thème : éducation
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mercredi 3 octobre 2018 à 12h30

2 parties : 1 2

Rassemblement de soutien aux sans-facs

qui occupent la Présidence de l'Université de Nanterre

Actuellement plusieurs dizaines de sans-facs occupent la présidence de Nanterre, pour obtenir leur inscription à l'université, et en réponse à la traine des RDV et à l'annulation de celui d'aujourd'hui.

Nous organisons un rassemblement de soutien demain à 12h devant le bâtiment B !
Soyons très nombreuses et nombreux pour nous battre pour l'inscription de tous et toute !

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/64482
Source : https://www.facebook.com/story.php?story_fbid…
Source : message reçu le 2 octobre 18h


Les sans-facs de Nanterre

occupent le bureau de la présidence !

Nous, une cinquantaine de sans-facs et soutiens, occupons depuis ce jour les bureaux de la présidence, précisément celui de Monsieur Bréchet, vice-président chargé de la formation et de la vie universitaire '(notamment des inscriptions), également celui de Monsieur Balaudé, président de l'Université de Nanterre.

La campagne des sans-facs s'est ouverte début juillet sur Nanterre. Depuis le début de l'été, ce sont au total 530 dossiers qui ont été recensés. A ce jour, sur la totalité, nous avons complété et déposé à l'administration 250 de ces dossiers. Or les premiers rendez-vous ont été organisé tardivement, début septembre par Monsieur Bréchet, n'ont pas été satisfaisant pour nous. Aussi, sur 250 dossiers déposés, seul 96 d'entre eux ont été traités par l'administration. 150 autres étudiants, ayant déposé leurs dossiers depuis à peu près un mois, n'ont jamais été traité en rendez-vous. Monsieur Bréchet n'a pas pris en compte notre demande d'accélérer le traitement des dossiers en ayant deux rendez-vous par semaine, sur une durée de trois heures chacun, en plus d'en avoir annulé deux. Cela démontre que pour lui les cas de ces étudiants n'est absolument pas prioritaire. À ce nombre dérisoire s'ajoute le scandale du traitement de ces mêmes dossiers. Monsieur Bréchet refuse par exemple de traiter tous les dossiers de L1. En ce qui concerne les demandes hors-L1, plusieurs dizaines de dossiers sont toujours en cours d'évaluation par les « commissions pédagogiques », dont on ne sait pas qui y siège, depuis presque un mois pour certains, ce dédain de l'administration laisse les étudiant-e-s dans une attente qui devient de moins en moins supportable à mesure que les semaines défilent. Pour une grande partie de ces sans-facs, ils n'ont aucune affectation nulle-part. Refuser leur inscription à Nanterre c'est leur empêcher de pouvoir poursuivre leurs études.

Néanmoins, notre détermination, celle des sans-facs et de leurs soutiens restent inébranlables à une présidence qui ne nous prend pas au sérieux, qui méprise ses étudiant-e-s et qui va à l'encontre d'une université supposée ouverte à tou-te-s, nous répondons par une occupation déterminée de ses bureaux ! Nous ne quitterons les lieux qu'au moment où Monsieur Bréchet prendra au sérieux le traitement des dossiers et nous donnera une réponse favorable pour l'inscription des sans-fac dans la filière de leur choix.

Nous appelons à un rassemblement demain à 12h30 devant le bâtiment B pour soutenir les revendications des sans-facs.

Nous nous battons aussi contre la modification de l'arrêté licence qui prévoit de supprimer le droit à la compensation et aux rattrapages, ce qui aura un aspect très négatif sur la réussite des étudiants. Soutenir les sans-fac, c'est soutenir la lutte pour une université financée à hauteurs des besoins, ouvertes à tous et toutes. Étudier est un droit, pas un privilège !

  • Inscription pour tous dans la fac et la filière de leur choix
  • Un investissement massif de l'État dans nos Universités pour répondre aux besoins.
  • Le maintien de la compensation et des rattrapages

Le collectif de sans-fac soutenus par des militants de l'UNEF

Source : https://www.facebook.com/story.php?story_fbid…

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir