaire de l'infrastructure (ex RFF) et le transporteur (la SNCF). En définitif, elle a accentué les difficultés qui existaient déjà au préalable. En outre, elle n'a pas réglé la question du financement et de la dette. Pourtant, en juin 2014, lorsque les cheminots ont cessé le travail afin d'imposer une autre réforme, ils étaient qualifiés d'irresponsables par le gouvernement d'alors.

Reprise de la dette par l'état

Les investissements de ces dernières décennies, notamment dans les LGV au détriment du réseau classique, ont été imposés par l'Etat à la SNCF. Il est inconcevable de vouloir faire supporter cette dette aux usagers et aux cheminots.

Il convient cependant de ne pas opposer le réseau à grande vitesse au réseau classique, ils doivent être complémentaires.

Le poids de la dette est prétexte à la fermeture de gares, de lignes, de guichets, à la suppression massive d'emploi cheminot (+ de 2000 prévus en 2018), au recours massif à la sous traitance, entre autres.

En attendant, elle génère chaque année 1,7 milliards d'euros d'intérêts qui part directement dans la poche des banquiers.

Mission Spinetta : en finir avec le train public

Les conclusions de la mission confiée à l'ex PDG d'Air France seront sans surprise. Elles auront vocation à justifier une nouvelle réforme du système ferroviaire public en stigmatisant au passage les cheminots, leur statut. C'est pourtant ce statut (existant avant la création de la SNCF) qui, malgré des contraintes fortes acceptées par les cheminots, garantit la continuité du service public, un haut niveau de formation et de technicité, une approche de la sécurité des circulations placée au-dessus de tout le reste.

La CGT n'acceptera pas que les cheminotes et les cheminots soient les boucs émissaires de ceux qui ont décidé d'en finir avec la SNCF.

Ouverture à la concurrence : la solution à rien

L'ouverture à la concurrence relève au mieux de la malhonnêteté intellectuelle, au pire, d'une attitude irresponsable qui insulte l'avenir. Elle n'améliorera pas le quotidien de nos concitoyens, pire, elle ajoutera sur le réseau actuel des intervenants qui viendront compliquer une situation déjà bien difficile. On ne fait pas du train comme on vend des forfaits téléphones.

Le transport public de voyageurs comme celui des marchandises, à l'heure des grands défis sociaux et environnementaux, est résolument contemporain. Mieux, il est un maillon structurant du futur en termes de déplacements, d'aménagement du territoire, de réduction des Gaz à Effet de Serre. Il est en outre un appui stratégique essentiel pour l'État, comme l'ensemble des services publics.

La Fédération CGT des cheminots a raison lorsqu'elle exige :

  • Le retour à une entreprise publique, unique et intégrée : la SNCF, seule garante d'un fonctionnement cohérent de l'ensemble des services de l'entreprise.
  • La reprise de la dette par l'État sans contrepartie et un financement public à la hauteur des enjeux futurs. Sans la maîtrise publique du chemin de fer par l'État, nous n'aurions jamais connu l'électrification des lignes, la grande vitesse etc ….
  • L'arrêt immédiat des suppressions d'emploi et des embauches au Statut à la hauteur des exigences du service public ferroviaire.
  • L'arrêt de la réduction de l'offre ferroviaire par le maintien, voire la réouverture de gares, de lignes, permettant à la SNCF de remplir ses missions de service public partout et pour tous.
  • L'arrêt de toute velléité d'ouverture à la concurrence, contraire à l'intérêt général, à la réponse aux besoins des populations, au maintien du service public en tous points du territoire.

Aussi, la Fédération CGT appelle TOUS les cheminots, les associations d'usagers, les usagers eux-mêmes, ainsi que toutes celles et tous ceux qui souhaitent défendre un service public ferroviaire de qualité, à participer massivement à la manifestation nationale qui aura lieu le 8 février 2018 à Paris.

2cfe9a718ddd23273c8720a3a64e93afb6afc8ae_field_image_rdv_dossier_1_0

Source : http://blog.cgt-psl.fr/les-voyageurs-sont-exa…
Source : http://amers-cap.com/2018/01/urgence-sncf.htm…


1 2 3 4 5 6

Tous à Paris le 8 février pour le service public ferroviaire !

Le service public : une idée moderne, révolutionnaire !

CNR et de la Convergence des Services Publics

Service public : Enjeu de société

Avec sa soi-disant consultation (dans le cadre du programme Action Publique 2022 (raison : CAP 22 est le « comité dʼexperts » grandes banques, multinationales...).

Le gouvernement a déclaré la guerre à des services publics déjà affaiblis par des décennies de démantèlement et dʼaustérité imposés par lʼUnion Européenne et son dogme de la « concurrence libre et non faussée » dans tous les domaines. Lʼobjectif est clair :

restreindre le champ du service public et démanteler le statut des fonctionnaires et des autres salariés du secteur public (électriciens, gaziers, cheminots, traminots...) ayant conquis un statut protecteur pour eux et garant de leur indépendance et la qualité du service rendu. Tout cela au profit dʼemplois précaires moins nombreux, sous-payés, corvéables à merci et sous la coupe directe de la hiérarchie. Ces régressions menacent autant les usagers que les travailleuses et travailleurs du secteur public, sans parler des pressions sur les conditions dʼemploi dans le secteur privé pris dans une spirale de nivellement par le bas.

Face au marché : le service public ferroviaire

Le service public ferroviaire se trouve particulièrement menacé par les projets gouvernementaux. Le président Macron entend aggraver la politique de transport de ses prédécesseurs, déjà farouchement hostiles au rail et au service public, avec lʼabandon de lʼécotaxe, lʼaugmentation de la TVA sur les billets de train, le sous-investissement ferroviaire pendant quʼon relançait les programmes autoroutiers, lʼautorisation du transport par autocar privé en concurrence frontale avec le train, le refus de désendetter RFF devenu SNCF

Réseau malgré les promesses, les fermetures de lignes, suppressions de trains et dʼemplois de cheminots et finalement, un décret scélérat décrétant lʼabandon de lʼentretien des lignes ferroviaires « secondaires », « refilé »au bon vouloir des régions. Ce bilan accablant, alors que le transport routier, lourdement subventionné, est responsable de nuisances sanitaires et écologiques dramatiques, semble ne pas suffire à nos dirigeants : la poursuite des suppressions dʼemplois à la SNCF est au programme, la reconversion de voies de chemin de fer inutilisées en routes pour automobiles autonomes est ouvertement envisagée plutôt que leur rénovation et leur réouverture, lʼabandon des grands projets ferroviaires ne sʼaccompagne nullement dʼune priorité aux trains du quotidien, comme lʼa fait croire la ministre des transports, mais dʼun désengagement général de lʼÉtat du transport ferroviaire et dʼune priorité encore accrue donnée au transport routier.

Le salut viendra-t-il de la concurrence ?

Cʼest ce que tentent de nous faire croire certains néolibéraux semblant subitement préoccupés de lʼavenir du chemin de fer en France. En réalité ils sont simplement impatients dʼappliquer au plus vite les directives européennes de dérégulation totale du secteur des transports ? La concurrence ne sert pas lʼintérêt général, lʼexemple du fret le montre : depuis plus de dix quʼil est ouvert à la concurrence, les trains, tous opérateurs confondus, convoient beaucoup moins de marchandises quʼavant. Lʼouverture à la concurrence nʼa servi que les entreprises de transports routiers par camions, dont le nombre a explosé, et permis à quelques sociétés privées de sʼaventurer dans le secteur ferroviaire français, en sʼaffranchissant du statut des cheminots de la SNCF... Les « cars Macron » nʼont pas amélioré la desserte du territoire : ils ne sʼaventurent guère dans les territoires ruraux peu peuplés les plus mal irrigués par le rail, plus des trois quarts dʼentre eux se concentrent sur des liaisons parallèles à des voies ferrées, car elles sʼavèrent plus rentables pour leurs propriétaires ! Comment croire que lʼouverture à la concurrence améliorerait la situation des trains de voyageurs alors quʼune politique dʼÉtat délaisse voire sabote lʼinfrastructure sur laquelle les trains, quʼils appartiennent ou pas à la

SNCF, circulent, et organise une concurrence déloyale de modes de transport beaucoup moins écologiques (automobile, avion à bas coût) avec force subventions ? Comment lʼapparition de nouveaux opérateurs ferroviaires ne déstructurerait-elle pas encore davantage un système ferroviaire volontairement désorganisé et balkanisé, alors que le rail, mode de transport guidé fonctionnant en réseau, a besoin dʼune vision et dʼune organisation dʼensemble des circulations pour accomplir correctement son rôle dʼirrigation des territoires ?

Lʼurgence de la convergence des luttes

La Convergence Nationale Rail, membre de la Convergence Nationale des Collectifs de Défense et de Développement des Services Publics, lance un Appel-Manifeste pour le service public ferroviaire en France afin dʼalerter et mobiliser le plus largement possible.

Nous exigeons notamment :

  • lʼabandon de lʼouverture à la concurrence dans le secteur ferroviaire, le retour à une SNCF unifiée dont la priorité absolue soit le chemin de fer en France et fonctionnant comme un service public, donc non assujettie à la rentabilité financière ;
  • lʼarrêt immédiat des suppressions dʼemplois à la SNCF et un plan pluriannuel de créations de postes pour répondre aux besoins des usagers ;
  • la reconnaissance de la dette du système ferroviaire comme une dette dʼÉtat que ni les cheminots ni les usagers nʼont à payer ;
  • la sauvegarde et la rénovation urgente de lʼinfrastructure ferroviaire, la réouverture et la modernisation de lignes et de trains, de jour et de nuit, dans tout le pays, dans la cadre dʼune politique de développement équilibré du territoire évitant lʼhypertrophie des métropoles et la désertification rurale, qui prévoie également la sauvegarde, le retour et le développement des autres services publics menacés (Poste, hôpitaux et maternités, écoles, etc.) et une réindustrialisation de la France dans le respect de lʼhumain et de lʼenvironnement ;
  • une augmentation du versement transport qui ouvre la voie à un financement abondant le service public ferroviaire, avec des tarifs accessibles pour les usagers.

Signataires :

Document au format PDF:

Source : http://www.convergence-nationale-rail.fr/2018…


1 2 3 4 5 6

Manifestation nationale des cheminots

Place de la République à Paris

Rendez vous pour un départ commun de Paris St Lazare le jeudi 08 février Cour de Rome.

Pour exiger :

  • Le retour à une entreprise unique et intégrée
  • Des augmentations générales de salaires
  • L'arrêt de toute velléité d'ouverture à la concurrence
  • L'arrêt de toutes les réorganisations qui détruisent l'emploi et détériorent les conditions de travail des cheminots.
  • De nouveaux droits

La CGT invite tous les cheminot(e)s à participer massivement à cette manifestation (Repos, congés…)

Un préavis de grève couvrira néanmoins cette action

Source : http://blog.cgt-psl.fr/manifestation-national…

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

manifestation annuler

Par Anonyme, le 07/02/2018 à 17:00

en raison des condition climatiques la mlanif est annuler