thème : économie
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

jeudi 17 mai 2018 à 19h30

Débat « L'eau : bien commun ou ressource privée ? »

appropriation de la ressource naturelle, gestion par des acteurs privés, régie publique ...

Une soirée débat organisé par Attac 93 Sud

Avec

  • Michel Sanciaud (spécialiste de l'eau pour Attac) et
  • Magali Monfort (Collectif Eau publique Montreuil)

Rivières, ruisseaux, fleuves, lacs, étangs, marres, zones humides, estuaires, littorals ou nappes phréatiques, l'eau est une composante essentielle de nos territoires. Source de vie, sa bonne gestion concerne toutes les dimensions humaines : production agricole et industrielle, alimentation des ménages, hygiène et santé publique, environnement, biodiversité, cadre de vie…

Alors qu'à l'échelle du pays l'eau est considérée comme un bien public, la ressource est aussi une opportunité de gains ou d'appropriation par quelques acteurs privés. Surconsommation et pollution par le monde agricole et industriel, ou main mise sur la distribution et l'assainissement, l'eau représente alors un enjeu économique et financier pour quelques-uns, dont les intérêts ne recouvrent pas toujours ceux de la majorité.

En cette période de remise en question où de nombreux groupes se mobilisent pour défendre un service public de qualité, Attac 93 Sud organise une soirée débat afin d'échanger quelques idées sur la gestion de l'eau en France. En présence de Michel Sanciaud (spécialiste de l'eau pour Attac) et Magali Monfort (Collectif Eau publique Montreuil), les questions de l'appropriation de la ressource naturelle et de sa gestion par des acteurs privés seront abordées ainsi que celle de la possibilité de reprendre dans le cadre d'une régie publique la gestion de la distribution et de l'assainissement de la ville de Montreuil.

Document au format PDF:

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/62050
Source : http://www.attac93sud.fr/spip.php?article1461
Source : message reçu le 4 mai 09h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir