thème : écologie
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

samedi 3 mars 2018 à 10h

Bure

Week-end de renforcement de l'occupation et rencontres intercomités

« Les 3 et 4 mars, accordons nos montres contre l'Andra et son monstre »

Il y a quelques jours à peine, nous avions déjà le sentiment que ces rencontres intercomités étaient cruciales. Et puis il y a eu le 17 janvier et l'abandon de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Désormais, nous vous invitons à ce rendez-vous des 3 et 4 mars avec la conscience claire et précise, lumineuse, qu'un mouvement large et divers, porté et amplifié par des comités de lutte présents sur l'ensemble d'un territoire, peut en quelques années venir à bout de toute l'obstination d'un État et de ses gouvernements successifs. C'est une brèche qui s'ouvre. Le moment est plus que jamais venu de nous réunir, de nous organiser, de sortir des cases et des lieux qu'on nous assigne pour mieux nous tenir en respect, et de donner vie partout à la lutte antinucléaire. On ne nous atomisera jamais !

(Pour suivre toutes les informations concernant la lutte contre la poubelle nucléaire de Bure, consultez www.vmc.camp.)

Dépasser l'échelon local : s'organiser contre Cigéo !

Vous le savez : depuis 20 ans l'Andra colonise la Meuse pour y implanter le centre de stockage radioactif Cigéo, un site industriel titanesque, presque unique au monde. Le projet avance malgré des failles de sécurité énormes, récemment pointées par un rapport de l'ASN ; les rachats de terre étouffent les agriculteurs et l'argent qui coule à flot muselle les élus... Mais la désertification progressive de la zone, soigneusement orchestrée par des nucléocrates soucieux d'acceptabilité par le vide, n'a pas pour autant empêché des dizaines de personnes de s'installer à Bure ces dernières années, et d'y rejoindre la lutte menée avec obstination depuis deux décennies...Boycott du débat public, camp VMC, 200 000 pas, occupation, expulsion, réoccupation, chute du mur, réréoccupation, grilles de l'écothèque, semaine d'action, 15 août... Les grandes dates des années écoulées sont connues, nous les avons égrainées comme des mantras, d'infotours en infotours, de publications en publications. Mais c'était toujours des moments qui s'ancraient ici, à la frontière de la Meuse et de la Haute-Marne. Des moments que l'État et l'Andra aimeraient cantonner au statut de lutte locale, d'épiphénomène facile à circonscrire.

Au mois de septembre 2017 une vague de perquisitions change la donne et entraîne une vive réaction de Rennes à Toulouse en passant par Paris, Lyon et le Limousin, de Florence à Biedefeld, et même jusqu'au Rojava. Passée l'indignation, une évidence subsiste : la lutte contre Cigéo peut désormais surgir partout. Cette réaction de soutien montre encore une fois que les territoires en lutte comme Bure, NDDL, Roybon ou encore l'Amassada n'ont pas seulement pour objet la protection d'espaces singuliers, mais bien la lutte éminemment partageable et partagée contre une conception du monde faite de gestion utilitaire et capitaliste des territoires : des campagnes aménagées comme des lieux de production et de dépôt, des banlieues comme réserves à main d'œuvre servile, des centres-ville comme lieux mercantiles sécuritaires et aseptisés...

C'est bien aussi pourquoi l'action ne doit pas rester cantonnée au Bois Lejuc mais rentrer en résonance avec d'autres luttes, d'autres lieux, d'autres rêves. La propagande médiatique et politicienne voudrait faire passer celles et ceux qui luttent pour une poignée de criminels, une « association de malfaiteurs », quelques dizaines de personnes isolées au fin fond de la Lorraine. Mais depuis des mois, des dizaines de comités contre Cigéo se forment et commencent à résister à leur manière partout : à Toulouse, Lille, Lyon, Angers, Blois, Paris, La-Roche-Bernard, Mende, Albi, dans le Jura, Dijon, Saint-Père-en-Retz, Longwy, etc.

Marche, chantiers, discussions !

L'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, désormais officiel, peut nous donner une force nouvelle pour agir partout où nous sommes contre le monde de profit et de mort qu'ils veulent construire. Car bloquer Bure, c'est bloquer la filière nucléaire dans son impossible exutoire. Cela ne se fera pas en un claquement doigt : il faut sortir de l'apathie et de la résignation qui nous paralysent depuis les grandes victoires antinucléaires de Plogoff, du Pellerin, du Carnet, de Neuvy-Bouin ; relever la tête et reporter ce combat au premier plan des luttes anticapitalistes et écologistes, partout. Tant qu'il y aura des centrales et des déchets à gérer pour des siècles ou des millénaires, il n'y aura pas de changement social profond.

Mais comment faire ? Comment garder le lien entre nous malgré la distance, nos différents contextes de vies, le temps qui passe trop vite ? Comment se coordonner et agir de concert pour faire reculer le monstre ? Comment garder le même niveau d'information sur les dossiers techniques, les recours juridiques et les échéances à venir ? Comment réagir de manière coordonnée à de nouveaux travaux sur place ? Déjouer les ruses de la répression qui isole et démoralise ? Construire un mouvement suffisamment fort pour mettre en échec toute tentative d'expulsion du bois Lejuc d'ici à l'automne 2018 ?

Pour réfléchir à tout cela, pour débattre, se rencontrer, s'outiller et renforcer l'occupation de la forêt, nous invitons tous nos soutiens, individus, associations et comités de lutte antinucléaire à venir se rassembler sur la zone le 1er week-end de mars. Le rendez-vous est donné samedi 3 mars à 10h devant la Maison de Résistance, puis nous marcherons vers la forêt. S'en suivra un week-end de ballades, de chantiers collectifs, de créations artistiques sur pans de murs à l'abandon, de discussions et de fête. Un week-end pour accorder nos montres avant le printemps et faire retentir nos voix partout où des aménageurs bétonnent avec mégalomanie.

Et si vous êtes trop loin pour venir, vous pouvez profiter de l'occasion pour nous écrire sur burepaexrtout@riseupex.net, nous dire où vous en êtes, vos idées, vos besoins... Ou bien même organiser des rencontres intercomités régionales ce week-end là ou plus tard, des rassemblements locaux ou des actions de soutien. Ça nous fera très chaud au coeur.

On a hâte de vous voir !


Infos pratiques

Programme prévisionnel

  • Vendredi : on vous accueille avec plaisir ! Et même quelques jours avant, il y aura toujours des trucs à faire et de fantastiques repas à partager !
  • Samedi : RDV à 10h pour le café / Départ à 10h30 pour la forêt / Cantine collective en forêt / Après-midi de chantiers, ballades, grimpe et peinture / Cantine du soir et lecture musicale à la Maison de Résistance.
  • Dimanche : journée de discussion : présentation des comités / état des lieux de la lutte, des projets de l'andra, des prochaines échéances et de la répression / discussions en petits groupes sur les pistes d'action des comités. Soirée festive pour celles et ceux qui restent !
  • Les jours suivants : n'hésitez pas à rester un peu pour finir les chantiers et passer des bons moments !

Transport

Le rendez-vous est donné à BZL (la Maison de Résistance), au 2 rue de l'Église, 55290 Bure.

Si vous avez de la place dans votre voiture ou si vous cherchez un trajet, n'hésitez pas à utiliser notre site de covoiturage bure'car'bure [covoit.vmc.camp]

Hébergement

Le sleeping de BZL sera probablement rapidement rempli ! Si vous venez en groupe et que vous souhaitez être hébergé.es ensemble, ou si vous souhaitez éviter le camping en mars, contactez logistexiquedodobureex@riseup.net et on essaiera de vous mettre en relation avec un lieu ami !

Il y aura également des places dans des cabanes en forêt, et possibilité de camper (prévoyez de bonnes couvertures !!) dans les bois ou dans le jardin de la maison.

Truc à penser et à prendre avant de partir :

De quoi dormir au chaud (tentes, couettes, duvets, couvertures...) des chaussures anti-boue, de bonnes chaussettes...

De la peinture pour décorer le mur (il reste de la place !).

Des clefs usb si vous voulez qu'on vous passe brochures, films et autres supports pour des soirées de soutien chez vous.

À savoir aussi qu'il n'y a pas de magasin, distributeur de billets, tabac et autres enseignes commerciales à moins de 15 bornes, il vaut donc mieux prévoir en avance !

Sinon il y a une liste de matos dont on a toujours besoin ! [https://vmc.camp/2016/11/13/liste-besoin-mato…]

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/59603
Source : https://lundi.am/Bure-Week-end-de-renforcemen…

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir