thème :
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

jeudi 7 mai 2009 (heure non définie)

Festival des résistances et des alternatives à Paris

FRAP 2009 - du 7 au 17 mai à Paris

Programme complet à jour: http://frap.samizdat.net


Edito

Ne laissons personne réfléchir à notre place et agir pour nous !

Comme les hirondelles,le Festival des Résistances et Alternatives à Paris se pose au printemps pour évoquer les thèmes porteurs de l'année en cours,les malaxer,les digérer et repartir vers d'autres horizons.

Qui se souvient encore que l'année dernière nous interrogions Mai 68 sur la permanence de l'utopie ? Qui se doutait alors que la crise allait tout emporter sur son passage ? Tout emporter ? Vraiment ? Ne dénoncions-nous pas déjà le système capitaliste et la crise du productivisme ? La crise a bon dos qui nous ferait nous recroqueviller sur nos intérêts immédiats pendant que les classes dirigeantes se réunissent dans de grands raouts mondiaux ou européens. En ce printemps de nouvelles luttes,de nouveaux réseaux se développent sans que nous puissions encore en deviner la perspective collective.Le pouvoir en place l'a bien compris qui tisse les filets d'un système répressif tous les jours plus resserré,ayant tellement peur d'un mouvement de révolte générale qu'il est prêt à l'inventer.

Dans ce climat entrechien et loup, où les repères s'effritent,le Festival des Résistances a choisi d'ouvrir ses festivités par un retour sur le décembre grec,en passant par des thèmes révélateurs du “moment en cours”, pour continuer la réflexion sur la tentative d'étouffement de nos révoltes. Lotta continua, la lutte continue...

Programme

document au format PDF:

Jeu 7: Les évènements d’Athènes: insurrection locale ou signe avant-coureur de révolte générale? au 26 Montmorency
Ven 8: La crise : un pas en arrière ou un pas de côté? à ECObox
Sam 9: Productivisme, brevetage et chimères génétiques: les mots de la faim, aux Murs à Pêches
Dim 10: La Journée Innommable à ECObox
Lun 11: Les quartiers contre l'école républicaine injuste et discriminatoire, à l'Université de St-Denis
Mar 12: La journée indémodable, à Coordination des intermittents et précaires
Mer 13: La génétique ou la liberté, au Garage Candie
Jeu 14: Contre le Publisexisme, à Frichez-nous-la-paix
Ven 15: FRAP FOU ou le festival des squats européens, au 26 rue de Montmorency
Sam 16: L'Europe-forteresse en question, à La Gare Expérimentale (XP), Montrouge - Mo Porte Orléans
Dim 17: Journée de solidarité avec les inculpés de l’antiterrorisme, à la CNT


Lieux

Le 26 - 26, rue de Montmorency, 3e - Mo Rambuteau
Frichez-nous la paix – 22, rue Denoyez, 20e – Mo Belleville
ECObox – 37, rue Pajol, 18e – Mo La-Chapelle ou Marx-Dormoy
Murs à pêches, impasse Gobétue (au fond) à Montreuil, Mo Mairie de Montreuil
La CNT - 33, rue des Vignoles, 20e - Mo Avron ou Buzenval
Garage Candie - 12, rue Candie - Mo Ledru-Rollin
Murs à pêches - Impasse Gobétue - Mo Mairie de Montreuil - bus 102 ou 121
Université de St-Denis - Mo St-Denis Université
Coordination des intermittents et précaires (CIP) - 14-16, quai de la Charente Mo Corentin-Cariou 
La Gare Expérimentale (XP) - 47, boul Romain-Rolland (le long du périph), à Montrouge - Mo Porte d'Orléans


Programme détaillé

Entrée, repas prix libre. Tous les repas sont végétariens.


Les évènements d’Athènes: insurrection locale
ou signe avant-coureur de révolte générale?
Jeudi 7 mai, 19h-23h

Le 26 - 26, rue de Montmorency, 3e - Mo Rambuteau

19h Apéro et cakes et tartes autoproduite en compagnie de Holly (accordéon). Exposition photos des intervenants du débat avec Alexandros Rallis, Joseph, nihiliste engagé, Nadine Fleury et Christiane Fourgeaud, de Carré rouge nous partirons en Grèce pour une analyse des évènements. 

21h Musique avec Sex, drugs et rebetiko (blues grec).


La crise : un pas en arrière ou un pas de côté ?
Vendredi 8 mai, 14h-23h

Tract de la journée en (*.pdf)

A ECObox, 37 rue Pajol, M° Max-Dormoy

14h30 Projection « Turbulences » de Carole Poliquin, 1997, 52min

15h30 Débat ‘Les alternatives au capitalisme en crise’, Avec Laurent Gardin, sociologue, sur De Proudhon à l'économie sociale et solidaire, Alfonso Dorado sur les alternatives monétaires, AMAP, Daniel Herlaut sur les Systèmes d'Echanges Locaux.

18h Musique : Nouhouh! (Chanson)

19h Repas

20h Débat ‘La crise systémique du capitalisme’, Avec Michel Husson, IRES, Jean-Michel Coulomb d’Attac, Robert Kosmann de Solidaires Industrie, Evelyne Perrin d’ AC!, Coordination des intermittents et précaires d'Ile-de-France, sous-rés. Sud Emploi, Décroissants.

22h30 Projection « L’an 01 » de Gébé, Doillon, 84 min, 1973


Productivisme, brevetage et chimères génétiques: les mots de la faim
Samedi 9 mai, 13h-00h

Murs à pêches - Impasse Gobétue - Mo Mairie de Montreuil - bus 102 ou 121

13h Apéro et ateliers pratiques (germination, fabrication de denrées alternatives) avec
Aude, Serge et le doux son de la cornemuse...

15h Débat “La désobéissance” avec Jérémy Renaud et Thierrry Eraud,faucheurs et semeurs
volontaires

16h Semis de graines rebelles en musique avec le jazz de Ptit Albert

17h30h Débat déséquilibre alimentaire Nord/Sud avec Olivier Chantry du CADTM,Claude de la
Confédération Paysanne et Action Consommation 

19h30 Paella aussi végétarienne

20h30 Film Un secret bien gardé(1972-2007) de Patrick Prado, 38mn, 2008. Documentaire sur
une utopie rurale des années 70 confrontée à la tourmente productiviste et la mutation des paysages (en présence du réalisateur) 


La Journée Innommable
Dimanche 10 mai, 14h30-23h

Tract de la journée en (*.pdf)

A Ecobox, 37 rue Pajol, M° Max-Dormoy

14h Briefing autour de la carte de la Préfecture de police de Paris sur le plan 1000 caméras:
venez découvrir les caméras de votre quartierbelges,allemandes,italiennes et l’intersquat de Paris

14h30 Le retour d’un inavouable historique : Projection ‘Cameroun : Autopsie d’une indépendance’ documentaire de Gaëlle Le Roy et Valérie Osouf, 2007, 52min, avec Gaëlle Le Roy

16h Débat avec Gabriel Périès sur ‘De la sécurité nationale à la contre-insurrection : le retour’, Mathieu Rigouste auteur de « L’ennemi intérieur, La généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine ».

17h45 Film: France-Rwanda 1994, complicité de Génocidede Survie, Avril 2009 

18h Chant d’encre (Slam)

19h15 Repas

20h Continuité et discontinuité géographique et historique des méthodes de l’état: Débat avec Mathieu Rigouste (sous-rés) Gabriel Périès, Pièces Pièces et main d’œuvre, auteur de ‘RFID : la police totale’ et ‘Aujourd’hui Le Nanomonde. Les nanotechnologies, un projet de société totalitaire’


Les quartiers contre l'école républicaine injuste et discriminatoire
Lundi 11 mai, 19h-23h

à l'Université de St-Denis - Mo St-Denis Université

19h Slam Raptout

20h Un débat organisé par le Mouvement des Quartiers avec étudiant et enseignant


Journée indémodable
Mardi 12 mai, 19h-00h

Coordination des intermittents et précaires - 14-16, quai de la Charente Mo Corentin Cariou 

17h-19h Atelier sécurité informatique: face au fichage informatique et à la surveillance généralisé des individues, comment se protéger à l'aide des logiciles libres (amenez votre clé USB pour être assisté sur l'installation)

19h Repas

19h-21h Présentation sur l'architecture globale de sécurité et débat sur les possibilités de résistance.

Avec Dissent! et Gipfelsoli

Avec la figures de l'enenemi interieur, les institutions internationales éliminent petit à petit toutes distinction entre sécurité intérieur et extérieur. Elles étendent ainsi le contrôle social et économique à un niveau globale.

19h30 Film sur Plogoff (lutte contre la construction d’une centrale nucléaire, Bretagne)

20h30 Concert d'Ethnopair (Punk Chamanique) Abdullah Sheraton (Punk) 

21h30 Film Lasociété du spectacle de Guy Debord,1973


La génétique ou la liberté
Mercredi 13 mai, 19h-23h

Les Plombés - 5 rue du Ponceau - Paris 2e - M°Réaumur Sébastopol

à partir de 19h Courte projection 

Débat organisé par Oblomoff (Critique radicale de la science) avec Bertrand Louard (Notes et morceaux choisis). Fichage ADN, modification de l’humain. 

Et repas...


Contre le Publisexisme
Jeudi 14 mai, 17h30-23h

Tract de l'exposition (*.doc)

Exposition « Ni à prendre, ni à vendre, les femmes ne sont pas des objets ! » à partir du 6 Mai jusqu'à la fin du FRAP à Frichez-nous la paix – 22, rue Denoyez, 20e – Mo Belleville

17h30 - Action contre le publisexisme - Rendez-vous à Place du Chatelet 

20h00 - Finissage de L'exposition « Ni à prendre, ni à vendre, les femmes ne sont pas des objets ! » du collectif contre le publisexisme, à Frichez-nous-la-paix


le FRAP FOU ou le festival des squats européens
Vendredi 15 mai, 19h-00h

Le 26 - 26, rue de Montmorency, 3e - Mo Rambuteau

“Le FRAP FOU” :inauguration du 1er festival des squats européens dont la première journée est coorganisée par le FRAP et le FOU (Festival des Ouvertures Utiles).

19h Débat sur les expériences et situations des squats européens avec des délégations belges, allemandes, italiennes et l’intersquat de Paris.

21h Concert : La Pafklik (rap espéranto) 


L'Europe-forteresse
Samedi 16 mai, 19h-00h

La Gare Expérimentale (XP)- 47, boul Romain-Rolland, à Montrouge - Mo Porte d'Orléans

14h - Documentaire sur Melilla (ville trans-frontalière Maroc/Espagne)

15h - Débat sur l'Europe forteresse et sécuritaire,avec Thibaut Lemiere de la Fasti, Ben de Dissent! (anti-Otan) et Jean-Claude Amara de Droit-Devant

17h - Les langues en Europes entre anglo-domination et disparition des langues minoritaires, avec des membres d'Europe démocratie espéranto et des intervenant sur les langues minoritaires.

19h30 - Concert de Guyom Tousseul (chanson française)

20h - Construction Européenne, avec Patrick (OLS) sur "Europe une imposture culturelle", Monika sur l'europe social et l'exploitation des travailleurs en Pologne, une intervenant sur la construction politique de l'europe.


Révolte et résistance: Journée de solidarité avec les inculpés de l’antiterrorisme
Dimanche 17 mai, 13h-23h

La CNT - 33 rue des Vignoles, 20e - Mo Avron

13h30 Débat autour des milieux libres anarchistes.Intervenante Anne Steiner
(auteur des “En dehors”)

15h30 Film documentaire Résister n'est pas un crime, sur la répression
Point infos sur les inculpés de Tarnac,Vincennes,du 19 mars et débat
sur la résistance et la répression

19h Plat végétarien et poulet curry

17h Musique et intervention artistique: Lola Lafon, Legs 

Revenir en haut

Charte du Frap

Ecrite pour le FRAP 2006 valable en 2007, réactualisé en AG pour 2008, et re-valable en 2009

Soutenir les luttes et les alternatives, créer un espace public de réflexion, de rencontre, d'expérimentation, de créativité et de fête.

Chaque année, des individu-e-s, des associations, des squatts et des collectifs préparent au sein d'assemblées générales organisatrices, le Festival des Résistances et des Alternatives à Paris (FRAP).

D'ou vient le FRAP ?

Les "Festivals des Résistances" apparaissent à la fin des années 90 à Limoges, puis à Rennes (1999) et Grenoble (FRAKA, Festival de Résistances et d'Alternatives au Kapitalisme,1999). En 2001, cet engagement s'étend sous des noms différents à Gap, Angers, Bayeux, Lyon, Brest, Saint-Etienne, Dijon et Paris.
Des fils se tissent entre ces festivals, mais les échanges restent limités. Tous ne renouvellent pas l'expérience. Les organisateurs-trices des FRA ne souhaitent pas créer de coordination nationale, mais décident parfois de mutualiser leurs expériences. En 2003, le FRAP est en lien avec le FRAKA de Grenoble et le Festival des Résistances et des Alternatives de Saint-Etienne. Depuis 2004, des festivals ont lieu à nouveau à Grenoble, à Lyon ou à Nantes. En 2005, le FRAP a eu lieu du 5 au 22 mai dans différents lieux à Paris.

Pas de subvention !

Le FRAP s’auto-finance grâce à la libre contribution de chacun et est fidèle aux principes de gratuité, d' accès et de prix libres. Un but du FRAP est de mutualiser des moyens humains et techniques à notre disposition (récup', glanage, auto-production) tout au long de l'année, pour mettre en place un projet commun. Ce faisant, le FRAP démontre qu’on peut faire des choses avec un petit budget et dément l’idée reçue selon laquelle, plus on a d’argent plus on a de moyens. Cette pratique d'échange et de solidarité fait que nous, artistes, squatteurs, militants, associations, collectifs, syndicats et individus, gagnerons ensemble en autonomie. Certaines organisations subventionnées participent au FRAP, mais le FRAP lui-même n'est pas subventionné.

Agir hors du champ électoral !

Le deuxième élément indiscutable de l'identité du FRAP est un positionnement contre le spectacle électoral. Jusqu'en 2002, le Festival a eu lieu au moment d'élections nationales. Un des buts du FRAP est de proposer des alternatives au modèle présenté par les candidats et journalistes. La conséquence première de ce positionnement est de refuser des groupes qui veulent participer au FRAP pour soutenir un parti ou une candidature à des élections.

Sous le principe de zone d’autonomie temporaire, le FRAP se réapproprie l'espace public. A la fois éphémère comme lieu de discussions, d’échanges, de propositions, c’est aussi un espace de respiration sociale, de partage et de construction d’alternatives plus tenaces. Comme le militantisme n’est pas un ascétisme, la fête et les formes d'expression artistiques, anti-répressives et (ré)créatives participent à la rencontre et à l’élaboration collectives des résistances.

Vers une organisation collective et autogestionnaire de l'événement.

Le FRAP est organisé collectivement, avec des assemblées générales décisionnaires non-hiérarchiques. C'est là que sont discutées toutes les propositions et qu'ont lieu les débats entre participants.
L’organisation est donc décentralisée et autogérée. Les lieux de réunions et de festivités correspondent à sa volonté de subversion et d’indépendance. Le travail préparatoire en ateliers rend compte en assemblée générale de ses propositions de réflexions et d’actions. C’est une double revendication de contenus théoriques et de réalisations communes. Cependant, le FRAP ne se contentera pas d'une « critique de la vie quotidienne » mais vivra quotidiennement sa critique. Ici, il y a un vouloir-vivre le monde pour le changer et un vouloir-changer le monde pour y vivre. Le FRAP réclame aussi son éclectisme. Cela ne veut pas forcément dire chercher le consensus à tout prix. Le FRAP tente de mêler diverses approches du militantisme ou de l’engagement, à provoquer des rencontres inattendues avec d’autres modes de vie, de pensée, d’action...

Le FRAP est son propre média

Le FRAP revendique l'autonomie dans sa communication. La récupération par les média dominants des discours et des images des luttes implique que nous fassions notre propre communication par l’affichage, la diffusion de programmes, l’annonce des thématiques sur les médias alternatifs. La continuité des FRAP et la circulation d'informations toute l'année permettent une mise en réseau informelle et pourtant durable.

Que devient le FRAP en 2008 ? Est-il mort comme Paris est mort ? 

L’actualité s’accélère, les enjeux politiques semblent devenir plus graves, la société prend des allures de plus en plus autoritaires. En 2008, le festival sera encore ce que les organisateurs-trices qui se rassembleront voudront en faire. Un des objectifs sera de permettre aux participants de plus en plus nombreux de prendre part à la vie du FRAP et de favoriser la pratique de l’autogestion. Le FRAP est un espace dans l’année qui permet de prendre du recul et de réfléchir ensemble, ce moment de réflexion n’est pas contradictoire avec l’action. En refusant le rythme des gouvernements, des media, et leurs règles, en sortant aussi de l’urgence militante tout en soutenant les luttes, nous voulons être dans l'actualité autrement.

Ce sera avant tout une aventure collective. Si vous souhaitez participer, ajouter votre pierre à l'édifice, proposer une exposition, une action, un espace, du matériel, des talents (cuisine, musique…), une idée…

Bienvenu-e-s !


Archives

Source : http://frap.samizdat.net/index.html#progd


Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/8533

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir