thème :
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

samedi 24 février 2018 à 14h

Soutenons les résidents du foyer Lénine-Pierrefitte

  • Vendredi 16 février entre 14 h 30 et 15 h
    rassemblement au foyer 113-121 avenue Lénine, Pierrefitte (arrêt Joncherolles du Tram 5) puis manifestation jusqu'à la mairie pour demander l'appui du maire
  • Samedi 24 février de 14 h à 18 h
    assemblée générale de tous les résidents
    au foyer avec les soutiens

Nous, résidents du foyer Adoma-SNI Lénine, nous allons être relogés. Nous demandons votre soutien car l'Adoma-SNI refuse de nous entendre. Nous avons pourtant fait un pas en renonçant à plusieurs de nos revendications. Mais il nous reste 3 revendications indispensables :

  • une 2ème salle polyvalente sur chaque site (sans compter le bureau pour le comité) pour nos rencontres, nos réunions et nos séances de formation
  • une cuisine collective non commerciale dans le 2ème bâtiment construit à Pavé d'Amiens réservée aux résidents. Il nous faut au moins 60 m² avec 10 réchauds, 2 grands éviers et un WC. Le comité et l'association s'engagent à contrôler avec Adoma la bonne utilisation de cette cuisine et de son réfectoire.
  • des décisions toujours prises avec l'accord des délégués du comité de résidents

Notre foyer a une longue histoire : aménagé en dortoirs dans les années 60, nous y étions entassés dans de très mauvaises conditions ; reconstruit en 1985 pour 270 résidents dans des chambres à 2 lits et 3 lits toutes très petites avec quelques gaz et éviers au RCH et quelques sanitaires communs dans les couloirs. Pendant plus de 60 ans, nos plus anciens ont dû faire face : ils se sont alors organisés de façon collective et solidaire en mutualisant des services (cuisines collectives, ateliers de couture….) et en veillant à la bonne entente et à l'entraide entre tous les résidents.

Aujourd'hui l'Adoma-SNI (qui a repris le foyer en 1995) et les pouvoirs publics nous relogent. MAIS

Notre parole ne compte pas. Notre longue histoire ne compte pas. Nos demandes sont rejetées. Nous serons divisés en deux, les uns restant au bord de la Nationale 1, les autres rejetés à Pavé d'Amiens.

  • Chacun aura un studio, (enfin une partie privative !) mais sans aucun droit à la vie privée, sans pouvoir changer sa serrure, avec une seule clé non reproductible, le gestionnaire pouvant entrer dans notre partie privative avec son passe… une situation intolérable (et contraire à la convention des droits de l'Homme).
  • Tout ce qui rend possible toute une vie de travailleur (et même parfois de retraité) vivant sans sa famille, tout ce qui nous permet d'avoir une vie sociale épanouissante, TOUT EST REFUSÉ par un gestionnaire qui ne pense qu'au profit immédiat et par les technocrates de service qui ne pensent qu'à entasser le maximum de gens (car nous devons laisser peu à peu la place à « d'autres publics » ceux que l'on refuse de loger en HLM car pas assez solvables.

MAIS nous restons fermes sur ce qui nous apparaît comme le minimum.

A l'appel de:

Comité de résidents du foyer Adoma-SNI 113-121 avenue Lénine à Pierrefitte, soutenus par la Coordination des foyers de Plaine Commune et la Coordination des foyers Adoma, le Copaf et toutes les associations et syndicats de lutte pour le droit au logement et de soutien aux travailleurs immigrés

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/60099
Source : message reçu sur infos foyers le 12 février 12h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir