Réagir (3)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

samedi 5 mai 2018 à 12h

4 parties : 1 2 3 4

Manifestation pot-au-feu à Paris

« 5 mai : la fête à Macron »

Programme :

  • 12h00 : Pique-nique concert - Pl. du carrousel du Louvre
  • 14h00 : Manifestation à Opéra

Pour que le président ne souffle pas seulement sa première bougie à l'Elysée mais qu'il sente surtout le vent du boulet !

Ça fera un an que Macron a été élu, une année à œuvrer comme un Robin des bois à l'envers : prenant aux pauvres pour donner aux riches.

  • C'est pour les retraité.e.s la CSG en hausse.
  • Pour les locataires, les APL en baisse.
  • Pour les salarié.e.s, moins d'indemnités aux prud'hommes.
  • Pour les contrats aidés, retour à la case chômage.
  • Pour les EHPAD, « la France n'a pas les moyens budgétaires », selon la ministre de la santé.

Mais pour les actionnaires, là, les « moyens », le gouvernement les a trouvés, et en milliards : suppression de l'impôt sur la fortune, extension du CICE, etc.

Pour la répression aussi : équipements militaires pour l'évacuation de NDDL, policiers dans les universités et harcèlement de la jeunesse dans les quartiers populaires...

Partout ça résiste : les cheminots évidemment, les facs également, Air France, les hôpitaux, les EHPAD, les éboueuses, les caissiers, les électriciennes, les femmes, les racisés, les chômeuses... Si ces ruisseaux de colère convergeaient, quel fleuve puissant ne formeraient-ils pas !

« Il y a autre chose aussi, moins visible, plus souterrain, mais plus massif, plus explosif : un vaste désir d'autre chose. »

Quoi ? On ne sait pas, ou pas encore. Mais autre chose que cet économisme étroit, cette bureaucratie qui contrôle, qui « manage », qui évalue sans relâche, qui maltraite. Et qui ne connait rien d'autre que ses ratios. On a envie de respirer !

Et qu'en ce printemps, rassemblé.e.s, on sente notre force bourgeonnante !

Le 1er mai, tou.te.s en manif !
Le 5 mai, tou.te.s à Paris !

Document au format PDF:

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/61412
Source : message reçu sur Prep.Coord.Nat le 19 avril 09h
Source : message reçu le 23 avril 13h


1 2 3 4

Amis cheminots et amies cheminotes,

Tous nos remerciements, d'abord, pour la lutte que vous menez.

Que vous menez pour vous, mais aussi pour nous, comme une digue qui ne doit pas céder.

Et toute notre question c'est : comment renforcer la digue?

Ce mercredi 4 avril, la Bourse du Travail à Paris était pleine à craquer, plus de 600 citoyens, syndicalistes, étudiants, cheminots, aide-soignantes, etc. rassemblés. Et plus de 1200 autres personnes, à l'extérieur, qui n'ont pu rentrer.

Avec deux questions : comment allier les secteurs en lutte ? Comment, surtout, entraîner la masse des hommes et des femmes de ce pays, qui ne sont ni syndicalistes ni cheminots ni étudiants ni aide-soignantes etc. mais qui éprouvent un désir d'autre chose, autre chose que l'Argent roi?

À la quasi-unanimité, ces deux assemblées improvisées ont voté pour une manifestation nationale, à Paris,

le samedi 5 mai.

Ce n'est pas pour autant que nous snoberons les manifestations locales ou régionales des 14 avril, 19 avril, ou du 1er mai.
Au contraire.
Nous en serons.

Nous en serons pour, à chaque fois, s'efforcer de réunir étudiants, cheminots, aide-soignantes, ainsi que les hommes et femmes qui désirent autre chose.

Il nous semble nécessaire, pourtant, qu'à un moment, ces ruisseaux locaux de colère convergent en un grand fleuve national, que cote à cote on se sente puissants, débordants, confiants et conscients de notre force.

Voilà les propositions que nous tentons d'impulser :

1 - que tous les syndicats, associations,partis, mettent ce rassemblement du samedi 5 mai en débat en leur sein, tant au niveau local que national;

2 - que se montent localement, dans les villes, dans les facs, des comités 5 mai ;

3 - que la jonction, la discussion soient recherchées à tout moment et en tout endroit : 14 avril, 1er mai, etc. Et notamment que le jeudi 19 avril, au soir, devant leur gare, les citoyens organisent des AG communes aux cheminots, étudiants, hôpitaux, etc.

Que pour son premier anniversaire à l'Élysée, Macron ne souffle pas seulement une bougie: qu'il sente le vent du boulet !

Avec nos remerciements renouvelés pour votre combat.

Nous sommes des millions à vos côtés.

Document au format PDF:

Source : https://www.facebook.com/lafeteamacron/


1 2 3 4

Appel au samedi 5 mai : faire sa fête à Macron !

Ce mercredi 4 avril, la Bourse du Travail à Paris était pleine à craquer, plus de 600 citoyens, syndicalistes, étudiantes, cheminots, etc. rassemblés. Et plus de 1200 autres personnes, à l'extérieur, qui n'ont pu rentrer.
A la quasi-unanimité, ces deux assemblées improvisées ont voté pour une manifestation nationale, à Paris, le samedi 5 mai.

Nous, signataires de cet appel, demandons :

  1. que tous les syndicats, associations, partis, mettent ce rassemblement du samedi 5 mai en débat en leur sein, tant au niveau local que national;
  2. que se montent localement, dans les villes, dans les facs, des « comités 5 mai » ;
  3. que la jonction, la discussion soient recherchées à tout moment et en tout endroit : 14 avril, 1er mai, etc. Et notamment que le jeudi 19 avril, au soir, devant leur gare, les citoyens organisent des AG communes aux cheminots, étudiants, hôpitaux, etc.
  4. que chacune, chacun, témoigne en une vidéo d'une minute du pourquoi il viendra le samedi 5 mai et le partage sur les réseaux, que cette manif ait mille visages, mille raisons ;
  5. que les artistes, chanteurs, musiciens, peintres, acteurs, metteurs en scène, nous rejoignent et rendent cette manif encore plus vivante, inédite, surprenante.

Samedi 5 mai : faire sa fête à Macron !

Faut-il dresser la liste?
Elle est longue.
Trop longue.
Ordonnances travail et « nouveau pacte ferroviaire », hausse de la CSG pour les retraités, pour les étudiants, la sélection à l'université, pour les futurs licenciés, ceux de Carrefour, Pimkie et tant d'autres, plafonnement des indemnités, « maltraitance institutionnelle » dans les Ehpad, sans que la ministre de la Santé trouve autre chose à y répliquer que : « La France n'a pas les moyens budgétaires. »
Cette même France du président Macron qui a supprimé l'Impôt sur la fortune pour les actionnaires et plafonné l'impôt sur le capital : les « moyens budgétaires », elle les a trouvés, en milliards et en urgence. Cette même France où les firmes du CAC40 accumulent près de cent milliards de profits, du jamais vu depuis 2007. Cette même France qui vient d'offrir aux multinationales opacité et impunité grâce au «secret des affaires».

En résumé : tout pour ceux qui ont déjà tout ; rien pour ceux « qui ne sont rien ».
Mais tout ne se passe pas aussi tranquillement. Partout ça résiste : les cheminots évidemment, les facs également, Air France, les hôpitaux, les éboueurs, les caissières, les électriciens... Mais en ordre dispersé, sans leur trait d'union. Si ces ruisseaux de colère convergeaient, quel fleuve puissant ne formeraient-ils pas.
Il y a autre chose aussi, moins visible, plus souterrain, mais plus massif, plus explosif : quelque chose qui ressemble à un vaste désir d'autre chose. Quoi? On ne sait pas, ou pas encore. Mais autre chose que cet économisme étroit, cette bureaucratie patronale qui contrôle, qui « manage », qui évalue sans relâche, qui maltraite aussi. Et ne connaît rien d'autre que ses ratios.

Le texte du projet de loi sur la SNCF contient 84 fois le mot « concurrence ». Mais 0 fois « climat », « réchauffement », « biodiversité ». Leur projet de société ? Un dogme sans autre finalité que produire et vendre. Sans bonheur commun, sans solidarité, sans avenir ensemble. Les sans-statut dressés contre ceux qui en ont un afin de protéger ceux qui ont tout.

Il est probable que Macron ne se rende pas compte que, sous son règne, tout devient très clair, trop clair. Le moment est peut-être venu de lui faire savoir, pour notre part, où nous en sommes. Dans les ordonnances SNCF, se trouvent repliés tous les éléments d'un monde dont nous ne voulons pas. Si ce qui est clair pour nous ne l'est pas pour lui, rassemblons-nous donc pour le lui expliquer un peu plus nettement. Premier anniversaire à l'Elysée ? Qu'il sente non pas la bougie mais le vent du boulet.

La conscience grandit que cette affaire des cheminots nous concerne tous. Et par conséquent que la dispersion des luttes nous fera tous perdre. Nous pensons qu'il n'y a pas d'autre moyen de le dire qu'une grande manifestation nationale à Paris.
Que ce samedi 5 mai signale aux puissances d'argent qu'elles n'ont pas gagné,
et que le plus grand nombre ne veut pas de leur monde.
Et que le 5 mai, ce grand nombre… se met en marche !

Pour participer à#LaFeteaMacron, écris nous à contacext@lafeteamacexron.org

Source : https://www.change.org/p/le-peuple-appel-au-s…
Source : message reçu le 5 avril 13h


1 2 3 4

1er mai, 5 mai, 22 mai 2018 :

3 dates pour converger et gagner sur nos revendications !

CGT TEFP - Travail, emploi, formation professionnelle

Plus d'un quart des collègues du Ministère en grève le 22 mars dernier, 300 000 manifestants convergeant dans tout le pays le 19 avril. Des secteurs toujours plus nombreux qui, des cheminot/es aux hospitalier/es, des services de la justice aux électricien/nes, en passant par les étudiant/es et le personnel des universités rejoignent la mobilisation.

Face à la propagande antisyndicale et anti mouvement social du gouvernement, la réalité est toute autre : dans la jeunesse, dans le public comme dans le privé la mobilisation s'enracine.

Macron et son gouvernement imposent un modèle ultra libéral en offrant par exemple 200 milliards d'exonérations de cotisations pour les entreprises alors que celles du CAC 40 dégagent 94 milliards d'euros de profits en 2017 ! C'est dans la poche des services publics et des fonctionnaires qu'il préfère se servir (170 millions pour le jour de carence, 1,5 milliards pour le « plan des départs volontaires » prévu dans le cadre du projet Action publique 2022).

Face ce recul social de plusieurs décennies nous revendiquons un service public de qualité, nous portons nos propositions sur l'emploi, les salaires, les garanties collectives… autour de la plateforme intersyndicale du Ministère du travail :

  • retrait du plan « Action publique 2022 »
  • dégel de du point d'indice, rattrapage des pertes subies, abrogation du jour de carence et de la hausse de la CSG
  • arrêt des suppressions de postes, recrutement statutaire pour pourvoir les postes vacants et supprimés
  • arrêt des suppressions de sections d'inspection du travail, retrait du projet « 3MO »
  • arrêt des transferts de postes opérationnels vers l'encadrement, le pilotage et l'évaluation
  • maintien de services de renseignements, gratuits, de proximité avec accueil physique, non au numéro unique
  • maintien de tous les sites et de toutes les missions dans les unités départementales, aucune fermeture de services dans les anciennes capitales régionales ;
  • titularisation des contractuel/es

Pour un 1er mai de convergence sociale et syndicale !

Dans ce contexte -renforcé en interne à nos services par une répression syndicale sans précédente- nous appelons l'ensemble des collègues à se saisir de la journée de lutte du 1er mai et à participer massivement aux rassemblements unitaires interprofessionnels dans chaque ville.

Le 5 mai : on fait sa fête à Macron (et à Pénicaud)

Et parce que nous aussi nous ne voulons pas laisser Macron et son gouvernement souffler seuls leur première bougie à l'Elysée nous appelons à faire sa « fête à Macron » le 5 mai prochain en participant à la mobilisation citoyenne à Paris (rdv 12h00 au Louvre pour un pique-nique/concert et 14h00 à Opéra pour manifester).

Le 22 mai : grève dans toute la fonction publique !

Dans le Ministère, aux suppressions de postes (-239 en 2018), au rétablissement du jour de carence, à la poursuite du gel du point d'indice, la ministre ajoute le mépris (suite à la rencontre du 26 mars avec son directeur de cabinet) en annonçant de nouvelles pertes de missions, donnant une fin de non-recevoir à la revendication d'un plan de transformation de tous les CT en IT et en assumant un ratio ridiculement bas de promotion ainsi que le refus d'un plan de transformation d'emploi pour les agent/es de catégories C.

Face à ces attaques seule notre capacité à agir collectivement, par la grève et la mobilisation, permettra de construire un rapport de force qui fera reculer le gouvernement et la ministre Pénicaud. Le 22 mai, construisons, sur la base d'assemblées générales dans chaque service, une grève massive dans le Ministère !

Document au format PDF:

Source : http://cgt-tefp.fr/1er-mai-5-mai-22-mai-2018-…
Source : http://cgt-tefp.fr/1er-mai-5-mai-22-mai-2018-…

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

espace de soutien pour ceux qui ne pourrons pas assister.

Par Anonyme, le 15/04/2018 à 10:35

Créer un espace d'expression ou les citoyens mécontents qui ne peuvent être physiquement présent pourait vous soutenir. Pensez aux retraites qui sont très en colère. Un mouvement des personnes âgées avec leurs déambulateurs et leurs cannes anglaises ferait peut être honte à Monsieur macron

conergence ?

Par Anonyme, le 14/04/2018 à 14:29

pourquoi la lutte des exilé.e.s n'est jamais considerée comme une lutte à intergrer dans la convergence des luttes ?