thème : répression
Réagir (1)EnvoyeriCalPartager

dimanche 8 novembre 2009 à 14h

3 parties : 1 2 3

Attention: Le départ du parcours a été modifié ce n'est plus St Michel, c'est "BASTILLE".

Source : http://www.arppi.info/


Campagne contre le longues peines et les quartier d’isolement

du 02 au 08 novembre 2009 un peu partout en France.

LA PRISON TUE !

La semaine du 2 au 8 novembre 2009 doit être une semaine de résistance contre la mort lente des perpétuités et des longues peines, une semaine de revendication pour les libérations médicales, les libérations conditionnelles…

Paris

Initiatives en préparation du 02 au 06/11.

SAMEDI 07/11

au CICP 21, rue Voltaire, 75011 Paris
11-14H : accueil, films et petite restauration.
14-17H : ateliers : familles (parloires, éloignements géographiques, etc.) , EPM (éducation et criminalisation des mineurs), conditions de détentions (isolement, longues peines, etc.) et questions juridiques (rôle des avocats, etc.)
17-19H :Bilan des ateliers et débat sur la lutte contre le système carcéral.
19H30 : Repas chaud et Concerts avec la K-Bine (Rap), Angry cats (Rockabily festif), Blackara (rap), Twin Twin (Slam et plus).

DIMANCHE 08/11

au CICP
11H : AG pour évoquer les suites de la mobilisation. petite restauration

14H : Manifestation vers la prison de la Santé

+ concerts avec La Fraction, Parrabelum, la Scred Connection et Casey (à confirmer).

http://safe.demosphere.eu/safe-domain?mod=mail-import&action=displayPart&msgNb=22685&part=1&sdtoken=238795189-d2fee9816a2abde44635a2996340aa87


APPEL :

LA PEINE DE MORT N’EST PAS ABOLIE. ELLE EST PRONONCEE DANS LES TRIBUNAUX ET APPLIQUEE DANS LES PRISONS.

En 1789, la république considérait qu’une peine de plus de dix ans d’emprisonnement était un chatiment plus cruel que la mort.
Il est largement reconnu que passé un certain temps, la longueur des peines, les Quartiers d’isolement et les Quartiers disciplinaires ne sont qu’acharnement, vengeance, destruction de l’individu.


La semaine du 2 au 8 novembre 2009 doit être une semaine de résistance contre la mort lente des perpétuités et des longues peines, une semaine de revendication pour les libérations médicales, les libérations conditionnelles…


-Abolition des longues peines, des peines de sûreté, de la rétention de sûreté ; abolition de l’intolérable peine de perpétuité.
-Abolition des mitards et des quartiers d’isolement, fermeture pure et simple de ces lieux de destruction où les morts suspectes sont de plus en plus nombreuses.
-Libération de tous les prisonniers malades et handicapés.
-Application du rapprochement familial et affinitaire. 

Contact : ARPPI,
arppi@exlive.fr, tel. : 06 68 84 47 31


LA PRISON TUE...

La prison tue les prisonniers condamnés à quinze, vingt, trente ans de réclusion, les prisonniers condamnés è des peines incompressibles, les prisonniers condamnés à perpétuité :
« En 1981, les socialistes n’ont pas aboli la peine de mort mais juste supprimé la guillotine, et ils ont remplacé la peine de mort par l’enfermement jusqu’à la mort. Jamais les peines prononcées par les cours d’assises n’ont été aussi lourdes, jamais les aménagements de peine n’ont été aussi chiches, pour ne pas dire inexistants. Nouveaux temps, nouvelles techniques : plus propres, plus efficaces, avec moins d’effusion de sang, mais tout aussi violentes et meurtrières. »
DES PRISONNIERS DE LA CENTRALE DE LANNEMEZAN

La prison tue les prisonniers enfermés dans les quartiers d’isolement (QI) et dans les quartiers disciplinaires (QD) : « L’obligation de se blinder pour encaisser tous les coups durs induits par la pression de l’isolement sépare les hommes en deux catégories : ceux qui deviennent plus forts et ceux qui craquent. Résultat, les uns prennent des cachets et coulent à pic, les autres font peur à l’administration pénitentiaire parce qu’ils sont perçus comme inoxydables et en quête de vengeance. En résumé, il y a ceux qui combattent et ceux qui abdiquent. Les premiers ont compris qu’il n’y avait pas d’autre choix, les autres croient au pire des poisons existant : l’espoir. »
CHRISTOPHE, DEPUIS LE QI DE LA SANTÉ

« La souffrance morale concerne toute personne détenue ; cependant, il semble qu’elle soit poussée à son paroxysme à l’isolement.
Cette souffrance a de multiples causes : l’exacerbation des contraintes carcérales, la monotonie, le poids des autres, trop présents ou trop absents, le manque d’intimité, l’absence de vie sociale, la perte de l’image et de l’estime de soi, la perte d’autonomie. Les isolés se retrouvent dépossédés de tout ce qui normalement donne un sens à la vie. »
DOCTEUR DOMINIQUE FAUCHER

La prison tue les prisonniers malades, même quand ils sont libérés juste avant : « Mourir en prison est le sort le plus infâme que puisse vivre un être humain. Nous demandons que soit respecté le droit à mourir dignement, parmi les siens, hors du contexte carcéral. Justice et administration pénitentiaire sont coupables par ordonnance.
L’Etat et ses représentants sont coupables de ces négligences assassines. La prison est un moyen de gestion de la précarité et de la pauvreté. Elle devient également un lieu de répression des maladies mentales et un mouroir pour des milliers de détenus atteints de maladies incurables. Libération des détenus atteints de maladies incurables ! »
DES PRISONNIERS DE LA CENTRALE D’ARLES EN AOÛT 2001

La prison suicide de plus en plus de prisonniers :
« Le suicide ne peut pas être le fait d’une désespérance, il est le résultat des pressions subies au quotidien sans possibilités de s’en défendre. La prison, qui soustrait au regard et au contrôle démocratique, permet toutes les formes d’arbitraire. Des femmes, des hommes sont humiliés, interdits, niés dans leur volonté déshumanisée. Cela a pour conséquence le taux important de suicides en prison. »
UNE PRISONNIÈRE DE LA MAISON D’ARRÊT DES FEMMES DE FLEURY-MÉROGIS

La prison tue les proches et les familles des prisonniers  :
« Nous sommes condamnées par l’ombre des barreaux de ceux qui sont des nôtres. La distance qui me sépare de quarante minutes de parloir, l’appréhension qui me talonne parce que la prison, justement, c’est la prison (sept ou huit décès en un an, sept ou huit proches de prisonniers suicidés, dont on entend si peu parler dans les colonnes de la grande presse…) tout ça, et puis le reste : les obligations courantes, le boulot, le manque de fric, les dettes en suspens... autant de barreaux invisibles, intérieurs, qu’on n’appelle pas par leur nom pour éviter de flancher. »
UNE MÈRE DE PRISONNIER

La prison tue une génération de jeunes :
« Le système a compris que les mômes avaient compris, que les discours rassurants, ça ne marchait pas. Donc la réponse, vu l’absence de perspectives, c’est de recréer les centres fermés, de construire des nouvelles prisons, de régler les problèmes sociaux par l’enfermement. Le pouvoir sait que ces mômes sont une génération perdue, il n’a rien à leur proposer, donc il doit gérer le problème -et quand on sait qu’en plus, l’enfermement rapporte… »
UN PRISONNIER DE LA CENTRALE DE SAINT-MAUR

signataire de l’appel à mobilisation

http://www.arppi.info/index.php?2009/09/20/53-l-appel-a-mobilisation

infos

http://www.arppi.info/

---

(voir ce rendez-vous posté sur http://offensive.samizdat.net)

Source : message reçu le 30 septembre 14h
Source : http://antirepression.over-blog.com/article-3...
Source : http://collectif-nrv.over-blog.fr/article-358...


1 2 3

LA PRISON TUE !

SEMAINE DE MOBILISATION DU 02 AU 08 NOVEMBRE 2009.

La prison, les hommes, femmes et enfants incarcérés ne sont pas des sujets de société porteurs. De Gaulle l’avait bien résumé en désignant le petit peuple écroué comme étant ? les poubelles de la France. ?

Aujourd’hui la situation dans les prisons françaises est gravissime, insoutenable. Sachant que la prison est une machine parfaite pour la gestion de toutes les misères sociales, les plus pauvres d’entre nous se voient de plus en plus criminalisés afin de dédouaner l’Etat de sa responsabilité de soutien envers les classes défavorisées dont les couches populaires les plus précaires peuplent, de façon infâme, les cellules des maisons d’arrêt, des centres de détentions, des maisons centrales, des centres de rétention et des E.P.M véritables prisons d’enfants.

Par cette mobilisation nationale (Paris, Marseille, Toulouse, Saint-Etienne, Lyon, Valence, Grenoble, Châlons sur Saône etc.), nous tentons d'alerter les Français sur la réalité carcérale. Nous allons, avec des débats, des ateliers, des projections, des concerts et une manifestation démonter ou plutôt disséquer les rouages de la machine pénitentiaire et judiciaire.

L’Arppi, en partenariat avec de nombreux collectifs, associations et individus sans lesquels cette mobilisation serait impossible, comptons interpeller le Peuple Français au nom duquel les tribunaux condamnent à des peines éliminatoires, au delà du jeu politico-médiatique, en surfant sur l'inconscient collectif pour fabriquer des croquemitaines, des ogres ou des ? monstres ?, qui vont du pédophile à l’ennemi public 1.

Ces personnes existent indubitablement mais ne représentent qu’une infime minorité par rapport à l’immense majorité des personnes incarcérées, prévenues ou condamnées.

Pour que cesse cette machinerie, il nous faut dire clairement aux gens qu’un jour ou l’autre un de leur membre sera violemment touché par la prison et que le sacro-saint ? CA N’ARRIVE QU’AUX AUTRES ?, particulièrement obsolète aujourd'hui, se doit d'être définitivement éradiqué de l’esprit collectif.

Les personnes incarcérées sont pour la plus majorité des personnes détruites par la vie, l’existence, les échecs successifs (scolaires, familiaux, affectifs, sociaux) et ces populations détruites se voient compactées et achevées dans le silence des murs, de la honte, de la solitude et de l’opprobre.

Nous rappelons ici, qu'un homme, une femme, un enfant incarcéré est avant tout le survivant d’un long laminoir né de l’indifférence de chacun. Un laminoir au bout duquel, ses proches, famille et amis, sont happés par les tentacules de la prison au coeur même des familles qui se retrouvent plongées, du simple fait d’aimer ou d'assister leur conjoint (ami, frère soeur, père mère incarcéré), dans un contexte de semi-liberté. Le corps en liberté mais l'esprit en prison. La prison se partage en famille à part égale lorsque l’un de ses membres est touché.

Nous en appelons à la réflexion et à l’intelligence sur les longues peines : la mort lente par pourrissement.

Nous en appelons à la réflexion et à l’intelligence sur les peines dites de rétention : L’éradication contrainte de l’erreur judiciaire, un innocent qui, peine purgée, avouera un crime qu’il n’a pas commis face à des experts qui qualifieront le déni de l’acte comme étant un signe majeur de dangerosité et garderont la personne incarcérée d’une manière ou d’une autre.

Nous en appelons à la réflexion et à l’intelligence sur la castration dite chimique : la castration physique ou chimique fait que la personne récidivera avec des objets de substitution – arme blanche ou autre objet phallique -. La gravité des viols sera suivie de mutilation ou de meurtre.

Nous en appelons à la réflexion et à l’intelligence : Les E.P.M sont des prisons d’enfants et devraient tomber sous l’accusation de maltraitance à enfant quel que soit le délit commis. Le suicide des jeunes étant un fléau mille fois plus grand que la délinquance. Un enfant qui entre en délinquance et en révolte est un enfant qui refuse le suicide en état de légitime défense sociale. A nous adultes d’encaisser les coups, quand bien même seraient-il 400, que cette jeunesse nous porte.

Nous en appelons à la réflexion et à l’intelligence sur les aménagements de peines. Un homme suivi et libéré avant la fin de peine est préférable à un homme qui disparaît dans la nature avec sa haine, ses humiliations, sa pauvreté et sa solitude. Alchimie parfaite de la récidive.

Nous en appelons à la réflexion et à l’intelligence : Sur le fichage généralisé par l’A.D.N dont le ciblage est bien plus politique que sécuritaire.

Nous en appelons à la réflexion et à l’intelligence : envers vous-même que la peur pour vous et les vôtres enferment dans entre les murs de l'aliénation, de l'indifférence et d'un individualisme forcené qui vous poussent, tel qu'en prison, à la pharmacopée abusive (anti-dépresseur et plus), à la violence (de plus en plus de coups de folie nés du désespoir) soit au suicide (France Télécom ou Renault).

Nous en appelons à la réflexion et à l’intelligence POUR UNE EVASION CITOYENNE ET COLLECTIVE DES MYTHES, PONCIFS ET CLICHES DE « NOS PRISONS », AVANT QU’ELLES NE VOUS TUE SOIT PAR INCARCERATION SOIT PAR VICTIMISATION.

Source : liste de diffusion infozone, reçu le 27 octobre 17h


1 2 3

Appel de la Fédération Anarchiste

Les membres de la Fédération Anarchiste se joindrons à la manifestation de dimanche prochain : le 8 novembre à 14h, place de la Bastille, à Paris.

Nous sommes en effet solidaires du combat mené par l'ARPPI (Association pour le Respect des Proches de Personnes Incarcérées). Nous saluons donc cette association, pour le travail effectué depuis déjà quelques temps et pour cette initiative-ci.

Pour suivre de plus près leurs actions, vous pouvez aussi écouter leur émission sur Radio Libertaire (89.4FM en région parisienne et partout ailleurs sur Internet): c'est "l'écho des cabanes", le vendredi, de 11h à 13h.

Signalons aussi au passage l'autre émission consacrée aux prisons, "Ras les murs" (émission anti-carcérale), toujours sur la même radio, mais cette fois le mercredi, de 21h à 22h30.

De notre côté, les actions et activités se poursuivent, se préparent, se mettent en place. Entre préparations, collages, bricolages et formations, nous poursuivons notre route. Le groupe Béton armé fêtera très bientôt sa première année d'existence avec ses membres actifs et ses sympathisants.

A très bientôt dans la rue et dans les luttes !

Source : http://beton-arme.blogspot.com/2009/11/les-me...

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/9681

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

Attention!! le rdv a changé:

Par Anonyme, le 23/10/2009 à 16:58
Attention!! le rdv a changé: Bastille et non St Michel. Voir le site: arppi.info