thème : répression
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mardi 5 juin 2018 à 19h

2 parties : 1 2

Réunion du GMP

Séparer et punir. Une géographie des prisons françaises

Groupe Multiprofessionnel des Prisons

Invitation à la prochaine séance

Mardi 5 juin 2018
De 19h00 à 22h00

ENS
48 bd Jourdan 75014 Paris
Salle R2-02

Première partie :

échange d'informations.

Deuxième partie :

"Séparer et punir. Une géographie des prisons françaises." Avec Olivier Milhaud, maître de conférences en géographie (faculté des Lettres Sorbonne Université).

Olivier Milhaud a découvert la prison comme militant du GENEPI avant de l'étudier en géographe. Il a interrogé cadres pénitentiaires et élus locaux, architectes et détenus, familles et intervenants multiples, documents de toutes sortes. Il a publié "Séparer et punir. Une géographie des prisons françaises" (CNRS Editions, 2017, 320 p.).

Les rencontres du GMP abordent la prison sous d'innombrables aspects. Nous ne l'avions pas encore fait sous celui de la multiplicité des angles de la géographie d'aujourd'hui, soit les rapports à l'espace : localisations, répartitions, proximités et distances, continuités et ruptures, ouvertures et cloisonnements, flux imposés et flux interdits aux différentes échelles depuis les prises de décisions nationales jusqu'à la gestion des quelques m² d'une cellule…

Où sont les prisons dans l'espace français ? Pourquoi ? Comment se sont fait les choix ? Avec quelles réactions des divers partenaires ? Comment les prisons s'intègrent-elles - ou non - dans leur environnement ? À l'intérieur, comment s'articulent les espaces de vie et de travail des personnes concernées ?

La prison, chargée de punir, a-t-elle pour but de "surveiller" ou avant tout de "séparer", de mettre à l'écart ? L'impératif de sécurité est-il, dans la pratique, compatible avec l'objectif de réinsertion ? Que nous révèlent les discours des divers acteurs, mais surtout leurs pratiques spatiales ?

La prison est ici assurément envisagée comme une "peine géographique", "un espace qui punit par l'espace". Mieux, au fil des siècles, avec la progressive suppression de toute une série de punitions complémentaires à l'enfermement (silence obligatoire, port de fers, travail forcé, etc.), il n'est plus resté que le dispositif spatial d'enfermement. La prison est alors un "lieu", interrogé dans toutes ses dimensions (cf.
https://journals.openedition.org/lectures/227…).

Au 5 juin !
Le bureau du GMP

COMMENT S'Y RENDRE ?

Métro : station Porte d'Orléans.
Prendre la sortie Boulevard Jourdan et aller vers la gauche. Ou :
RER B : station Cité universitaire.
Prendre vers la droite à la sortie. À 5 minutes sur le même coté du boulevard.

HORAIRES

Les séances du GMP commencent à l'heure, à 19h00, pour éviter de finir la séance trop tardivement !
Les débats finiront à 22h00 précisément, mais les discussions informelles pourront se poursuivre ensuite.

NOUS CONTACTER

Si vous souhaitez nous poser une question sur cette séance ou sur tout autre sujet, une seule adresse :
groupeexmultiprofessexionnelprisonex@gmail.com

N'oubliez pas aussi de 
faire un tour sur le site du GMP :
https://gmprison.wordpress.com

Prochaines séances en 2018 : chaque premier mardi du mois.

Mardi 3 juillet 2018
Août : pas de séance
Mardi 4 septembre
Mardi 6 octobre
Mardi 6 novembre
Mardi 3 décembre

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/62010
Source : liste de diffusion infozone, reçu le 31 mai 11h


Réunion du Groupe Multiprofessionnel des Prisons - GMP

Créé en 1974, le GMP se veut comme un lieu d'échanges et de réflexions entre professionnel-le-s et militant-e-s du monde carcéral.

Ancien-ne-s détenu-e-s, médecins, psychologues, professeur-e-s, travailleur-se-s sociaux, policier-e-s, avocat-e-s, magistrat-e-s, étudiant-e-s, bénévoles ou simples curieux-ses trouvent ici l'occasion d'évoquer et de confronter leurs expériences sensibles ou abstraites, immédiates ou distantes, actuelles ou anciennes, de la prison.

Rassemblé tous les premiers mardis du mois, le collectif se propose de mettre en commun les pratiques et visions de chacun-e sur l'institution pénitentiaire. Le projet du GMP réside dans la mise en lien des intervenenant-e-s, dans l'élaboration d'un savoir partagé et dans l'entretien d'une dynamique critique vis à vis de l'institution.

Les réunions du collectif sont ouvertes à tou-te-s, sans conditions. Aucun pré-requis militant ou professionnel n'est nécessaire, chacun des membres a un regard à faire valoir. La qualité de membre s'obtient par la seule présence.
Collectif libre et gratuit.

Chaque séance du GMP porte la focale sur un sujet particulier.

Pour connaître le thème du mois, rendez-vous sur le site du collectif :
https://gmprison.wordpress.com/

Source : message reçu le 14 janvier 16h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir