Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mardi 17 avril 2018 à 16h30

Claude Mangin une nouvelle fois expulsée du Maroc

Claude Mangin doit pouvoir entrer au Maroc pour rendre visite a son mari, Naama Asfari, prisonnier politique sahraoui

Le lundi 16 avril, pour la quatrième fois en moins de deux ans, Claude Mangin-Asfari a été refoulée du Maroc sans aucun motif ! Elle venait rendre visite à son mari Naâma Asfari, prisonnier politique sahraoui détenu depuis novembre 2010 et condamné à 30 ans de prison pour avoir défendu l'autodétermination du peuple sahraoui.

Arrivée le lundi 16 avril à 15h à l'aéroport de Rabat, elle a été remise dans l'avion pour Paris le même jour. Ce refus d'entrée sur le territoire marocain constitue une atteinte constante et grave à son droit à une vie privée et familiale et au droit des prisonniers aux visites familiales. C'est aussi une violation du droit international.

Claude Mangin-Asfari ne baisse pas les bras. Elle est décidée à poursuivre son action pour pouvoir rendre visite à son mari, qui a reçu récemment le prix des droits de l'homme de la Fondation de l'ACAT.

Saluant son courage et solidaires de son juste combat, les associations sahraouies et de soutien à la cause sahraouie appellent à participer au

Rassemblement mardi 17 avril a 16h30

Place des Invalides (près du métro)

pour exiger que Claude Mangin-Asfari puisse enfin entrer au Maroc pour rendre visite à son mari conformément au droit international

L'expulsion de Claude Mangin-Asfari du Maroc illustre bien la situation au Sahara occidental occupé illégalement et colonisé par le Maroc depuis 1975. Les manifestations pacifiques y sont réprimées avec violence, les délégations étrangères interdites, les militant(e)s sahraoui(e)s arrêté(e)s et condamné(e)s à de lourdes peines de prison à l'issue de procès inéquitables. Face à cette situation qui s'aggrave, les associations demandent en cette journée internationale des prisonniers politiques :

  • la libération des prisonniers politiques sahraouis
  • l'extension du mandat de la mission des Nations unies (Minurso) à la surveillance du respect des droits de l'homme au Sahara occidental

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/61619
Source : message reçu le 16 avril 20h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir