thème : économie
Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

vendredi 1er juin 2018 à 17h

2 parties : 1 2

Penser la longue durée

Événement organisé par les éditions La Découverte et le Cercle d'épistémologie économique de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

A l'occasion de la sortie de l'ouvrage de François Fourquet (1940-2016), Penser la longue durée, contribution à une histoire de la mondialisation aux éditions de La Découverte, Esther Jeffers et Dominique Plihon, membre des Economistes atterrés, participeront aux côtés de Robert Boyer, Christian Chavagneux et Alain de Toledo à une table-ronde suivi d'un débat autour de ce livre et de l'oeuvre de son auteur.

Cette réunion aura lieu le vendredi 1er juin 2018 à 17 heures dans la salle du sixième étage de la Maison des sciences économiques, 112 boulevard de l'Hôpital, 75013 Paris. Plan d'accès ici. Entrée libre sur inscription ici.

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/62198
Source : http://atterres.org/conférence/penser-la-long…


Penser la longue durée

Contribution à une histoire de la mondialisation

François FOURQUET

Depuis les années 1980, le phénomène de la mondialisation a été tellement commenté qu'il semble impossible qu'une vision nouvelle puisse se faire jour. C'est pourtant ce défi que François Fourquet a brillamment relevé dans cet ouvrage posthume, présentant les outils d'analyse des étapes de l'unification du monde. Empruntant aussi bien aux économistes et aux philosophes qu'aux historiens ou aux psychanalystes, il y révèle une pensée originale permettant de remettre en perspective le moment actuel de la mondialisation par rapport à l'évolution du monde sur la longue durée.

À la suite des thèses de Fernand Braudel sur l'économie monde, François Fourquet analyse l'évolution de l'« écomonde ». Il se démarque ainsi radicalement des économistes qui voient le monde comme une agrégation de nations : s'inspirant de Marcel Mauss, il le considère comme un phénomène social total, dont les nations ne sont que des parties, échouant souvent à maîtriser des flux qui les traversent. Fourquet montre enfin que si les hommes « accumulent la richesse et la puissance pour eux-mêmes ou pour leur nation, c'est le monde qui s'enrichit et devient puissant, dense, unifié et mondialisé.

L'humanité semble poursuivre un but commun à travers ses divisions et ses guerres : son unification, la mondialisation du monde ». D'où sa conclusion optimiste sur l'unification du monde, avec le triomphe possible de la « religion de la démocratie et des droits de l'homme ». Outre la préface de Christian Chavagneux, qui montre l'importance de la « méthode Fourquet », cet essai est utilement complété par un article de l'auteur, « Le rapport international est toujours dominant », adressé à l'économiste Robert Boyer, et par la réponse de celui-ci : un échange illustrant superbement la passion du dialogue avec ses pairs qui animait François Fourquet.

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/DEC/P3/9782707199669.jpg

Source : http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/…

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir